Turluter

Les Québécois aiment turluter. Si, si. Ils offrent même des gâteries en cadeau lorsqu’on les invite à la maison.

Les routes du Québec sont parsemées de nids-de-poule; ce qui explique que les passagers arrière des autos se branlent parfois. Il arrive aussi que le chemin soit barré.

Les lecteurs européens sont sans doute éberlués en lisant ces quelques phrases.

Le français d’Amérique a évolué d’une manière différente après la coupure que fut le Traité de Paris, en 1763, qui a marqué la rupture entre la France et sa colonie de Nouvelle-France, qu’on appelait déjà Canada.

Certains mots, on le voit, on pris un sens différent.

La turlute est une manière particulière de chanter. Turluter signifie donc chanter et n’a rien à voir avec un acte sexuel. Même chose pour gâterie. Au Canada, branler peut vouloir dire bouger ou encre hésiter. La forme pronominale peut elle aussi susciter la confusion…

L’ancien français imprègne encore la langue française des Nord-Américains. Les habitants de certaines régions françaises comprendront aisément la phrase suivante : « Paul ne se rappelle plus où il a serré ses lunettes. » Le verbe marier peut signifier donner en mariage. Mais, au Québec, il est employé couramment pour dire qu’untel a épousé unetelle. « Patrick a marié Audrey. » Audrey étant l’épouse et non la fille.

Autre reliquat de l’ancien français : garde-robe. Chez nous, il s’agit surtout du placard où l’on range les vêtements, bien que le sens plus courant « Ensemble des vêtements d’une personne. » (Robert) se voie aussi.

Au chapitre de l’ancien français, on notera le nom des repas, source infinie de confusion entre Européens et Canadiens. Les Européens francophones qui s’établissent au Canada sont toujours un peu surpris d’entendre leurs nouveaux compatriotes parler du souper. Ici, on soupe vers dix-huit heures… et pas nécessairement après un spectacle.

Les Québécois sont en bonne compagnie pour faire bombance : les Africains, Belges, Suisses appellent souper leur repas du soir.

La confusion s’intensifie lorsqu’un Français d’origine parle d’aller déjeuner. Le Canadien s’imagine qu’il veut aller prendre… le petit déjeuner, car pour lui, le repas du midi c’est le… dîner. Le sens européen de petit déjeuner (matin) et de déjeuner (midi) se voit aussi en Amérique, mais il est plus rare. Par ailleurs, le verbe dîner n’a résolument pas le sens de prendre le repas du soir. Au Canada, on dîne à midi.

Le français québécois est parsemé d’impropriétés qui ne manqueront pas de surprendre nos amis francophones. Un cabaret est un plateau pour transporter les plats, et non une boîte de nuit. Plusieurs est continuellement employé au sens de beaucoup, même dans les médias réputés.

Les amateurs de jeux de cartes seront étonnés d’entendre un joueur annoncer qu’il va piger une carte. Le Canadiens tombera des nues lorsque son adversaire européen dira qu’il veut en piocher une.

Piger : mesurer avec une pige; comprendre, nous disent les dictionnaires. Au Québec, le verbe signifie prendre une carte.

Piocher : Remuer avec une pioche; travailler dur. C’est ainsi qu’on comprend ce verbe au Québec. Le sens de prendre une carte est inusité ici.

Churchill disait que les États-Unis et la Grande-Bretagne sont deux pays séparés par une même langue. Les divergences entre le français nord-américain et celui de l’Europe sont donc tout à fait normales.

2 Thoughts on “Turluter

  1. Christophe Maire on 14 août 2017 at 12:19 said:

    Pour moi, et je pense l’avoir déjà partagé avec vous il y a quelques années, le mot qui me donne le plus de fil à retordre depuis mon arrivée au Québec (si on met à part les noms des repas que je ne pense pas pouvoir maîtriser un jour !) c’est : éventuellement. Pendant mes 25 premières années passées en France, ce mot venait avec un doute, il y avait avec lui une série de « peut-être », alors quelle ne fût pas ma surprise lorsqu’arrivé au Québec on m’empruntait des livres ou un drill (perceuse) en me mettant en garde qu’on me le rendrait « éventuellement ». Il m’a fallu un certain temps avant de comprendre qu’on était ici dans la traduction incorrecte du mot anglais « eventually » qui lui ne contient aucun doute .. Rigolo mais pas pratique du tout !

  2. Pingback: Taon | André Racicot : Au cœur du français

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation