Monthly Archives: octobre 2020

You are browsing the site archives by month.

Blog ou blogue?

Depuis 2013, je tiens un blogue; si j’étais Européen, j’écrirais un blog. Bien sûr, il s’agit d’un anglicisme et il a été importé comme tel en français. Sauf qu’au Canada, la graphie a été francisée.

On observe le même phénomène pour bug, écrit bogue dans notre pays.

Le vocabulaire informatique est largement américanisé en Europe alors que les irréductibles Canadiens s’entêtent à essayer de tout traduire. J’en ai déjà parlé. De prime abord, d’aucuns jugeront ridicule d’écrire blogue et bogue, d’autant plus que les deux versions, anglaise et française, se prononcent de la même manière.

Pour défendre les graphies canadiennes, on pourrait faire un parallèle avec redingote et paquebot, qui sont la transposition française de riding-coat et packet-boat. À ce que je sache, ces deux francisations ne suscitent aucun commentaire désagréable ou condescendant; elles sont passées dans l’usage.

Permettez-moi d’évoquer un troisième cas : ce service dévastateur au tennis auquel l’adversaire n’arrive même pas à toucher. On parle d’un as, graphie francisée de l’anglicisme ace. Dans ce cas-ci, détail intéressant : le Larousse donne une prononciation française (as), tandis que le Robert suggère la prononciation anglaise (ès). Chose certaine, si le mot est prononcé à la française, seule la graphie est différente.

Bien sûr, ces francisations, que certains jugeront forcées, ne sont qu’un épiphénomène d’un mouvement beaucoup plus vaste, celui de l’arrivée massive de mots anglais dans notre langue, depuis le XIXe siècle. J’en ai parlé à plusieurs reprises dans ce blog(ue), les perspectives sont très différentes au Canada et en Europe.

Les graphies francisées peuvent peut-être faire sourire en Europe. Mais les Français qui viennent vivre à Montréal, ou ailleurs au Québec, constatent rapidement que le français est bien moins ancré dans notre métropole qu’à Paris, Bruxelles ou Genève. Ceci expliquant cela.

***

André Racicot vient de faire paraître un ouvrage Plaidoyer pour une réforme du français.  Ce livre accessible à tous est la somme de ses réflexions sur l’histoire et l’évolution de la langue française. L’auteur y met en lumière les trop nombreuses complexités inutiles du français, qui gagnerait à se simplifier sans pour autant devenir simplet. Un ouvrage stimulant et instructif qui vous surprendra.

On peut le commander sur le site LesLibraires.ca ou encore aux éditions Crescendo.

Liberté académique

La controverse qui ébranle l’Université d’Ottawa remet en question ce que certains appellent la liberté académique, terme condamné par bien des gens, non pas parce qu’il offense certains étudiants, mais parce qu’il viendrait de l’anglais.

Une rapide consultation du dictionnaire en ligne Usito, du Multidictionnaire de la langue française montre que l’expression est considérée comme un anglicisme. D’ailleurs plusieurs commentateurs lui ont substitué les termes suivants : liberté d’enseignement, liberté universitaire.

Car c’est souvent universitaire qui est présenté comme la traduction plus exacte de l’anglais academic. En effet, ce dernier mot est largement utilisé en anglais et, comme l’indique la Banque de dépannage de l’Office québécois de la langue française, il peut être remplacé par scolaire, collégial ou universitaire.

Que veut dire académique?

Est académique ce qui se rapporte à une académie, souvent l’Académie française. Il peut aussi être question de l’école de Platon, mais l’acceptation classique est, selon le Dictionnaire de l’Académie française :

Relatif à une division territoriale et administrative de l’Université française.

Le doute s’insinue. D’autant plus que le Petit Robert va dans le même sens :

Qui a rapport à l’administration de l’académie (enseignement). Inspection académique, palmes académiques.

Les palmes académiques, définies ainsi par l’Académie française :

Décoration qui récompense les mérites d’une pers. ayant servi l’Université de France dans le cadre d’une de ses Académies

Il semble donc que l’emploi du mot académique dans liberté académique n’est pas aussi condamnable qu’on peut le penser. D’ailleurs, le Robert indique que l’adjectif s’utilise au Canada, en Belgique, au Luxembourg et en Suisse.

Détail intéressant, le dictionnaire cite la locution liberté académique, qui serait un belgicisme (???) et la définit ainsi :

(Liberté) dont jouissent les enseignants universitaires dans leurs activités d’enseignement et de recherche.

Conclusion

Un adjectif qui renvoie à l’université française peut-il être employé au Canada? Est-ce que l’expression anglaise academic freedom ne viendrait pas au fond du français? Ou bien liberté académique serait un des très nombreux calques qui ont cours dans le français d’ici?

Chose certaine, on peut facilement lui substituer liberté universitaire, liberté d’enseignement. En espérant qu’elle survive.

***

André Racicot vient de faire paraître un ouvrage Plaidoyer pour une réforme du français.  Ce livre accessible à tous est la somme de ses réflexions sur l’histoire et l’évolution de la langue française. L’auteur y met en lumière les trop nombreuses complexités inutiles du français, qui gagnerait à se simplifier sans pour autant devenir simplet. Un ouvrage stimulant et instructif qui vous surprendra.

On peut le commander sur le site LesLibraires.ca ou encore aux éditions Crescendo.

Collège électoral

Les États-Unis aiment bien se présenter comme la plus grande démocratie au monde. Il est facile d’invalider ce sophisme, notamment en évoquant les obstacles multiples que les États du Sud élèvent pour empêcher les Noirs de voter; en pensant aussi à des files interminables en Géorgie pour aller voter par anticipation, après DIX HEURES d’attente. Sans oublier le fait que chaque État organise le vote à sa manière, ce qui entraine d’importantes distorsions dans la façon de voter. Et que dire d’un président qui annonce déjà que l’élection sera truquée s’il perd?

Mais le symbole le plus retentissant du caractère antidémocratique du système américain se résume en deux mots : collège électoral.

Sur le plan linguistique

En anglais, on parlait de College of Electors, terme qui a évolué pour devenir Electoral College. En français : collège électoral. Ce dernier réunit 538 personnes, appelées electors en anglais et grands électeurs en français.

Comme on le voit, le français diffère sensiblement de l’expression anglaise, pour qui le mot electors ne peut que qualifier le groupe de personnes élisant le président des États-Unis, et non pas les voters, ceux qui vont aux urnes. Dans notre langue, il serait imprécis de parler des électeurs, à cause du risque de confusion évident entre les deux groupes. Par conséquent, ce sont des grands électeurs qui siègent au Collège électoral.

Origines

Avant les élections accidentelles de Donald Trump en 2016 et de George Bush fils en 2000, peu de gens savaient que le président des États-Unis était élu au suffrage indirect, par un groupe restreint de personnes. Je dis « accidentelle » parce que Bush et Trump représentent les deux cas les plus récents où le candidat choisi par le Collège électoral ne correspond pas à celui qui aurait dû être porté au pouvoir, en tenant compte du suffrage populaire.

En effet, Hilary Clinton a obtenu 2 868 686 votes de plus que son rival; mais elle a perdu le scrutin au Collège électoral ne remportant que 227 votes, contre 304 pour Trump.

Une question nous vient tout de suite à l’esprit : pourquoi ne font-ils pas comme les Français en élisant leur président au suffrage direct? Pourquoi un collège électoral?

Pour y comprendre quelque chose, rappelons que la Révolution américaine était dirigée contre le roi britannique George III, perçu comme un dictateur sourd aux revendications des colons américains. La crainte de porter au pouvoir un dictateur est devenu l’obsession de ceux que l’on appelle les pères de la démocratie américaine.

L’un des penseurs de cette démocratie, Alexander Hamilton, a écrit que le peuple n’avait pas le discernement nécessaire pour éviter de choisir un démagogue susceptible de détourner le système politique à son avantage. Il fallait donc un corps de sages qui élirait à sa place le président des États-Unis. Nos voilà dans la République de Platon.

Aveu d’une candeur consternante. Nous sommes la meilleure démocratie au monde, mais on ne fait pas confiance aux électeurs. Dans n’importe quel autre pays démocratique, on se serait débarrassé depuis longtemps de cette institution viscéralement antidémocratique (Platon n’était pas un partisan de la démocratie; il souhaitait plutôt qu’une élite éclairée dirige la cité).

Mais voilà, les États-Unis ont beau être issus d’une révolution, ils n’en demeurent pas moins un pays extrêmement conservateur, en rupture quasi-totale avec toutes les démocraties occidentales, que ce soit sur le plan social ou politique.

Un collège parfaitement antidémocratique

Le peuple américain ne vote pas pour Biden ou Trump, il vote pour une liste de personnalités démocrates ou républicaines qui elles vont choisir le président des États-Unis. Si vous votez pour Biden, vous choisissez la liste des futurs grands électeurs démocrates de votre État qui voteront pour Biden à votre place…

Il est important de comprendre que les grands électeurs ne sont pas des politiciens professionnels. Ils sont choisis par les partis qui veulent honorer des membres éminents. Ils votent une seule fois, dans leur État et pas à Washington, et ensuite leur rôle prend fin. Ils rentrent chez eux. Croyez-le ou nom, le Collège électoral ne se réunit jamais, puisque les grands électeurs votent dans leur État. Les bulletins sont envoyés à Washington et dépouillés au Sénat, au début de janvier.

Dans chaque État, les 10, 25 ou 38 grands électeurs vont au parti qui aura recueilli le plus de votes, peu importe le pourcentage de vote obtenu. Par exemple, le parti qui remporte le scrutin en Californie rafle tous les 54 grands électeurs de cet État. On comprend maintenant l’importance accordée au vote par État dans un scrutin présidentiel, puisque chacun d’entre eux est un coffre au trésor de voix au Collège électoral.

Le scrutin présidentiel semble se faire à l’échelle du pays, mais ce n’est qu’illusion. C’est le résultat par État qui scelle l’issue du vote. Le pourcentage de votes recueillis à l’échelle nationale n’a aucune importance.

Répartition des grands électeurs

Chacun des États américains reçoit un nombre de grands électeurs équivalant au total de membres du Congrès qu’il élit. Par exemple, le Delaware compte trois grands électeurs, soit le nombre de représentants (1) et le nombre de sénateurs (2), pour un total de 3. Je le répète, ce ne sont pas les sénateurs et les représentants qui votent au Collège électoral, mais bien les personnes dont le nom est inscrit sur la liste de trois personnes qui est soumise par chacun des partis aux électeurs. Vous ne votez pas pour Trump, mais pour la liste républicaine : Johnny B. Goode, Smoky Joe Wood et Peter Gunn.

De prime abord, ce système semble équitable, mais en fait il ne l’est pas réellement. Le Congrès des États-Unis est le fruit d’un compromis : le nombre de députés à la Chambre des représentants est en proportion de la population, tandis que le nombre de sénateurs est fixé à deux pour tous les États, grands ou petits. Ce qui revient à dire que des États ruraux et moins peuplés comme le Wyoming sont légèrement surreprésentés parce qu’ils ont un nombre de sénateurs équivalent à celui de plus grands États, comme New York ou la Californie.

Or, les États ruraux sont à la fois beaucoup nombreux, et plus conservateurs, que les États urbains; par conséquent, ils ont plus tendance à voter pour les républicains. Les politicologues estiment qu’un candidat démocrate a besoin d’une avance d’au moins 3 ou 4 pour 100 au vote populaire pour être sûr de devancer un candidat républicain au Collège électoral. En termes clairs, le vote est pipé d’avance en faveur des républicains. Une démocratie-modèle, vous dites?

Abolir le Collège électoral?

Il n’est pas étonnant que ce système bancal ait été remis en question au fil des décennies. Le président Jimmy Carter a proposé d’abolir le Collège en 1977 et d’élire le président au suffrage universel direct, pour éviter qu’un candidat n’ayant pas remporté la majorité du vote populaire devienne président, comme cela s’était déjà produit trois fois à cette époque.

Les conséquences de cette éventuelle abolition seraient considérables. Les grands centres comme Los Angeles, New York, Chicago gagneraient en influence, tout comme les grands États comme le Texas, la Californie, etc. Qui alors se préoccuperait du vote à Hawaii, en Utah, en Caroline du Sud? Le problème devient hautement politique quand on sait que les grands centres en question votent surtout démocrate…

On voit tout de suite que les plus petits États n’ont pas intérêt à changer le système actuel.

Comme si ce n’était pas assez compliqué, l’abolition du Collège électoral requiert que l’on modifie la Constitution, un processus laborieux.

En gros, un amendement doit être adopté par les deux tiers des chambres du Congrès, ou encore par les trois quarts des législatures des États. Dans le premier cas, il faudrait que les élus manifestent une volonté réelle de réforme, ce qui, dans les circonstances actuelles, est difficilement concevable. Dans le second, il faudrait qu’un grand nombre d’États ruraux acceptent une perte importante de leur influence dans l’élection du président, ce qui tout aussi inconcevable.

Ce n’est donc pas la veille que le Collège électoral sera aboli.

***

André Racicot vient de faire paraître un ouvrage Plaidoyer pour une réforme du français.  Ce livre accessible à tous est la somme de ses réflexions sur l’histoire et l’évolution de la langue française. L’auteur y met en lumière les trop nombreuses complexités inutiles du français, qui gagnerait à se simplifier sans pour autant devenir simplet. Un ouvrage stimulant et instructif qui vous surprendra.

On peut le commander sur le site LesLibraires.ca ou encore aux éditions Crescendo.

Nègre

Nègre. Voilà, le mot est lancé. Celui qu’il ne faut pas prononcer.

Le mot nègre n’est plus neutre, en supposant qu’il ne l’ait jamais été. En effet, il traîne avec lui un lourd passé colonial et esclavagiste, qui le rend de nos jours inacceptable.

Le Robert formule des observations particulièrement précises :

« Terme raciste sauf s’il est employé par les Noirs eux-mêmes. » C’est clair.

Quant au Larousse, il suggère comme équivalent le mot noir et, dans un registre soigné, personne de couleur. Cette dernière expression est plus vague, car les gens de couleur ne sont pas uniquement des Noirs, quand on y pense un peu.

À cela, j’ajouterais qu’il convient d’éviter l’anglicisme ridicule black, dont j’ai parlé dans un article précédent.

De fait, le mot nègre persiste, mais dans un sens plutôt différent, pour désigner un auteur fantôme, par exemple un journaliste qui écrit la soi-disant autobiographie d’un athlète. Généralement, les éditeurs précisent le nom de la personne qui a recueilli les confidences du sportif. Un nègre peut également être l’auteur caché d’un livre attribué à une autre personne.

À mon sens, il ne fait aucun doute que le mot nègre pris dans ce sens restrictif est appelé à disparaitre, surtout s’il hérisse les Noirs.

Dany Laferrière serait-il un raciste qui s’ignore?

L’écrivain d’origine haïtienne Dany Laferrière, membre de l’Académie française, a écrit un livre intitulé Comment faire l’amour à un nègre sans se fatiguer et aussi Cette grenade dans la main du jeune nègre est-elle une arme ou un fruit? Le titre étonne de nos jours avec la controverse qui vient d’éclater à l’Université d’Ottawa (voir la rubrique suivante).

Le terme, on vient de le voir, ne s’emploie pratiquement plus en français. Alors comment le célèbre écrivain justifie-t-il le titre de son ouvrage? Pour lui, tous les mots du dictionnaire doivent survivre; ils ont droit de cité; le plus important, c’est de voir quelle est l’intention de la personne qui glisse nègre dans un discours, un écrit. C’est l’intention qui compte.

On lira avec intérêt ses propos dans le site Livres Haïti.

Utiliser les mots en N ou pas?

À l’automne 2019, j’ai fait un exposé sur ces précisions linguistiques dans un cours de rédaction française, à l’Université d’Ottawa. Aucun étudiant n’a protesté et une étudiante haïtienne approuvait du chef tout ce que je disais. Tout le monde a compris que je parlais en termes linguistiques et qu’il n’y avait aucune intention malicieuse dans ce que je disais. Mes étudiants ont fait preuve de discernement.

Un sort bien différent attendait deux chargées de cours, l’une à l’Université Concordia de Montréal et l’autre à l’Université d’Ottawa. Les deux ont abordé le terme nigger dans des exposés qui ne défendaient aucunement le racisme. Le simple fait d’avoir osé utiliser le terme honni leur a valu une fronde de certains étudiants qui les ont forcées à présenter des excuses. Une pétition à Concordia a circulé pour faire bannir de l’enseignement la prof coupable d’hérésie. Elle avait tout simplement mentionné le titre anglais du livre de Pierre Vallières, White Niggers of America.

À ce sujet, il faut être conscient que le fameux mot est perçu comme une insulte par les Noirs anglophones. Comme le révèle un article paru dans l’International Journal of Society, Culture and Language, une forte majorité de Noirs s’opposent à l’emploi du fameux N-Word par toute personne et en toute circonstance. Citation :

This so-called “right” to use a word is central to the notion of language as a cultural identifier signaling identity (convergence) with and difference (divergence) from others. Use of a word or term by an outsider may be met with resistance and otherwise negative response from the in-group.

Il y a donc une sensibilité dont il faut tenir compte. Est-ce une raison pour bannir tant le terme anglais que le terme français? La discussion est ouverte, ou en tout cas, elle devrait l’être, et c’est là où le bât blesse.

Une nouvelle Inquisition?

L’ennui, c’est que certains étudiants ne veulent aucune discussion point à la ligne. Ceux qui ont porté plainte contre l’enseignante de Concordia ont refusé d’entendre de ses explications, certains d’entre eux voulant poursuivre le combat à l’extérieur de l’enceinte universitaire pour anéantir une fois pour toutes la chargée de cours. On ne faisait pas mieux au Moyen Âge.

À Ottawa, une autre enseignante a subi le même sort, a présenté des excuses mais a été suspendue. La direction de l’université ainsi que son recteur Jacques Frémont ont implicitement donné raison à une poignée d’étudiants indignés.

C’est la goutte qui a fait déborder le vase. L’association des professeurs à temps partiel a protesté de même qu’un groupe d’enseignants courageux. Courageux, parce que des appels ont été lancés dans Twitter pour que ces personnes soient harcelées sur Internet. Oui, vous avez bien lu.

De nombreux médias d’Ottawa, de Montréal et d’ailleurs ont fait état de cette situation, malheureusement pas aussi inhabituelle qu’on peut le croire.

Cette controverse met en lumière l’emprise croissante du politiquement correct dans le discours public, emprise dont on commence à peine à mesurer tous les dégâts. Elle soulève un bon nombre de questions fondamentales. Notamment : en vertu de quel principe une poignée d’étudiants se donne-t-elle le droit de censurer un professeur? D’imposer un vocabulaire précis? De faire des procès d’intention alors que ces étudiants savent très bien que l’enseignante n’a jamais affiché d’attitude raciste évidente? De refuser tout dialogue et de mener une chasse aux sorcières contre les enseignants jugés fautifs?

Il y a lieu de s’indigner, mais surtout de s’inquiéter pour la suite des choses.

Verra-t-on prochainement des buchers sur les campus pour bruler les hérétiques? Des autodafés de leurs écrits? Des procès en sorcellerie?

Pendant combien de temps encore allons-nous endurer ce genre d’Inquisition?

***

André Racicot vient de faire paraître un ouvrage Plaidoyer pour une réforme du français.  Ce livre accessible à tous est la somme de ses réflexions sur l’histoire et l’évolution de la langue française. L’auteur y met en lumière les trop nombreuses complexités inutiles du français, qui gagnerait à se simplifier sans pour autant devenir simplet. Un ouvrage stimulant et instructif qui vous surprendra.

On peut le commander sur le site LesLibraires.ca ou encore aux éditions Crescendo.

Gerrymandering

À l’approche des élections américaines, il convient de parler de ce curieux phénomène appelé gerrymandering.

Définition

En gros, il s’agit du découpage malhonnête de circonscriptions électorales afin de fausser le résultat du vote. Les autorités d’un État vont charcuter une circonscription donnée par un découpage capricieux, pour que les partisans du parti B soient inclus dans une circonscription où les électeurs du parti A sont majoritaires, l’objectif étant de noyer le vote des premiers.

Ce qui signifie que dans un État où le parti B aurait normalement décroché cinq sièges, il n’en obtient finalement qu’un ou deux. En bon français, il s’agit du tripotage, de la manipulation du découpage des circonscriptions, ce qui est fondamentalement antidémocratique.

L’éparpillement du vote d’opposition dans plusieurs circonscriptions s’appelle le cracking, tandis la concentration du vote d’opposition dans une circonscription boursoufflée est appelée packing.

Origine du mot

L’expression gerrymandering vient du nom d’un gouverneur du Massachusetts Elbridge Gerry qui avait fait redessiner les contours des districts électoraux de son État pour favoriser son parti. Ce redécoupage malicieux avait la forme d’une salamandre, salamander en anglais, d’où le terme gerrymandering.

Traduction

L’expression anglaise est couramment employée par les politicologues. Dans Termium, on trouve les traductions suivantes : manipulation des limites électorales à des fins partisanes; remaniement arbitraire d’une circonscription; découpage arbitraire d’une circonscription; découpage abusif d’une circonscription.

On voit tout de suite que la traduction passe par une périphrase. Jusqu’à maintenant aucune traduction originale ne s’est imposée. En avez-vous une?

***

André Racicot vient de faire paraître un ouvrage Plaidoyer pour une réforme du français.  Ce livre accessible à tous est la somme de ses réflexions sur l’histoire et l’évolution de la langue française. L’auteur y met en lumière les trop nombreuses complexités inutiles du français, qui gagnerait à se simplifier sans pour autant devenir simplet. Un ouvrage stimulant et instructif qui vous surprendra.

On peut le commander sur le site LesLibraires.ca ou encore aux éditions Crescendo.

Être dépisté

Peut-on se faire dépister? Peut-on dire que X milliers de personnes ont été dépistées? Dans la langue des médias, il semble que oui. Qu’en pensent les ouvrages de langue?

Définition

Dépister, c’est :

Rechercher systématiquement et découvrir (ce qui est peu apparent, ce qu’on dissimule).

La définition du Petit Robert est claire et, prise comme telle, il est quelque peu difficile de dire qu’on dépiste une personne.

On trouvera quelques exemples dans le dictionnaire de l’Académie dans lesquels le verbe dépister s’applique à des personnes. Par exemple Montherlant :

Le train allait partir! et il avait son billet en poche, et n’avait qu’à s’installer, mais Georges, de retour, sûrement le dépisterait

Mais on voit tout de suite que l’on pourrait remplacer le verbe en l’objet par trouver, découvrir.

C’est dans cet esprit que le Larousse donne l’exemple suivant :

Dépister de nouvelles vedettes de la chanson.

Être dépisté?

Les médias n’emploient cependant pas le verbe dépister au sens de découvrir, mais bel et bien au sens d’avoir subi un test pour la covid. On observe donc un écart avec la définition donnée par les dictionnaires.

Évidemment, les journalistes sont portés à trouver la solution la plus simple et la plus rapide, sans se poser plus de questions. Quand on dit que des milliers de personnes n’ont pas été dépistées, on entretient une certaine ambigüité.

1) Des milliers de personnes possiblement asymptomatiques courent les rues. On ne les a pas repérées.

2) Des milliers de personnes n’ont pas été testées.

Dans le premier cas, utiliser le verbe dépister revient à dire ce qui suit : « Elles n’ont pas été repérées/trouvées pour la covid-19. » Cette construction étonne. Pire encore : « Je n’ai pas été dépisté pour la covid-19. » Il serait plus exact de dire qu’on n’a pas été testé pour la covid-19.

C’est pourquoi il me parait quelque peu risqué d’utiliser le verbe dépister de cette manière.

***

André Racicot vient de faire paraître un ouvrage Plaidoyer pour une réforme du français.  Ce livre accessible à tous est la somme de ses réflexions sur l’histoire et l’évolution de la langue française. L’auteur y met en lumière les trop nombreuses complexités inutiles du français, qui gagnerait à se simplifier sans pour autant devenir simplet. Un ouvrage stimulant et instructif qui vous surprendra.

On peut le commander sur le site LesLibraires.ca ou encore aux éditions Crescendo.

Cancel culture

On n’osait pas en parler, mais le phénomène a pris tellement d’ampleur qu’il est maintenant impossible pour les médias de l’ignorer, comme ils l’ont fait pendant des années.

La cancel culture sévit depuis un bon bout de temps sur les campus américains. Elle est le fait d’un groupe d’individus extrémistes, supposément progressistes, convaincus de posséder la vérité et qui ne tolèrent aucune contradiction. Ils sont souvent très agressifs et harcèlent tous leurs contradicteurs dans le but de les faire taire une fois pour toutes.

Cette nouvelle orthodoxie, qui déferle au Canada et ailleurs dans le monde, embrasse des causes souvent très louables, comme l’écologie, le véganisme, le féminisme, l’antiracisme, etc. Mais elle tend à les radicaliser et à supprimer toute nuance dans le débat public.

Traduction

L’expression se traduit assez mal. Comme on peut le deviner, l’anglicisme a la cote dans les médias français et même ici au Canada. Les traductions comme culture de la cancellation (sic), culture de l’annulation ne sont guère inspirantes.

La cancel culture conduit au bannissement, à l’élimination de certains groupes ou individus. Ils sont expulsés du débat public, dès qu’ils osent parler, des hordes de militants intraitables les harcèlent pour les empêcher de parler. C’est pourquoi on pourrait parler de culture du bannissement, de l’anéantissement, de l’annihilation.

Des lectrices me suggèrent culture-bâillon, culture-boycott.

Un nouveau phénomène?

Les médias ont toujours été frileux dans la critique de groupes extrémistes soi-disant progressistes. La culture du bannissement existe depuis un certain temps au Québec, mais les journalistes en ont parlé très peu, probablement pour ne pas avoir l’air de s’attaquer à une frange de la gauche et surtout pour ne pas être traités de réactionnaires.

Voilà de cela plusieurs années, l’ancien premier ministre Jean Charest devait prononcer une conférence à l’Université de Montréal sur l’éthique. Bien sûr, on peut sourire en lisant cela, mais toujours est-il qu’un groupe d’étudiants l’a chahuté au point de l’empêcher de parler. Troublant.

Peu de gens le savent, mais l’Algérienne d’origine Djemila ben Habib a été poursuivie devant les tribunaux pour qu’elle cesse de dénoncer l’islamisme politique Québec. Heureusement, le tribunal a rejeté cette poursuite-bâillon. Mais le but était clair : l’évincer du discours public.

Plus récemment, la professeure Catherine Russell de l’Université Concordia qui a évoqué le livre de Pierre Vallières Nègres blancs d’Amérique dans un cours, sans même chercher à le défendre; juste en parler. Le simple fait d’avoir prononcé le mot nègre à deux reprises lui a valu une rebuffade d’un groupe d’étudiants qui l’accusaient de « violence anti-noire » (sic). Il faut lire l’article d’Isabelle Hachey dans La Presse.

La pauvre enseignante a présenté des excuses, mais pour les maoïstes de la rectitude politique, cela ne suffisait pas et ils exigeaient rien de moins que son renvoi! Anéantir quelqu’un, c’est exactement cela.

C’est pourquoi je pense que des traductions comme culture de l’anéantissement, culture du bannissement sont parfaitement justifiées.

Nipponneries

Dans un article précédent, je faisais état de l’influence limitée de la langue japonaise sur le français. Ce que peu de gens savent, c’est que le français a aussi laissé sa trace sur le japonais.

Il faut dire que la prononciation et les accents toniques du japonais sont assez différents du français, bien que la langue nipponne ne soit pas si difficile à prononcer pour un francophone. Néanmoins, l’importation de mots français ne se fait pas dans une parfaite fluidité. Tant s’en faut.

Commençons par les mots les plus simples.

Les Japonais aiment la shanson. Ils portent aussi le pantaron et boivent de la biru. Aimer la chanson, porter le pantalon et boire de la bière. Pas trop difficile à comprendre.

Ce dernier mot ne vient pas du français, mais on comprend aussi de quoi il est question. Soit dit en passant, le u se prononce toujours ou. Ma biru favorite au pays du Soleil-Levant est la Sapporo. Heureusement, elle est exportée.

J’ai vu très peu de pan au Japon. Il faut dire que la nourriture est très différente de celle des pays occidentaux, notamment de l’Italie, où le pane est toujours servi avec le repas. Quand on prend des bakansu au Japon, il faut s’attendre à un peu d’exotisme, après tu, pardon après tout. Les vacances, c’est fait pour cela, non?

Petit quizz

Votre esprit est maintenant bien aiguisé. Déterminez de quels mots français proviennent les gallicismes suivants :

  • Mayonezu
  • Aban taitoru
  • Angajuman
  • Anketo
  • Burujuwa
  • Puretaporute

Saviez-vous qu’à la fin d’un concert, les spectateurs crient ankoru! pour demander un rappel? En français on dirait bis.

Réponses au quizz

Mayonnaise, avant-titre, engagement, enquête, bourgeois, prêt-à-porter.

Il ne faut pas en vouloir aux Japonais pour toutes ces déformations amusantes. Le français a importé de l’anglais des mots comme riding coat, packet boat et fuel, devenus redingote, paquebot et fioul.

Autres articles sur le Japon :

Revenir du Japon

Incident au Japon

***

André Racicot vient de faire paraître un ouvrage Plaidoyer pour une réforme du français.  Ce livre accessible à tous est la somme de ses réflexions sur l’histoire et l’évolution de la langue française. L’auteur y met en lumière les trop nombreuses complexités inutiles du français, qui gagnerait à se simplifier sans pour autant devenir simplet. Un ouvrage stimulant et instructif qui vous surprendra.

On peut le commander sur le site LesLibraires.ca ou encore aux éditions Crescendo.