Monthly Archives: septembre 2021

You are browsing the site archives by month.

Data mining

Nous avons tous vu cela sur le Net, notamment dans Facebook : quel est le nom de ton premier chien? Et bien innocemment beaucoup d’entre nous répondons Nabuchodonosor, surnommé la Terreur des facteurs. Nous lisons ensuite les autres réponses, sans être conscient que nous venons de tomber dans un piège.

Il est question ici de data mining, que l’on peut traduire par exploration, extraction, forage, fouille, prospection de données.

Les cyberfripouilles qui hantent la Grande Toile cherchent à connaitre la réponse que vous donnerez à une banque, en ouvrant un nouveau compte. Ce compte sera protégé par des questions de sécurité, comme, justement le nom de votre premier toutou, votre première voiture ou le nom de votre meilleur ami.

Les cyberfripouilles en question cherchent aussi à connaitre votre adresse, l’endroit où vous travaillez etc., et amalgament tous ces éléments pour reconstituer le puzzle de votre identité. Identité qu’ils finiront par voler. Parlez-en à ceux qui ont reçu des comptes de cartes de crédit à leur nom, mais qu’ils n’ont jamais possédées.

Une autre arnaque est le clickbait ou piège à clics, aussi appelé attrape-clics. Dans Facebook, ou ailleurs, on vous soumet une affirmation douteuse à laquelle on vous demande de réagir, par exemple : « Il n’y a aucun mot qui commence par z et finit par o. » Fier comme un paon, vous écrivez zéro. Une prise contre vous.

Dans YouTube, on vous proposera des vidéos sensationnelles, comme Les évènements les plus bizarres filmés, avec en prime une photo de jeune femme dénudée sur un yacht. Curieux de nature, vous allez voir la vidéo où il n’y a ni yacht ni jeune femme. Le fumiste qui a mis en ligne cette vidéo a récolté un clic, qui lui servira à obtenir des revenus publicitaires. Deux prises.

Morale de cette histoire : il ne faut pas réagir à n’importe quoi sur le Net, ou vous pourriez être retiré sur trois prises.

***

Vous trouvez le français compliqué? Très compliqué? Inutilement compliqué? Vous lirez avec intérêt mon ouvrage Plaidoyer pour une réforme du français. L’auteur y explique comment on pourrait moderniser l’orthographe et la grammaire de notre langue sans la dénaturer complètement.

On peut le commander sur le site LesLibraires.ca ou encore aux éditions Crescendo.

S’empirer

Les changements climatiques s’intensifient, la situation s’empire.

Certains crieront immédiatement à l’erreur en faisant valoir que le verbe empirer est intransitif. Donc s’empirer serait aussi pire (!) que se divorcer.

De fait, empirer est maintenant un verbe intransitif, mais il ne l’a pas toujours été. Jadis, on pouvait empirer une affaire, un mauvais remède pouvait empirer le mal. De nos jours, le mode transitif est considéré comme vieilli.

Ainsi en est-il de la forme pronominale. On en trouve un bel exemple daté de 1823 dans le Trésor de la langue française : « Il était impossible que notre situation s’empirât. »

Toujours est-il qu’au Canada français la forme pronominale est encore fréquente. D’après l’Office québécois de la langue française, elle n’est pas nécessairement à éviter :

Aujourd’hui, ces emplois sont considérés comme vieillis dans la plupart des ouvrages de référence, mais ils semblent survivre davantage au Québec. Il n’est pas nécessaire d’éviter ces emplois, qui sont corrects; toutefois, puisqu’ils sont moins courants dans le reste de la francophonie, on peut leur préférer la construction intransitive ou encore un synonyme d’empirer.

***

Vous trouvez le français compliqué? Très compliqué? Inutilement compliqué? Vous lirez avec intérêt mon ouvrage Plaidoyer pour une réforme du français. L’auteur y explique comment on pourrait moderniser l’orthographe et la grammaire de notre langue sans la dénaturer complètement.

On peut le commander sur le site LesLibraires.ca ou encore aux éditions Crescendo.

Bruler Mein Kampf?

Au Canada, la réconciliation nécessaire avec les peuples autochtones devient un excellent prétexte pour les bien-pensants de la mouvance woke de poursuivre leur combat.

Comme le rapporte la journaliste Isabelle Hachey, Le comité d’évaluation du Conseil scolaire catholique Providence, en Ontario, « a retiré des encyclopédies pour des mots qui avaient mal vieilli, des bandes dessinées pour des dessins qui n’étaient pas assez représentatifs des Autochtones, des romans jeunesse qui ne passaient pas le test de cet obscur tribunal de l’Index. »

Radio-Canada révèle de son côté que près de 5000 livres jeunesse ont été retirés de 30 bibliothèques francophones du sud-est de l’Ontario. Certains ont été brulés au cours de cérémonies spirituelles inspirées par les Autochtones.

Parmi eux, Tintin en Amérique et Astérix et les Indiens.

Au Canada, on a commencé à bruler des livres dont on estime le contenu inacceptable, parce qu’ils dépeignent les Autochtones du Canada sous un jour défavorable. Même des citadelles de la bien-pensance comme Radio-Canada et La Presse s’en inquiètent. Certains Autochtones se sont dit perturbés de ce qui se fait en leur nom.

Bruler Mein Kampf?

Puisque l’on brule Tintin en Amérique, pourquoi ne fait-on pas la même chose avec Mein Kampf?

Contrairement à bien des gens qui en parlent, j’ai lu Mein Kampf d’un bout à l’autre. Je puis vous assurer que son contenu est nettement plus sulfureux que Tintin.

Mein Kampf est un torchon.

Il est atrocement mal écrit, plein de fautes de grammaire, de barbarismes; c’est une logorrhée assommante et répétitive, mal structurée. Comble de tout, l’ouvrage est d’une indigence intellectuelle consternante, ne comporte aucune bibliographie, aucune citation, aucun renvoi à des auteurs crédibles. Un ramassis d’affirmations non démontrées.

Les thèses avancées ne sont pas étayées. En voici quelques-unes :

  • La race aryenne est à l’origine de 75 pour 100 des progrès de l’humanité. L’auteur ne définit pas la race aryenne et son affirmation principale n’est pas appuyée par des statistiques probantes. Du vent.
  • Les Juifs sont un peuple malfaisant, un corps étranger dans la nation allemande. Les Juifs complotent à l’échelle internationale pour dominer le monde. Encore une fois, pas l’ombre d’une preuve n’est avancée.
  • L’histoire du monde est l’histoire de la lutte des races. Affirmation non démontrée et calquée sur le marxisme, pour qui la lutte des classes est le moteur de l’histoire.
  • Les races supérieures sont destinées à dominer le monde. La race allemande, qui en fait partie, doit contrôler un territoire suffisant pour asseoir sa suprématie. Elle a parfaitement le droit de coloniser les territoires fertiles de l’Est (Russie, Ukraine, etc.).
  • Les Russes et autres Slaves sont une race inférieure destinée à être dominée par les Aryens.

J’arrête ici.

Je demeure convaincu que si le peuple allemand avait pris la peine de lire Mein Kampf, il aurait vu quel fou furieux était Hitler et que le cours de l’histoire en aurait été changé.

Bruler Mein Kampf ?

Ce torchon écrit en prison était la bible du nazisme, dont les conséquences ont été effroyables. Alors comment expliquer qu’un tel ouvrage soit toujours vendu en libraire? Qu’attend-on au juste pour le bruler?

Croyez-le ou non, Mein Kampf a été réédité. Si, si, vous avez bien lu. Mais avec des pages explicatives, qui dénoncent les propos mensongers qu’il contient, avec toutes les mises en garde nécessaires. En outre, la traduction française a été révisée pour refléter fidèlement l’indigence de la langue d’Adolf Hitler. Contrairement à ce qu’on voyait dans la première édition, on n’a pas toiletté la version française pour la rendre plus digeste.

Les éditeurs européens nous montrent le chemin. Remettre l’ouvrage dans son contexte, expliquer, pour éviter de revivre le passé. Au lieu de jeter Tintin au feu, mieux aurait valu le garder en bibliothèque et expliquer à quel point sa vision des Autochtones était dégradante.

Et que dire de Tintin au Congo? Encore pire que l’autre, il projette une image infantilisante des Noirs. Va-t-on le garder pour le prochain autodafé?

***

Vous trouvez le français compliqué? Très compliqué? Inutilement compliqué? Vous lirez avec intérêt mon ouvrage Plaidoyer pour une réforme du français. L’auteur y explique comment on pourrait moderniser l’orthographe et la grammaire de notre langue sans la dénaturer complètement.

On peut le commander sur le site LesLibraires.ca ou encore aux éditions Crescendo.

Insécure

Insécure est un anglicisme fréquemment employé au Canada. Et il l’est probablement parce que les traductions habituelles semblent marquer un léger glissement de sens par rapport à la langue originale.

Une personne insécure est inquiète, anxieuse. C’est ce que nous disent les dictionnaires de traduction. Mais quand on consulte les ouvrages anglais, on apprend aussi qu’elle manque de confiance en elle, qu’elle a des appréhensions. Bref, elle a peur.

Pour éviter insécure, on pourrait recourir à une périphrase comme « Elle se sent en état d’insécurité. Elle a des appréhensions. »

Bien sûr, il serait facile de dire qu’elle est tout simplement anxieuse, l’anxiété étant la crainte d’un danger imminent.

La popularité de l’anglicisme insécure s’explique probablement par la transparence de cet emprunt, qui renvoie à insécurité. Or, une personne souffrant d’insécurité est forcément anxieuse et nerveuse.

***

Vous trouvez le français compliqué? Très compliqué? Inutilement compliqué? Vous lirez avec intérêt mon ouvrage Plaidoyer pour une réforme du français. L’auteur y explique comment on pourrait moderniser l’orthographe et la grammaire de notre langue sans la dénaturer complètement.

On peut le commander sur le site LesLibraires.ca ou encore aux éditions Crescendo.