Quand le circonflexe est utile

Réformer le français

Troisième d’une série d’articles sur une réforme modérée de la langue française.

Quand le circonflexe s’avère utile

L’accent circonflexe devrait être conservé que dans quelques cas précis. D’ailleurs, les rectifications de 1990 prévoyaient le maintenir dans les cas des homophones mûr et mur, sûr et sur, dû et du. On pourrait aussi mentionner le cas déjà traité dans ce blogue de fut et fût.

L’imparfait du subjonctif

Ce qui vaut pour ce tandem serait également valable pour les formes à l’imparfait du subjonctif de la troisième personne du singulier. Dans ce cas, l’accent circonflexe permettrait de faire la distinction entre le passé simple et l’imparfait du subjonctif; de même, l’accent aiderait à distinguer certains participes passés comme crû et cru.

Il parut surpris. Bien qu’il parût surpris.

Elle fit semblant d’écouter. Quoiqu’elle fît semblant d’écouter.

Le PNB crut de 8 pour 100. Malgré le fait que le PNB crût de 8 pour 100.

Il regarda la lune. Bien qu’il regardât la lune.

Pour ce qui est du verbe regarder, la finale avec le t pourrait rendre l’accent inutile, puisqu’on ne peut le confondre avec le passé simple. Faut-il le conserver? Pourquoi pas?

Le passé simple

Par contre, l’emploi de l’accent en question pour le passé simple me parait largement inutile, lorsque les formes ne peuvent être confondues avec un subjonctif imparfait.

Nous éclatâmes de rire en le voyant arriver.

Nous fûmes surpris de leur visite.

Vous lûtes un livre passionnant.

Réécrire ces phrases sans l’accent ne sèmerait pas la confusion.

Nous éclatames de rire en le voyant arriver.

Nous fumes surpris de leur visite.

Vous lutes un livre passionnant.

D’ailleurs, l’utilisation du circonflexe pour certaines personnes, mais pas pour d’autres, est carrément illogique. Qu’on en juge :

Je lus

Tu lus

Elle lut

Nous lûmes

Vous lûtes

Ils lurent.

Pourquoi pas ils lûrent? Quelqu’un peut m’expliquer?

Certains s’offusqueront. Mais cette disparition de l’accent sur toutes les formes du passé simple rendrait-elle les énoncés précédents incompréhensibles? Eh bien non! Alors?

L’accent circonflexe sur le e

Éliminer l’accent circonflexe pour la lettre e serait plus compliqué, et ce pour plusieurs raisons. La première étant que l’accent infléchit la prononciation de la voyelle, alors que ce n’est plus le cas pour les autres. On ne prononce pas rêver et rever de la même façon.

La deuxième raison saute aux yeux : pour conserver la prononciation, il faudrait substituer l’accent grave à l’accent circonflexe; la physionomie des mots serait modifiée. Regardons les séries suivantes :

Mêle, même, carême, trêve, rêve, prêt.

Sommes-nous prêts à lire : mèle, mème, carème, trève, rève, prèt? Là est la question.

Ce qui nous amène à une troisième raison : la substitution de l’accent grave à l’accent circonflexe ne changerait certes pas la prononciation, mais aurait des retombées sur un nombre considérable de mots, probablement des milliers. Dans l’optique d’une réforme modérée du français que je propose, cette évolution serait jugée trop radicale.

À moins de vouloir aplatir la langue française et d’écrire au son – ce à quoi je m’oppose – il faudrait conserver le ê. Ce qui ne serait pas si terrible en soi, chaque langue ayant ses contraintes orthographiques.

Conclusion

Pour toutes les voyelles, sauf le e, on peut facilement se passer de l’accent circonflexe sans altérer la prononciation ni perdre le sens des mots. Le conserver pour l’imparfait du subjonctif, ainsi que pour des mots de graphie semblable, comme tache et tâche, relève du simple bon sens, dans la mesure où l’accent en question joue un rôle utile.

Prochain article : non à l’écriture phonétique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation