Taon

« J’ai été piqué par un taon. » Nouveau cas d’incompréhension entre Québécois et Européens. Tout d’abord l’interlocuteur d’outre-mer ne comprendra pas de quoi il retourne, puisque le Québécois prononcera le mot ainsi : « J’ai été piqué par un ton. »

Un changement de ton s’impose, en effet. Les Québécois ignorent que le mot taon se prononce de la même manière que paon ou faon.

Ensuite, il y a confusion quant à l’identité de l’insecte. Un Européen verra une grosse mouche noire qui pique. Ce qu’on appellerait ici une mouche à chevreuil.

Mais ce qui m’a piqué n’est rien d’autre qu’un bourdon. Ce mot est rarement employé sous nos latitudes.

Dans un article précédent, j’avais parlé des définitions parfois surprenantes attribuées aux mots français en terre d’Amérique. Par exemple, je pourrais vous dire que j’ai été choqué quand le bourdon m’a pris en chasse avant de me planter son dard dans le cou.

Non, je ne me suis pas évanoui; j’étais fâché.

Parfois, le Québécois se choque après quelqu’un (par exemple un Européen qui feint de ne pas comprendre ce qu’il dit). Ne vous demandez pas quelle mouche l’a piqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation