La France en anglais : deuxième partie

Entendu dans un restaurant de Montréal : « Mais ils traduisent tout! »

Ce commentaire d’une Française m’avait amusé : elle venait de découvrir le hambourgeois, la version chic du hamburger. Le terme, suggéré par l’Office québécois de la langue française, n’a pas fait recette.

Car les Québécois ne traduisent pas tous les titres de mets. Comme les Européens, nous mangeons des spaghettis, des sushis, de la paella. Ce curieux réflexe de traduire tient à notre volonté de survivre dans un océan anglo-saxon qui menace de nous faire disparaître en tant que peuple. Parler français, pour nous, c’est surnager. Alors parfois nous exagérons, côté traduction.

De ce côté-ci de l’Atlantique, nous avons l’impression que l’Hexagone a lancé l’éponge depuis un bon bout de temps. Traduire? Mais pourquoi faire?

L’absence de traduction sonne à nos oreilles comme une abominable trahison.

La télé en anglais

Jadis, la France avait le réflexe normal d’essayer de traduire les titres des émissions de télévision américaines et britanniques. Elle y parvenait avec un certain brio. : Amicalement vôtre, Chapeau melon et bottes de cuir, Des agents très spéciaux, Destination danger, Au cœur du temps, les Sentinelles de l’air…

Ceux qui comprennent l’anglais apprécieront les efforts de traduction pour des titres pas toujours faciles comme : The Persuaders, The Avengers, The Man from UNCLE, Danger Man, Time Tunnel, Thunderbirds.

Il s’agit malheureusement d’une époque révolue. Maintenant, c’est tout en anglais.

La série les Sentinelles de l’air, dont la version initiale date de 1965, relatait les exploits de la Sécurité internationale qui se livrait à des missions de sauvetage. Elle possédait une flotte de cinq véhicules appelés Numéro un, Numéro deux, etc.

La nouvelle version a changé de titre et s’appelle maintenant Thunderbirds. La Sécurité internationale est désignée sous son appellation anglaise de International Rescue, ce qui fait plus sérieux. Enfin, les véhicules gardent leur nom anglais de Thunderbird un, deux… Des titres hybrides, quoi…

On ne compte plus les titres de séries anglaises récentes dont le titre n’est pas traduit. En voici quelques-uns : The Voice, Atypical, Lost (auquel on a ajouté le descriptif Les Disparus), Call the Midwife et Revenge.

Inutile de préciser que tous ces titres auraient facilement pu être écrits en français, comme le font ces gentils farfelus de Québécois… « Ils traduisent tout! »

Le cas de Revenge, qui porte le titre incongru de Vengeance au Québec, est particulièrement choquant. Tout d’abord parce que la traduction ne posait aucun problème, mais aussi parce que le nom de l’héroïne, Emily Thorne est massacré par la post-synchronisation française. Non, ça ne se prononce vraiment pas Émilie SSSorne. Pas du tout. Le TH anglais n’est PAS un S allongé.

Les fautes de prononciation abondent dans les versions françaises et cela se comprend. La majorité des Français ne parle pas anglais et ces derniers ne sont pas exposés à l’anglais comme on l’est en Amérique du Nord. Mais quand même… Émilie SSorne, tout comme ssrilère, pour thriller, est incompréhensible pour un locuteur anglophone.

N’y a-t-il pas une seule personne dans tout l’Hexagone qui pourrait enseigner les finesses du TH anglais?

Les films en anglais

Si on ne traduit plus tellement les titres de séries télévisées, on ne le fait pas plus pour les titres de films. Le dernier opus de Jennifer Lawrence, Mother!, est traduit Mère! au Québec, mais pas en Europe. Les cas du genre ne sont pas rares. Très souvent les films américains comportent deux titres différents : un souvent en anglais pour le marché français et un autre en français pour le marché québécois.

Aujourd’hui Gone with the Wind ne serait pas traduit en Autant en emporte le vent.

Des titres retraduits par les distributeurs français.

Dans un article précédent, j’ai souligné le fait que les Français inventent des mots anglais (tennisman, recordman, footing, etc). Ce que l’on sait moins, c’est que les distributeurs français de films américains en réinventent les titres.

Si, si, vous avez bien lu, ces distributeurs rédigent en anglais! Tiens! C’est peut-être eux qui ont pondu le slogan anglais pour les jeux de Paris en 2024. Cool.

Voici une recension effectuée il y a quelques années par le site Bratislablog.

Titre américain Titre français Titre québécois
No strings attached Sex Friends Ça n’engage à rien
Hangover Very Bad Trip Lendemain de veille
Step Up 3D Sexy Dance 3 the Battle Dansez dans les rues 3D
Killers Kill & Kill Tuer pour aimer
Date Night Crazy Night Date Night : méchante soirée
The Other Guys Very Bad Cops Les renforts
The Boat that Rocked Good Morning England Pirate Radio

 

Au risque de me répéter, je comprends que la situation du français en Europe est très différente. Le français n’est pas menacé et la volonté de traduire est moins impérieuse. Mais on admettra qu’il y a un sérieux relâchement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation