Liberté académique

La controverse qui ébranle l’Université d’Ottawa remet en question ce que certains appellent la liberté académique, terme condamné par bien des gens, non pas parce qu’il offense certains étudiants, mais parce qu’il viendrait de l’anglais.

Une rapide consultation du dictionnaire en ligne Usito, du Multidictionnaire de la langue française montre que l’expression est considérée comme un anglicisme. D’ailleurs plusieurs commentateurs lui ont substitué les termes suivants : liberté d’enseignement, liberté universitaire.

Car c’est souvent universitaire qui est présenté comme la traduction plus exacte de l’anglais academic. En effet, ce dernier mot est largement utilisé en anglais et, comme l’indique la Banque de dépannage de l’Office québécois de la langue française, il peut être remplacé par scolaire, collégial ou universitaire.

Que veut dire académique?

Est académique ce qui se rapporte à une académie, souvent l’Académie française. Il peut aussi être question de l’école de Platon, mais l’acceptation classique est, selon le Dictionnaire de l’Académie française :

Relatif à une division territoriale et administrative de l’Université française.

Le doute s’insinue. D’autant plus que le Petit Robert va dans le même sens :

Qui a rapport à l’administration de l’académie (enseignement). Inspection académique, palmes académiques.

Les palmes académiques, définies ainsi par l’Académie française :

Décoration qui récompense les mérites d’une pers. ayant servi l’Université de France dans le cadre d’une de ses Académies

Il semble donc que l’emploi du mot académique dans liberté académique n’est pas aussi condamnable qu’on peut le penser. D’ailleurs, le Robert indique que l’adjectif s’utilise au Canada, en Belgique, au Luxembourg et en Suisse.

Détail intéressant, le dictionnaire cite la locution liberté académique, qui serait un belgicisme (???) et la définit ainsi :

(Liberté) dont jouissent les enseignants universitaires dans leurs activités d’enseignement et de recherche.

Conclusion

Un adjectif qui renvoie à l’université française peut-il être employé au Canada? Est-ce que l’expression anglaise academic freedom ne viendrait pas au fond du français? Ou bien liberté académique serait un des très nombreux calques qui ont cours dans le français d’ici?

Chose certaine, on peut facilement lui substituer liberté universitaire, liberté d’enseignement. En espérant qu’elle survive.

***

André Racicot vient de faire paraître un ouvrage Plaidoyer pour une réforme du français.  Ce livre accessible à tous est la somme de ses réflexions sur l’histoire et l’évolution de la langue française. L’auteur y met en lumière les trop nombreuses complexités inutiles du français, qui gagnerait à se simplifier sans pour autant devenir simplet. Un ouvrage stimulant et instructif qui vous surprendra.

On peut le commander sur le site LesLibraires.ca ou encore aux éditions Crescendo.

2 Thoughts on “Liberté académique

  1. Le sens apparaissant dans le Robert et dans le dictionnaire de l’Académie (version actuelle) concerne les académies, qui sont les autorités assurant l’administration de l’Éducation nationale au niveau régional en France : https://www.education.gouv.fr/les-regions-academiques-academies-et-services-departementaux-de-l-education-nationale-6557

    Cela n’a rien à voir avec le sens anglais et ne cautionne en aucun cas l’anglicisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation