Ces mots galvaudés qui nous envahissent

Certains mots sont utilisés à toutes les sauces au point d’en devenir vide de sens. Petit tour d’horizon des grands classiques souventes fois dénoncés dans cette chronique.

Historique

J’espère que vous êtes conscient que le 3 décembre 2020 est un jour historique. Vous ne le saviez pas? Qu’importe les médias vous le signaleront dans la journée. Demain aussi. La pandémie de coronavirus est certes historique, mais l’annulation des fêtes de Noël par le gouvernement? La prochaine élection fédérale? La reprise des activités de la Ligue nationale de hockey? Les Olympiques de Tokyo en 2021? Le Byebye 2020? Pourquoi pas? En fait, tout est historique, selon les médias.

En fait, historique est un mot très fort que l’on devrait employer avec circonspection. Mon billet.

Impact

Voilà un bon bout de temps que je dénonce cet anglicisme (si, si!) envahissant qui remplace des mots plus nuancés comme effet, conséquences etc. Cette fixation tenace sur impact conduit à un appauvrissement du vocabulaire, parce que ce mot, pris au sens propre, est costaud. Mon billet.

Priorité

Nos leaders ont beaucoup de priorités… tellement qu’on peut se demander si la dixième priorité énoncée est encore une priorité. Une priorité est-elle absolue? Réflexion prioritaire dans ce texte.

Partager

La propagation de ce mot dans le vocabulaire informatique a ensuite débordé sur le reste du français à un point tel qu’on pourrait presque parler de pandémie linguistique. On partage tout, des impressions, un appartement, des photos, un document, etc.

Le sens véritable de ce verbe s’est perdu dans le délire le plus complet.

Pourtant, on peut facilement s’exprimer d’une manière plus exacte avec quelques verbes comme dire, informer, diffuser, en parler, mentionner…

Mais on se partage également toutes ces choses, car la formulation réflexive envahit également la langue parlée. Mon billet.

Communauté

Ceux qui vivent en région anglophone comprendront. Dans l’Outaouais fortement anglicisé, tout et n’importe quoi devient une communauté. Mais qu’est-ce qu’une communauté au juste? Texte.

Un incendie éclate dans un village? La communauté s’est mobilisée… pas le village, la communauté. Mais la communauté peut également désigner les habitants d’un quartier du même village, les personnes habitant une rue inondée, à moins que ce soit la région englobant ledit village. Tout est possible.

Le souci de précision le plus élémentaire amènera le langagier à remplacer ce mot très vague. Mon billet.

***

André Racicot vient de faire paraître un ouvrage Plaidoyer pour une réforme du français.  Ce livre accessible à tous est la somme de ses réflexions sur l’histoire et l’évolution de la langue française. L’auteur y met en lumière les trop nombreuses complexités inutiles du français, qui gagnerait à se simplifier sans pour autant devenir simplet. Un ouvrage stimulant et instructif qui vous surprendra.

On peut le commander sur le site LesLibraires.ca ou encore aux éditions Crescendo.

4 Thoughts on “Ces mots galvaudés qui nous envahissent

  1. Marianna on 4 décembre 2020 at 11:49 said:

    Ah André!
    Aujourd’hui est une journée historique en effet!
    Je ne m’imaginais pas en me levant ce matin que ce billet partagée avec notre communauté aurait un si grand impact sur moi…
    Je me sens VALIDÉE!
    Je commençais à me demander si j’étais la seule à être de cet avis. J’ai presque envie d’envoyer ton billet à nos pigistes… en priorité… 😂
    Merci merci merci d’avoir introduit un rayon de soleil dans ma vie en cette journée pluvieuse et grise. Grâce à toi, je vais bien finir la semaine. 😊

    • Andre Racicot on 4 décembre 2020 at 13:50 said:

      Bonjour Marianna, je suis bien content de te lire. Tes commentaires sont une envolée de colombes dans mon cœur. Tu as fait ma journée, définitivement, et je suis content d’avoir fait la différence dans la tienne.

  2. Danielle Massé on 13 décembre 2020 at 15:13 said:

    Bonjour,
    J’aimerais bien lire votre réflexion à propos de cette expression : Tu as fait ma journée.
    Merci
    Danielle Massé

    • Andre Racicot on 13 décembre 2020 at 16:33 said:

      C’est évidemment un anglicisme. Pour bien traduire la locution de l’anglais, il ne faut surtout pas se laisser hypnotiser par le mot principal «day». Toute traduction comportant son équivalent français, journée, ne sera pas naturelle. Comme cela arrive souvent en traduction, le contexte conditionne la réponse.
      Si une personne vous a rendu service dans un moment difficile, que lui diriez-vous en vrai français? «Tu m’as vraiment sauvé la vie! Sans toi j’étais foutue. Tu as mis du soleil dans ma vie.» Si vous tenez au mot «journée» : Tu as sauvé ma journée, tu as illuminé ma journée. Mais avouons que ce n’est pas ce qu’on dirait spontanément.
      Vous lirez avec intérêt mon article sur Make my day publié dans ce blogue. Ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation