Comment venir à bout des sigles?

La prolifération des sigles est une véritable plaie dans les textes anglais et, comble de malheur, le français est en voie d’être contaminé. Malheureusement, la langue administrative en raffole; pensons au domaine de la santé : CSSS, CRSSS, CHSLD; au monde de l’éducation : CSDM, FNCSF, etc.

Les fonctionnaires de l’administration fédérale créent des sigles pour tout et pour rien au point que certains textes deviennent illisibles et comportent même des tables de sigles pour aider le lecteur à s’y retrouver.

La contradiction n’échappera à personne. Au départ, le sigle a pour objet d’éviter la répétition d’une appellation trop longue qui encombre le discours. Il est censé rendre le texte plus fluide et plus lisible, or, c’est exactement le contraire qui se produit.

Les anglophones recourent plus facilement aux sigles que les francophones. Il suffit de lire un journal ou un magazine états-unien pour s’en rendre compte et beaucoup de rédacteurs tiennent pour acquis que les sigles employés seront compris par tout le monde. Pourtant ce n’est pas le cas. L’existence même d’un site comme Acronymfinder.com est éloquente. Passer en revue les listes hallucinantes d’abréviations de toutes sortes nous donne l’impression d’entrer dans un monde ésotérique.

Prenons un cas simple, IMO. Dans les textos et les courriels : In My Opinion. Mais l’acronyme peut aussi vouloir dire In Memory Of, ou encore désigner l’International Maritime Organisation. De fait, Aconymfinder.com recense 145 transcriptions possibles pour IMO…

Heureusement, il est facile d’éliminer les trois quarts des sigles avec un peu de volonté et d’imagination.

Prenons un Centre de santé et de services sociaux. La tentation est forte de répéter ad nauseam CSSS. Mais imaginons que ce sigle cohabite avec plusieurs autres… Le lecteur risque d’y perdre son latin et de ne plus se rappeler au juste à quoi il correspond.

Un premier truc : revenir au mot souche, soit le Centre de santé. À moins qu’il n’y en ait plusieurs dans le texte, le lecteur saura immédiatement de quoi il est question. On fera la même chose avec d’autres termes : l’Organisation, le Comité, la Fédération, etc. De temps à autre, on pourra rappeler au lecteur qu’il s’agit, par exemple, de la Fédération des commissions scolaires du Québec et éviter le mystérieux FCSQ. Cette alternance entre la forme longue et la forme courte peut rendre l’emploi d’un sigle complètement inutile.

Deuxième truc : employer un pronom. Si un terme revient continuellement, on peut le désigner de temps à autre par un pronom, à la condition que le contexte soit clair.

Troisième truc : identifier le coupable! Votre appellation est envahissante? La tentation du sigle vous guette? Alors pourquoi ne pas parler de la direction, des dirigeants? Un exemple : vous parlez du Collège des médecins du Québec, que vous aurez raccourci en Collège tout court. Celui-ci parle au nom des médecins, alors pourquoi ne pas dire que les médecins s’opposent à telle politique du gouvernement? Tout le monde comprendra et ce sera plus clair que de parler du CMQ.

Quatrième truc : utiliser des synonymes. Vous parlez d’un Rapport sur l’avancement du français. Très tentant de le déchiqueter en RAF… Mais beaucoup plus clair de parler du Rapport tout court, d’employer le pronom il pour s’y référer. De plus, il ne faut pas oublier qu’un rapport peut être une étude, un document, etc. Encore une fois, si le contexte est clair, on peut employer ces synonymes. Le résultat en vaut la peine : votre rapport peut être désigné des cinq manières suivantes : le Rapport sur l’avancement du français, le Rapport, il, le document ou l’étude, et, finalement, les auteurs ou les spécialistes ou les linguistes. En fin de compte, nul besoin de sigle.

J’ai longtemps traduit des textes administratifs fédéraux et je m’employais à réduire le plus possible le nombre de sigles. Mes textes en français étaient beaucoup plus lisibles que l’original anglais, toujours encombré de sigles énigmatiques et souvent jamais explicités par-dessus le marché.

Un dernier conseil. Pourquoi attribuer un sigle pour une organisation, un groupe, un document duquel il ne sera plus question par la suite?

Bien entendu, il ne s’agit pas d’éliminer tous les sigles, car ils ont parfois leur utilité, et surtout pas ceux qui font partie de la langue courante, comme la FTQ, la CAQ et autres TVA.

 

 

4 Thoughts on “Comment venir à bout des sigles?

  1. Ah ! les sigles et acronymes. Je me rappelle d’avoir aligné les textes ministériels au Bureau de la traduction à Montréal quand j’étais étudiant, et laissez-moi vous dire que j’ai vu une tonne de sigles dans les textes ! Il y avait des moments quand je ne pouvais plus suivre les discours, car ils étaient truffés d’acronymes qui portaient à confusion. J’aime bien vos conseils qui, espérons-le, rendront les textes plus compréhensibles. Bravo pour un billet bien écrit.

  2. Pingback: Rectitude politique | André Racicot : Au cœur du français

  3. Grant Hamilton on 19 février 2018 at 10:24 said:

    « La prolifération des sigles est une véritable plaie dans les textes anglais et, comble de malheur, le français est en voie d’être contaminé. » Ce serait tout aussi pertinent d’écrire : « La prolifération des sigles est une véritable plaie dans les textes français et, comble de malheur, l’anglais est en voie d’être contaminé. » Il ne s’agit pas d’un phénomène propre à une langue, mais d’un phénomène d’écriture tout court. Vous auriez dû voir le document du gouvernement du Québec que nous avons dû traduire en fin de semaine…

  4. Pingback: SMS | André Racicot : Au cœur du français

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation