Télémarketing : défendez-vous!

Il faut poursuivre le combat

Le problème lancinant du télémarketing sauvage a enfin percé la carapace des médias. Il y a quelques mois, j’ai fait publier une lettre dans les journaux sur le sujet et l’émission La Facture de Radio-Canada a présenté un dossier très étoffé qui met en lumière l’inertie et l’indifférence du gouvernement. Un gouvernement qui considère que le télémarketing est une industrie légitime, alors qu’il s’agit d’un fléau qui devrait être interdit.

La journaliste Esther Normand m’a dit que La Facture recevait beaucoup de plaintes des citoyens qui sont excédés de se faire déranger par des vendeurs de thermopompes et des astrologues. En fait, tout le monde a sa petite histoire à raconter.

La farce a assez duré et les citoyens doivent se faire entendre. Comment ?

Tout d’abord en écrivant aux politiciens qui, après tout, doivent compter sur la population pour se faire élire. Or, des élections fédérales auront lieu en octobre. Belle occasion à ne pas rater.

Ensuite, ne pas hésiter à écrire aux médias. Ces derniers sont très sensibles aux sujets chauds et le dossier du télémarketing pourrait en devenir un. Les journalistes se plaisent à creuser des dossiers, surtout quand ils peuvent dénoncer l’incurie gouvernementale. Et très souvent, les choses débloquent après un reportage.

Celui de La Facture m’a valu un appel du NPD…

Il faut donc faire de la jungle du télémarketing un sujet chaud pour que le gouvernement cesse d’abdiquer de son obligation de défendre la population, au lieu de laisser le champ libre aux flibustiers du télémarketing.

Par où commencer ?

La loi instituant la Liste nationale des numéros de télécommunication exclus est outrageusement bafouée par les télévendeurs. L’émission La Facture l’a clairement démontré. La loi n’est tout simplement pas appliquée et un seul télévendeur sur 10 000 est frappé d’une amende. Cette situation est scandaleuse.

Il faut interpeler les politiciens au pouvoir.

Pourquoi ne pas commencer par le ministre de la Justice, David Lametti ?  David.Lametti@parl.gc.ca

Certains voudront écrire au premier ministre lui-même, Justin Trudeau : justin.trudeau@parl.gc.ca

Le chef de l’opposition officielle, Andrew Scheer est le premier ministre en devenir. Ce n’est pas une mauvaise idée de le sensibiliser au problème, même si c’est le gouvernement Harper qui a fait adopter la loi actuelle, pleine de trous : andrew.scheer@parl.gc.ca

Écrire aux députés

On peut aussi écrire à nos députés par courriel. L’adresse de tous les membres de la Chambre des communes se trouve ici : https://www.noscommunes.ca/Parliamentarians/fr/constituencies

Généralement, il est plus efficace d’écrire par courriel. Les lettres papier que j’ai envoyées au bureau des Communes de deux députés sont restées sans réponse. On m’a dit ne jamais les avoir reçues…

Si, malgré tout, vous désirez envoyer une lettre en bonne et due forme, vous trouverez l’adresse du bureau de chacun d’entre eux sur la même page. Si vous manquez d’inspiration, je peux vous fournir des modèles pour chaque variété de député…

Comment leur écrire ?

Composer un message type, pas trop long et précis, exprimant votre exaspération devant l’inertie des autorités.

L’envoyer à votre député.

En faire une copie que vous pouvez ensuite transmettre à tous les autres députés que vous souhaitez sensibiliser au problème.

Par courriel, il est très facile d’écrire des messages en série, en recopiant le message initial. L’idée est d’inonder nos élus de lettres de protestation contre le télémarketing. Bien sûr, ils reçoivent beaucoup de correspondance, mais un grand nombre de courriels sur la jungle du télémarketing finira par attirer leur attention.

Utiliser les médias sociaux à bon escient

Les élus veulent être à la fine pointe de la technologie et bon nombre d’entre eux ont un compte Twitter. Interpeler un député sur Twitter, c’est lui infliger un électrochoc en public. Cela a généralement a un effet bœuf. Je parle par expérience. Il ne répond à vos courriels ou vous envoie des réponses lénifiantes, confrontez-le sur Twitter.

Des messages laissés sur une page Facebook peut également être du plus grand effet.

Voici maintenant une liste des principaux députés québécois de chacune et des formations politiques, liste qui comprend aussi certaines têtes d’affiche de chacun des partis.

Pourquoi écrire à un député libéral ?

La question se pose en effet étant donné que le gouvernement libéral est responsable du gâchis actuel. Contrairement à ce que l’on pense, les députés ministériels ont une certaine influence ; ils rapportent les humeurs de la population au gouvernement. Si les députés libéraux sont inondés de messages de protestation à propos du télémarketing, ils pourraient exercer des pressions sur le gouvernement.

Députés libéraux à harceler :

Serge Cormier : Serge.Cormier@parl.gc.ca

Mélanie Joly : Melanie.Joly@parl.gc.ca

Stéphane Lauzon : Stephane.Lauzon@parl.gc.ca

Rémi Massé : Remi.Masse@parl.gc.ca

Dominic LeBlanc : dominic.leblanc@parl.gc.ca

Emmanuel Dubourg : Emmanuel.Dubourg@parl.gc.ca

Denis Paradis : Denis.Paradis@parl.gc.ca

Brenda Shanahan : Brenda.Shanahan@parl.gc.ca

Marie-Claude Bibeau : Marie-Claude.Bibeau@parl.gc.ca

Diane Le Bouthillier : Diane.Lebouthillier@parl.gc.ca

Steven Mackinnon : Steven.MacKinnon@parl.gc.ca

Marjolaine Boutin-Sweet : Marjolaine.Boutin-Sweet@parl.gc.ca

Pablo Rodriguez : Pablo.Rodriguez@parl.gc.ca

Greg Fergus : gregfergusparl.ca

Richard Hébert : Richard.Hebert@parl.gc.ca

Francis Scarpalegga : francis.scarpaleggia@parl.gc.ca

David Lametti : David.Lametti@parl.gc.ca

David Graham : David.Graham@parl.gc.ca

Fayçal El-Khoury : Faycal.El-Khoury@parl.gc.ca

Joël Lightbound : Joel.Lightbound@parl.gc.ca

Yves Robillard : Yves.Robillard@parl.gc.ca

Michel Picard : Michel.Picard@parl.gc.ca

Antoine Housefather : Anthony.Housefather@parl.gc.ca

Marc Garneau : marc.garneau@parl.gc.ca

Frank Baylis : Frank.Baylis@parl.gc.ca

William Amos : wamos.liberal.ca

Jean-Yves Duclos : Jean-Yves.Duclos@parl.gc.ca

Jean Rioux : Jean.Rioux@parl.gc.ca

Emmanuella Lambropoulos : Emmanuella.Lambropoulos@parl.gc.ca

Nicola Di Iorio : Nicola.Diiorio@parl.gc.ca

François-Philippe Champagne : Francois-Philippe.Champagne@parl.gc.ca

Pierre Breton Pierre.Breton@parl.gc.ca

Ramez Ayoub : Ramez.Ayoub@parl.gc.ca

Peter Schiefke Peter.Schiefke@parl.gc.ca

Marc Miller : Marc.Miller@parl.gc.ca

Eva Nassif : Eva.Nassif@parl.gc.ca

Pourquoi écrire à un député conservateur ?

Le gouvernement Harper a fait adopter en 2008 la loi établissant la Liste nationale des numéros de télécommunication exclus. Par la suite, il s’est arrangé pour que cette loi soit inapplicable en ne dotant pas le CRTC du personnel suffisant. Néanmoins, les élections approchent et le Parti conservateur pourrait être tenté d’utiliser ce dossier pour marquer des points contre le gouvernement libéral.

Députés conservateurs dont il faut secouer les puces :

Sylvie Boucher : Sylvie.Boucher@parl.gc.ca

Alupa Clark : Alupa.Clarke@parl.gc.ca

Steven Blainey : steven.blaney@parl.gc.ca

Pierre Paul-Hus : Pierre.Paul-Hus@parl.gc.ca

Richard Martel : Richard.Martel@parl.gc.ca

Jacques Gourde : jacques.gourde@parl.gc.ca

Gérard Deltell : Gerard.Deltell@parl.gc.ca

Luc Berthold : Luc.Berthold@parl.gc.ca

Alain Rayes : Alain.Rayes@parl.gc.ca

Pourquoi écrire aux deputés néo-démocrates?

Le NPD est moins enclin à défendre les entreprises de télémarketing, contrairement aux libéraux et aux conservateurs. Il est le plus susceptible de s’emparer du dossier en question pour dénoncer l’inertie du gouvernement libéral.

Députés du NPD à activer :

Faut-il écrire aux députés bloquistes ?

Le Bloc québécois a maintenant peu d’influence aux Communes. Nous sommes loin de l’époque de Gilles Duceppe. À mon sens, pas très utile de leur écrire pour l’instant.

Envoyer des lettres aux journaux

Envoyer une lettre aux journaux est un coup de dés. Ils donnent priorité à des missives faisant suite à des articles qu’ils ont publiés. Cependant, lorsqu’un sujet devient brûlant, ils sont davantage enclins à lui accorder de l’attention. Il ne faut pas se laisser décourager si une lettre n’est pas publiée.

La règle d’or est la concision : les journalistes n’aiment pas les textes interminables et répétitifs. Bien cerner son propos ; faire des phrases courtes et claires. Adopter un style incisif peut être un atout.

En outre, plus les médias recevront de lettres sur le télémarketing, plus le sujet les intéressera. Avec un peu de chance d’autres médias que Radio-Canada décideront de mener leur propre enquête.

Voici les adresses à qui on peut écrire :

La Presse : debats@lapresse.ca

Le Devoir : lettres@ledevoir.com

Le Droit : editorial@ledroit.com

Écrire à La Facture

514 790-2636 ou le 1 800 790-2636.

Écrire à l’émission JE à TVA : marie-christine.bergeron@tva.ca

En terminant

Si, comme un peu tout le monde, vous en avez vraiment assez de vous faire harceler par des télévendeurs insistants, je vous suggère de faire lire ce texte à vos amis et de les inciter à prendre la plume pour faire connaître leur opinion.

Les députés et les gouvernements vont agir seulement s’ils sentent que le problème devient un enjeu important de société.

Prendre la parole, interpeler les politiciens est la seule arme qui reste aux citoyens.

One Thought on “Télémarketing : défendez-vous!

  1. Philippe Riondel on 24 janvier 2019 at 16:34 said:

    J’aime assez l’idée de harceler les politiciens pour combattre le harcèlement dont nous sommes victimes…

Répondre à Philippe Riondel Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation