Viêt Nam ou Vietnam?

Le monde de la toponymie est parfois assez déroutant. La graphie d’un pays aussi connu que le Vietnam varie d’un auteur à l’autre. Au palmarès : Vietnam, Viêtnam, Viêt Nam, Viet Nam…

Du chinois, tout cela! D’entrée de jeu, soulignons que les Nations unies écrivent Vietnam, ce qui signifie que la graphie serait la même en anglais et en français. Quant à lui, le Petit Robert des noms propres y va avec Viêt nam ou Viêt Nam; le Larousse enchaîne avec Viêt Nam ou Vietnam.

Assez déroutant, n’est-ce pas? Au fond, les deux ouvrages ne font que constater la multiplicité des graphies qui circulent.

Un petit coup d’œil à la presse française semble confirmer l’usage Vietnam, celui de l’ONU.

Il faut savoir que les graphies utilisées par l’organisation internationale répondent aux vœux des États concernés. La graphie en un seul mot a l’avantage de la simplicité; elle nous évite quantité de questions quant à la troncature et à l’utilisation ou pas de l’accent circonflexe.

C’est donc celle que je vous conseille d’employer.

 

3 Thoughts on “Viêt Nam ou Vietnam?

  1. … OU « VIET NAM » ?

    En effet, la graphie des noms de pays adoptée dans les six langues officielles de l’ONU (anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe) a valeur officielle internationale parce que c’est celle voulue ou du moins acceptée dans toutes ces langues par les États membres concernés.

    À cela s’ajoute la règle générale que les noms propres (graphie et prononciation) sont la propriété de ceux qui les portent.

    L’appellation officielle « Viet Nam », en deux mots et sans accent circonflexe, est celle qui a cours à l’ONU en français comme en anglais, comme l’atteste la base terminologique officielle UNTERM.

    Rien n’interdit cependant des usages nationaux différents : ainsi le Petit Larousse 2015 recense « Viêt Nam » et – en un seul mot – « Vietnam » .

    Noms de pays à part, il arrive que les États membres demandent à l’Organisation d’utiliser telle ou telle appellation ou graphie géographique plutôt qu’une autre : c’est ainsi que dans la documentation officielle de l’ONU on ne parle plus de « Bombay », mais de « Mumbai » , ni de « Madras », mais de «  »Chennai ». De même, il y a des années, le Myanma a communiqué au Secrétariat de l’Organisation une liste de graphies géographiques qu’il souhaitait voir employer dans les textes officiels.

    Pour d’évidentes raisons de commodité et de simplicité il me semblerait préférable de s’en tenir à la graphie internationale de l’ONU pourvu qu’elle ne heurte pas les règles du français .

    Justement, l’appellation officielle « Myanmar » (ancienne Birmanie) en vigueur à l »ONU heurte les règles de la prononciation française parce qu’elle comporte un « r » parasite qui ne représente rien d’autre que le son « a long » de l’anglais, donc sans pertinence, voire carrément trompeur, en français : c »est pourtant cette graphie officielle que retient le Petit Larousse ( « Myanma » serait phonétiquement plus exact).

    Autre exemple : « Jakarta », copie en français du « Jakarta » anglais qui, lui, correspond bien à la prononciation usuelle du nom de cette ville. Le Petit Larousse donne « Jakarta ou Djakarta ».

    La parfaite et rationnelle uniformité n’est pas de ce monde ! JR

  2. VIET NAM : UNE RÉACTION DU PETIT LAROUSSE

    Suite aux commentaires d’André Racicot, et à propos du Viet Nam/Viêt Nam,/Vietnam, j’avais signalé cette question d’harmonisation aux rédacteurs du Petit Larousse. J’ai reçu d’eux l’aimable réponse suivante :

    « Malgré tous nos effort et ceux de nos correcteurs, nous ne sommes pas à l’abri d’une erreur, notamment dans la transcription des noms de pays, qui a parfois varié dans les dernières décennies. En cela, le concours de nos lecteurs nous est essentiel pour l’amélioration du Petit Larousse.

    « Dans ce cas précis, votre courrier fait écho à une des préoccupations des rédacteurs ; il faudra en effet, sans doute, harmoniser les graphies des noms de pays ; généralement, dans le Petit Larousse (et c’est vrai pour l’exemple du Viet Nam/Viêt Nam/Vietnam), nous suivons la graphie définie par la Commission générale de terminologie et de néologie (http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/Toponymes_publies_au_JO_du_24_septembre_2008_cle8f39e5.pdf).(http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/I/pdf) . Toutefois, il existe des exemples où la première graphie dans nos ouvrages est la graphie internationale, quand elle est en usage en France. Dans tous les cas, vous avez raison, il faudra rationaliser nos choix de graphie.

    « Votre courriel a donc été transmis aux rédacteurs du Petit Larousse, mais c’est un chantier assez volumineux ; il ne pourra être mis en œuvre, en tout état de cause, pour le millésime 2016 du Petit Larousse, dont la production est bien avancée. »

    Merci, donc, à André Racicot d’avoir soulevé cette question : ça aura été très utile ! JR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation