Impacter

Impacter est le descendant direct d’impact, anglicisme qui a fait l’objet d’un billet dans ce blogue. Des mots nettement plus élégants comme effet d’entraînement, contrecoup, répercussions, etc. ont été balayés du vocabulaire courant.

Obnubilés par impact, les rédacteurs en sont venus à utiliser le verbe impacter, en parfaite harmonie avec l’anglais, pour qui substantif et verbe se confondent souvent.

Un bel exemple : « Les services ont été impactés par les compressions budgétaires. » On peut pêcher d’autres exemples du genre dans les eaux troubles de la Grande Toile.

Le verbe pertinent, dans cet exemple, serait affectés. Un coup d’œil au dictionnaire nous montre que ce terme peut avoir une connotation négative. Avec un peu d’imagination et surtout plus d’adresse, le rédacteur aurait pu donner plus de couleur à sa phrase : « Les compressions budgétaires ont chambardé, chamboulé la prestation de service. »

Vous ne trouvez pas que c’est mieux? Tout à coup, on parle français.

On le voit, le recours à des anglicismes passe-partout appauvrit le vocabulaire et la capacité d’expression. La paresse bouleverse le style, elle l’étrille, le charcute, etc. – elle ne l’impacte pas.

Impacter, tout comme son géniteur impact, est un terme fort. Derrière lui se cache l’idée d’un choc violent. Cette idée s’est diluée dans le raz de marée d’impacts qui envahit nos textes. N’importe quelle conséquence devient un impact. Le même danger guette impacter.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation