Start-up

Start-up est le genre d’anglicisme qui horripile les francophones du Canada. Tout d’abord parce qu’il est très facile de le traduire; ensuite parce qu’il trahit une fascination infantile pour la langue anglaise. La modernité peut aussi s’exprimer en français, croyez-le ou non.

Le président français Emmanuel Macron se gargarise de mots anglais avec une délectation évidente. Ses discours sont truffés d’anglicismes dont certains sont incompréhensibles pour le Français moyen. « La France est une start-up nation. » proclame-t-il avec fierté. Le président fait ensuite remarquer que le mot entrepreneur est un terme français volé par les Anglo-Saxons…

Et bien justement. Il aurait été facile pour le président Macron de s’exprimer ainsi : « La France est une nation d’entrepreneurs. » Tout le monde aurait compris.

L’anglicisme start-up se décline ainsi en français : jeune entreprise, entreprise naissante, entreprise en démarrage, entreprise en développement; les plus audacieux avanceront jeune pousse sur l’échiquier de la traduction. C’est ce que recommandent les autorités officielles en Europe. Mignon, certes…

Tant le Larousse que le Robert définissent start-up comme une jeune entreprise de haute technologie. Bien des Européens se cramponneront à cette fine nuance pour justifier à tout prix l’anglicisme. Mais, au fond, a-t-on vraiment besoin de préciser que l’entreprise œuvre dans le domaine des nouvelles technologies? Le plus souvent, le contexte est éclairant. Le terme jeune entreprise se suffit à lui-même.

 

2 Thoughts on “Start-up

  1. Malheureusement, au Canada, nous avons une tendance à éviter le moindre anglicisme lexical sans nous soucier des nuances du message et tout en commettant par ailleurs des anglicismes syntaxiques atroces. Je ne pense pas que le président Macron a voulu parler de la France comme simplement d’une « nation d’entrepreneurs ». Au contraire, j’interprète « start-up nation » comme « un pays propice au développement des nouvelles technologies par de jeunes entreprises à fort potentiel de croissance ». Vous admettrez que cette dernière version n’a pas autant de punch!

    En outre, le mot « start-up » se prête à l’interprétation — et vu le contexte, il est fort possible, sinon probable, que ce soit voulu. Voici la définition complète de « start-up » selon le Grand Robert : « ◆ Anglic. Écon. Jeune entreprise innovante à fort potentiel de croissance estimé, dont les activités s’exercent dans le cadre de la “nouvelle économie” (notamment via Internet). Les start-up de la Silicon Valley. »

  2. Voici deux autres solutions proposées par un collègue franco-français : « La France est une nation de jeunes entreprises innovantes » et « La France est une pépinière de jeunes pousses ». Sauf que selon lui, elles sont « moins sexy », car en France, les jeunes entrepreneurs fantasment beaucoup sur le mythe californien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation