Quitter

«Delphine vient de quitter, elle reviendra demain.  Josée a quitté pour la France hier soir. Après avoir passé vingt-cinq ans à La Baie, Martin a quitté sur un coup de tête.»

Voilà quelques exemples de phrases que l’on entend tous les jours, sans s’émouvoir. On le devrait, pourtant. Au Québec, le verbe quitter est employé systématiquement sans complément. Or ce genre de construction est non seulement fautif mais il peut aussi être porteur de confusion dans bien des cas.

En effet, si nos disons que tel sénateur au milieu d’une controverse a quitté, certains croiront qu’il vient enfin de démissionner, alors qu’il pourrait tout simplement être sorti de la pièce.

Il faut savoir que le verbe quitter est transitif, c’est-à-dire qu’il exige un complément. On ne quitte pas tout court, mais on quitte quelque chose. Revenons à nos phrases.

«Delphine vient de quitter le bureau, elle reviendra demain. Josée est partie pour la France hier soir. Après avoir passé vingt-cinq ans à La Baie, Martin a démissionné sur un coup de tête.»

Si le dernier cas est clairement un anglicisme, il me semble que les deux premiers s’inspirent aussi de l’anglais qui emploie to quit de manière intransitive. «He had to quit – il a dû partir.»

On retiendra de tout ceci que le verbe partir peut facilement remplacer quitter lorsqu’on est tenté de l’utiliser sans complément.

 

2 Thoughts on “Quitter

  1. Je n’hésite pas vraiment à faire l’usage absolu pour une instruction en informatique, par exemple : « Ne quittez pas sans sauvegarder. »
    Pour la vie quotidienne, usito.com recense l’emploi absolu pour les communications téléphoniques : « Ne quittez pas. »
    À mon avis, ces usages, l’un technique, l’autre mi-technique, pour ainsi dire, pourraient être diffusés comme corrects sans que l’on risque de répandre les mauvais.

  2. Bruno on 29 novembre 2013 at 10:00 said:

    À Monsieur Lanthier :

    En fait, monsieur Lanthier, vos exemples comportent bel et bien un complément, sauf qu’il est sous-entendu et omis en raison du contexte.

    « Ne quittez pas [le programme/l’application/le logiciel] sans sauvegarder ». L’expression « Ne quittez pas » au téléphone est également attestée par l’OQLF, difficile alors de la condamner, mais on peut toujours supposer que l’on nous demande de ne pas quitter la conversation ou la ligne, donc de rester en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation