Monthly Archives: juillet 2020

You are browsing the site archives by month.

Livraison de services

Politiciens, journalistes et tout ce qui scribouille, barbouille, bref, bien des gens parlent de la livraison de services. Par exemple, tel organisme livre des services à la population.

Toute personne ayant une connaissance raisonnable du français ne peut que tiquer. Depuis quand (bordel) livre-t-on des services? Prennent-ils les commandes à l’auto, tant qu’à y être?

Dans les traductions courantes, deliver services est souvent rendu par : offrir des services, assurer des services, fournir des services, et même par rendre des services. Tout dépend du contexte, bien entendu.

On a tous compris que livrer des services est un gros calque de l’anglais. Par conséquent, la livraison de services est tout aussi absurde. En bon français, on parlera de la prestation de services, à la rigueur de l’offre de services ou encore de la fourniture de services, bien que cette dernière expression ne me paraisse guère élégante.

Autre calque hideux : livrer des programmes. Le Dictionnaire des cooccurrences de Beauchesne serait tellement utile ici au lieu de suivre bêtement la démarche de l’anglais. La solution qui s’impose est exécuter un programme. On peut aussi accomplir, appliquer, dresser, élaborer, instaurer, lancer, mettre sur pied, monter, suivre, tracer un programme.

Soupir.

Il me semble que parler français correctement, ce n’est pas si compliqué.

Ognon

La graphie surprend et choque. Pourtant elle est tout ce qu’il y a de plus logique. Alors pourquoi écrit-on oignon?

Jadis, le son gn s’écrivait ign. Il était donc logique d’écrire oignon et de prononcer o-gnon. Par conséquent oignon est une ancienne graphie qui a survécu. Elle est en bonne compagnie… ne pensons qu’à piqûre.

Les rectifications orthographiques de 1990 proposent ognon, plus logique et conforme aux règles d’écriture modernes.

Mais ognon survit mal dans le terreau de conservatisme langagier qui règne un peu partout. Oignon a encore de belles années devant lui…

Répétitions

La langue française n’est guère friande de répétitions, qui sont considérées depuis le XVIIe siècle comme des fautes de style. Toute personne qui traduit de l’anglais au français a déjà constaté que les anglophones ne s’embarrassent pas de cette considération stylistique. Ils répètent à qui mieux mieux et ça ne leur fait pas un pli.

Les deux langues ont des optiques narratives bien différentes. L’anglais décrit tout ce qu’il voit de sorte que le texte peut être comparé à un film dans lequel on vous raconte tout du début à la fin. S’ensuivent bien sûr bon nombre de répétitions. Des syntagmes entiers sont repris sans jamais être abrégés, le recours aux pronoms étant rare. Mais pour un anglophone, son texte est ultra précis. Le fait que certains éléments contextuels sont rappelés sans cesse ne l’embarrasse pas du tout.

Cette liberté (qui fait sans doute rêver bien des francophones) a au moins une conséquence : la multiplication des évidences.

Évidences

La phrase qui suit paraît bien naturelle.

Le ministre a demandé et obtenu l’ouverture d’une enquête.

Un bel exemple de cette cinématographie dont je parlais plus tôt; on voit l’action se dérouler devant nous. Un peu de popcorn? Cette phrase contient pourtant une évidence : si une enquête a été ouverte, c’est que le ministre l’a demandé. Un autre exemple encore plus éloquent :

Le rapport a été reçu, lu, analysé et commenté.

Il y a ici une espèce de crescendo créant un bel effet, comme dans un opéra de Puccini. Magnifique. Mais, quand on y pense, si le rapport a été commenté, c’est sûrement qu’il a été reçu, que des experts l’ont lu, qu’ils en ont fait l’analyse et ont ensuite formulé leurs commentaires. Ne serait-il pas plus simple de dire :

Le rapport a été commenté par les experts.

Évidemment, c’est sec, mais la phrase est raccourcie sans perte de sens.

L’anglais n’étant pas corseté par les exigences stylistiques du français, il peut s’en donner à cœur joie en reprenant continuellement les mêmes termes.

Par exemple, un texte portant sur l’immigration parlera ad nauseam des immigration officers. En français, on aura tendance à parler des agents, tout court. C’est ce qu’on appelle l’économie par évidence. Dans le même contexte, il sera question d’un immigration report, terme qui pourrait revenir des dizaines de fois dans le texte. Le traducteur consciencieux cherchera des formules rechange, tout d’abord en abrégeant avec le mot rapport. Il emploiera aussi des synonymes comme étude, document, etc. Enfin, il pourra recourir au pronom il.  

Parfois, le traducteur fera tout simplement sauter un élément qui va de soi.

Voici un exemple authentique tiré d’un texte du gouvernement fédéral.

Budget 2010 commits the government to engage with public sector bargaining agents on bargaining issues.

Rendu par : … Le budget de 2010 engage le gouvernement à traiter avec les agents négociateurs du secteur public.

Il est évident que les questions traitées avec des agents négociateurs porteront sur les négociations et pas sur autre chose.

En fait, le traducteur dispose de plusieurs moyens pour éviter les répétitions :

  • Un synonyme.
  • Un pronom personnel.
  • Un pronom démonstratif (celui-ci, ce dernier).
  • Un pronom relatif.
  • Les pronoms adverbiaux y et en.

Il peut aussi restructurer la phrase, comme dans le précédent exemple.

La prolifération

Éliminer répétitions et évidences peut contribuer à raccourcir le texte.

Ce qui veut dire que notre langue peut parfois être plus concise que celle de Shakespeare. Si, si, vous avez bien lu.

Dans le monde de la traduction, il est souvent question d’un taux de prolifération de 15 pour 100 et même plus lorsqu’un texte est traduit de l’anglais au français. Ce que bien peu de gens savent, c’est qu’un texte faisant le chemin inverse va lui aussi enfler et sera parfois plus long en anglais!

Conclusion

Vinay et Dalbernet résument bien la question.

Prise séparément, la phrase française en dit moins long que la phrase anglaise sur la situation dont elles ont à rendre compte. Mais il serait contraire au génie de la langue française d’entrer dans ce genre de détail, puisqu’elle se situe sur le plan de l’entendement.

Évidemment, loin de moi l’idée de prétendre que l’anglais est toujours redondant, tandis que le français serait un modèle de concision. L’anglais possède l’arme redoutable des phrasal verbs, qui, parfois, ne peuvent être traduits que par une périphrase dans la langue de Molière. En général, l’anglais prend moins de mots que le français pour s’exprimer. Mais le traducteur doit toujours être à l’affut des petites redondances ici et là.

Huile

Le mot huile semble bien innocent comme cela, mais il peut nous mener sur des chemins de traverse parfois surprenants.

On le sait, une huile est une substance grasse, onctueuse et liquide, parfois inflammable.

Le mot a toutefois une connotation un peu différente au Québec, sous l’influence de l’anglais, comme cela arrive souvent.

Chez nous, on parle d’huile à chauffage et non de mazout. L’huile à chauffage est brulée dans un appareil à combustion appelé … fournaise.

La terminologie internationale nous donnerait une chaudière au mazout. Cette expression serait incompréhensible au Canada français, une chaudière étant un seau d’eau.

Le monde de l’automobile

Les expressions liées au monde de l’automobile sont lourdement influencées par l’anglais au Québec. Lorsqu’on confie sa voiture à un garagiste, il est normal de lui demander un changement d’huile. Imaginez la tête d’un garagiste européen ou africain…

En fait, il est question d’une vidange d’huile. Dans ce cas précis, le client ne parle pas de mazout, mais bel et bien d’huile à moteur.

En français classique, on remarque plusieurs expressions intéressantes avec le mot en l’objet.

  • Baigner dans l’huile : quand tout va bien.
  • Faire tache d’huile : se répandre.
  • Jeter de l’huile sur le feu : empirer les choses.
  • Les huiles : les personnages importants.

Cette dernière expression ne manque pas d’intérêt. Les huiles, c’est le gratin, ce qui remonte à la surface.

De l’huile au mazout…

Le lien entre le mot huile en français et le oil anglais saute aux yeux. C’est dans le domaine des hydrocarbures que les pistes s’enfoncent dans les sables bitumineux de la sémantique.

Oil peut désigner de l’huile à chauffage, appelé mazout, comme nous l’avons vu. Le mazout – un mot russe – peut aussi être appelé fioul, un terme inusité au Québec, une corruption de l’anglais fuel.

Mais oil est aussi un terme générique pour parler du pétrole en général. Sauf que nos amis britanniques parlent de petrol lorsqu’ils font le plein; en français, essence. Mais petrol se dit gas en anglais américain, bien qu’il ne s’agisse pas d’un gaz.

D’où l’expression québécoise Mettre du gaz dans son char. Une belle pièce de dialecte qui pousserait le pompiste de Tournai à aller écluser une gueuze pour essayer d’y comprendre quelque chose…

Non, les Québécois ne conduisent pas des panzer… Le mot char vient de l’anglais car.

(Soit dit en passant, les VUS délirants qui encombrent les routes nord-américaines méritent bien d’être appelés des chars, au sens traditionnel du terme.)

De l’huile à la bière…

Le mot huile a des petits cousins inattendus dans les langues germaniques. En allemand, on dit Öl, en suédois ojla, en norvégien ojle. Mais il est étonnant de constater que tant en suédois qu’en norvégien, les mots öl et øl renvoient non pas à l’huile mais à la bière!

L’anglais n’a pas uniquement subi l’influence du français, il est aussi une langue germanique. S’il peut paraitre curieux de boire de l’öl dans les langues scandinaves, n’oublions pas que Britanniques et Canadiens ne dédaignent pas une pinte de bonne ale par temps chaud.

Fin de cette chronique néo-dadaïste rédigée sous la canicule. Devinez ce que je vais faire à présent…