Zone de confort

De nos jours, il est important de toujours être dans sa zone de confort; au besoin de la créer. Mais qu’arrive-t-il quand le karma s’acharne sur vous, que vos chakras sont déréglés?

Ce qui est déréglé, c’est l’usage envahissant de cette locution largement inspirée par la langue américaine.

Largement, parce que la notion de zone de confort existe en psychologie. Mais on remarque vite que les sources citées sont américaines… Il s’agit donc d’une traduction servile de zone of comfort.

Comme il arrive souvent avec les emprunts, on a l’impression qu’il est impossible d’exprimer la réalité autrement qu’en répétant en français ce que l’anglais dit, avec les mêmes mots. Cet arrachement au modèle initial s’appelle la reformulation. Bien des traducteurs et traductrices n’y arrivent pas et beaucoup prennent des mauvais plis, comme confondre traduction et transcription de l’anglais.

Il n’y a pas une seule traduction à l’expression en l’objet. Vieille rengaine de la traduction : tout dépend du contexte…

Imaginons un politicien qui ne veut pas sortir de sa zone de confort. Qu’est-ce que ça signifie? Le plus souvent, il a contourné la question; il a refusé de répondre; il n’a pas voulu se prononcer; il n’a pas voulu s’aventurer plus loin.

Vous êtes sorti de votre zone de confort. Vous avez osé. Vous vous êtes aventuré à faire telle chose. Et pourquoi pas? Vous êtes allé un petit peu plus loin, vous avez pris des risques.

En poussant la réflexion, on peut vouloir sortir de son cocon, de ses rituels, faire les choses autrement, faire preuve d’imagination, etc. Bref, s’avancer.

Dans certains cas, on pourra employer la bonne vieille expression sortir des sentiers battus.

On voit que le contexte nous aide à reformuler. Penser en français aussi.

Vous n’êtes pas dans votre zone de confort. Qu’est-ce que ça signifie en mots simples?

(Temps de réflexion.)

« Je suis mal à l’aise. »

Tout simplement.

 

One Thought on “Zone de confort

  1. Marc-André Descôteaux on 3 mai 2018 at 20:55 said:

    De très bonnes suggestions que nous gagnerions à employer.

    Un petit détail : je crois qu’en anglais, on dit plutôt « comfort zone » (non « zone of comfort »). Oxford et Webster sont aussi de cet avis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation