Sniper

Le mot claque comme un coup de fouet. Il est facile à prononcer pour les francophones qui se débattent avec la prononciation anglaise. Il désigne une réalité contemporaine que l’on peut associer à des conflits récents partout dans le monde. Bref, l’anglicisme idéal.

Idéal, certes, mais on peut facilement le remplacer par tireur isolé, tireur embusqué. Mais demander à tous ceux qui le canardent dans leurs discours de revenir au français constitue un coup d’épée dans l’eau… ou autant de balles perdues, si vous préférez.

Franc-tireur

Je lisais récemment dans la Débâcle d’Émile Zola cette jolie expression qui m’apparut soudain quelque peu surannée. Franc-tireur, voilà un terme qu’on n’entend plus de nos jours. Je me suis demandé s’il ne pourrait pas remplacer l’anglicisme sniper.

Pas tout à fait. Un franc-tireur n’est pas tout à fait la même chose qu’un tireur embusqué. Il s’agit plutôt d’un combattant n’appartenant pas à l’armée régulière. « Dans les armées de la Révolution française, soldat de certains corps d’infanterie légère. », précise le Petit Larousse. Jadis, les francs-tireurs étaient issus des corps francs, ces soldats qui se portaient volontaires pour défendre leur pays.

Un franc-tireur est aussi une personne qui fait bande à part dans un groupe.

***

André Racicot vient de faire paraître un ouvrage Plaidoyer pour une réforme du français.  Ce livre accessible à tous est la somme de ses réflexions sur l’histoire et l’évolution de la langue française. L’auteur y met en lumière les trop nombreuses complexités inutiles du français, qui gagnerait à se simplifier sans pour autant devenir simplet. Un ouvrage stimulant et instructif qui vous surprendra.

On peut le commander sur le site LesLibraires.ca ou encore aux éditions Crescendo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation