Tics journalistiques par l’absurde

Les tics journalistiques finissent par agacer d’autant plus qu’ils reviennent sans cesse dans la bouche de reporters, de chefs d’antenne qui s’imaginent parler une langue à la fine pointe de la modernité.

Malheureusement, les progrès sont bien rares. Alors, pour bien rigoler, regardons ce que signifie vraiment le charabia journalistique… Rien ne vaut une démonstration par l’absurde.

Un stationnement grand comme cinq terrains de football.

Signification : Un très grand stationnement. Un immense stationnement. Les cinq équipes de la division Ouest de la Ligue canadienne de football y jouent.

L’attaquant non francophone du Canadien (précision inutile…) a marqué le but qui a fait la différence.

Signification : ce but surprenant a amené le gardien adverse à réfléchir sur le sens profond de ce filet et à le distinguer d’un but marqué par ses propres équipiers. Conclusion : ils marquent de l’autre côté de la patinoire.

Tel membre d’un gang de motard a un dossier criminel chargé.

Signification : son dossier en lui-même constitue un crime et les procureurs de la Couronne devraient être emprisonnés, à moins que le procès n’avorte à cause de l’arrêt Jordan. Le criminel en question a un casier judiciaire mais il est toujours préférable d’éviter ce sujet épineux en sa compagnie.

Le Canada et d’autres juridictions envisagent de légaliser les anacoluthes.

Signification : en tant que tribunal, le Canada peut prononcer un jugement sur la légalité des anacoluthes. S’il était un pays, un gouvernement ou un État, il pourrait demander à son Parlement de légiférer contre les ruptures de construction.

Le gouvernement fédéral n’a pas juridiction en éducation.

Signification : Le gouvernement d’Ottawa n’est pas autorisé à prononcer des jugements dans les affaires relatives à l’éducation, puisque seul un tribunal a juridiction. En fait, le gouvernement fédéral n’a pas compétence en éducation.

Des investissements historiques dans la rénovation des écoles. Une rencontre historique entre les maires de 22 municipalités.

Signification : Les investissements et la rencontre en question, on en parlera encore dans 50 ans. Nos enfants nous demanderont si on se souvient des discussions des 22 maires, qui ont marqué toute une époque.

Le front froid va faire en sorte qu’il y aura de la neige en fin de semaine.

Signification : Le front froid va organiser des chutes de neige en fin de semaine.

Les témoins ont été rencontrés.

Signification : n’est-il pas? Des témoins ont été rencontrés parce que des accidents ont été produits par le front froid, qui, décidément, travaille d’arrache-pied.

La tempête a causé des délais à l’aéroport.

Signification : la tempête (causée par le même front froid) a amené les autorités aéroportuaires à fixer de nouvelles dates limites ou encore à recalculer le temps imparti pour effectuer certaines tâches.

La décision des autorités de l’aéroport a eu des impacts sur les vacanciers.

Signification : ils sont tous tombés raide mort lorsqu’un Boeing les a heurtés de plein fouet.

La police a découvert que le conducteur était intoxiqué au moment de l’accident.

Signification : le conducteur avait mangé des huitres périmées (et non passées date). Il était empoisonné. Le journaliste, probablement pompette, voulait dire que le conducteur était en état d’ébriété.

La ministre Joly n’était pas dans sa zone de confort en répondant aux journalistes.

Signification : La ministre a été tirée de sa baignoire et amenée de force devant la meute journalistique.

La hausse des loyers dans les quartiers populaires est une problématique qu’il faut adresser.

Signification : La hausse des loyers est une situation tellement complexe qu’elle a été envoyée par la poste à l’Institut de physique nucléaire Max Planck, à Heidelberg en Allemagne.

Le coureur a éventuellement gagné le marathon.

Signification : il a peut-être gagné la course, mais on n’est pas sûr encore.

La joueuse de tennis allemande Angélique Kerber a disposé d’Eugenie Bouchard en trois manches.

Signification : elle a amené la joueuse canadienne chez elle et l’a rangée dans son placard. Elle pourra en disposer à sa guise, par exemple lui demander de faire son ménage et les courses.

La STO a mis la table aux consultations publiques sur l’avenir du réseau dans l’Ouest. (Authentique, paru dans La Presse).

Signification : La STO a préparé un buffet pour les intervenants qui étudieront l’avenir du réseau. Au menu, carte d’abonnés en sauce, trempette au diésel et tartines de graisse de frein.

Les gestionnaires de la Caisse de dépôt sont définitivement dans l’eau chaude.

Signification : Ils ont été plongés dans un bac d’eau bouillante pour le reste de leurs jours, ou jusqu’à cuisson complète. Josée Di Stasio les inclura dans son prochain livre.

À la fin de la journée, le gouvernement fédéral devra trancher le litige pétrolier entre la Colombie-Britannique et l’Alberta.

Signification : Ce soir, à 23 h, Ottawa devra mettre fin au litige dégoulinant de sables bitumineux entre les deux provinces. J’ai hâte de voir cela. On nous dira probablement que c’est un point tournant qui nous attend au tournant.

One Thought on “Tics journalistiques par l’absurde

  1. Jules Dior on 7 mai 2018 at 13:20 said:

    Heureusement, André, qu’il vous reste l’humour!
    D’où viennent ces tics, pourquoi se propagent-ils aussi vite? Conformisme, paresse intellectuelle, esprit grégaire? Il ne se passe pas une semaine sans qu’apparaisse dans les médias une nouvelle marotte langagière. Récemment, j’ai commencé à me battre – en tant que réviseur – contre un déferlement d’«alors que» qui remplacent systématiquement «puisque», «lorsque», voir «avec», selon le contexte.
    Et que dire de cet «événement» qui remplace une kyrielle de mots tellement plus précis, comme manifestation, réunion, rassemblement, rendez-vous, spectacle, cocktail, rencontre, salon, congrès, foire, exposition, vernissage, inauguration, bal, soirée, soirée-bénéfice, spectacle-bénéfice, fête, garden party, célébration, apéro, 5 à 7 et j’en oublie!
    Quand on réussit à éliminer un tic, un autre apparaît.
    Personnellement, après plusieurs décennies passés à essayer de remettre du français dans cette prose contaminée, je me sens comme Sisyphe au pied de la montagne et je me dis en citant Gainsbourg: «À quoi sers-je?»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation