Téléjournal et publicité

Vous avez marre de la pub envahissante au Téléjournal de Radio-Canada? Voici la lettre que j’ai fait parvenir au ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbault.

Je vous écris pour porter plainte au sujet de la publicité de plus en plus envahissante qui saccage le Téléjournal de 22 heures, à Radio-Canada. Lors de l’émission du 22 mars, j’ai recensé 39 annonces en une heure. Ce qui signifie qu’environ 195 publicités sont diffusées pendant la semaine, sans compter celles de la fin de semaine. Vous conviendrez que c’est énorme.

Je m’ennuie énormément de cette belle époque, il y a une quinzaine d’années, où Bernard Derome animait un Téléjournal d’une heure, sans AUCUNE publicité. Malheureusement, Radio-Canada étant dramatiquement sous-financé, on a décidé d’insérer des pubs dans les bulletins de nouvelles. Au départ, les messages étaient plutôt discrets, mais ils ont depuis envahi le bulletin, surtout vers la fin, où chaque reportage est suivi d’un lot de pubs. Environ un quart de l’émission, sinon plus, passe en publicité. Le Téléjournal est devenu une sorte de fanfare publicitaire; il n’est presque plus écoutable.

Comment se fait-il que le Canada, un pays riche membre du G7, n’est pas capable d’offrir un Téléjournal exempt de publicité?

Des pays comme la France et la Grande-Bretagne, qui sont plus endettés que le Canada, le font. Le déficit et la pandémie ne sont pas des raisons valables pour ne pas agir. Comme le précise un rapport diffusé par Radio-Canada, le Canada arrive au 16e rang des 18 grands pays occidentaux pour le financement accordé à la radiodiffusion publique. C’est honteux.

Monsieur le Ministre, vous avez le pouvoir de mettre fin à cette situation qui ne cesse de se détériorer depuis quelques années. Les Canadiens méritent mieux qu’un Téléjournal qui n’est plus que l’ombre de lui-même.

3 Thoughts on “Téléjournal et publicité

  1. Betty Larose on 23 mars 2021 at 20:10 said:

    Je suis tellement d’accord avec vous ! Le Téléjournal 22 h n’est plus qu’une longue tirade de publicités toutes plus nunuches les unes que les autres, que l’on nous passe même deux fois plutôt qu’une à l’intérieur d’une pause publicitaire ! On a beau les mettre en sourdine, elles prennent tout de même l’espace qui devrait être alloué à des informations et des reportages plus fouillés, de la télévision de meilleure qualité, celle que nous avions l’habitude d’avoir jadis, et à laquelle nous sommes en droit de nous attendre.

    Si vous m’aviez permis de cosigner votre lettre au ministre Guilbault, je l’aurais fait avec empressement et avec plaisir !

  2. Jean Saint-Pierre on 24 mars 2021 at 09:52 said:

    Bravo pour votre initiative et commentaire qui m’incite à en faire autant!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation