Quebec bashing

Les journalistes emploient l’anglicisme Quebec bashing pour désigner le dénigrement systématique du Québec, qui sévit au Canada anglais. Loin de moi l’idée d’épiloguer sur les origines de ce mystérieux phénomène — après tout, les anglophones nous aiment. Ne l’ont-ils pas clamé haut et fort lors du référendum de 1995?

C’est davantage le recours paresseux (encore une fois) à une expression anglaise qui m’intéresse. Pourtant, il n’est guère difficile de traduire Quebec bashing. On pourrait parler d’acharnement anti-québécois, de dénigrement, d’attaques, de dénonciations systématiques du Québec.

Encore faut-il vouloir le dire en français…

Les médias parlent souvent du ROC, du Rest of Canada, alors qu’il serait très facile de le dire ainsi : le reste du Canada. Puisqu’il semble impossible de ne pas glisser des sigles partout, même dans les textes de bonne tenue, allons-y pour RDC. Bien sûr, certains esprits caustiques ne manqueront pas de faire le lien entre le Canada anglais et la République démocratique du Congo. Mais, à moins de vouloir faire des comparaisons boiteuses, il serait difficile de confondre le pays africain et nos amis anglophones.

Les fameux accommodements raisonnables sont l’élément déclencheur de la xénophobie proverbiale des Québécois (ironie). Cette expression a été largement propagée dans les médias francophones. Cependant, beaucoup de gens ignorent qu’elle vient de l’anglais. Eh oui! Dixit l’Office québécois de la langue française : « La première attestation de l’anglais reasonable accomodation apparaît dans un jugement de la Cour suprême du Canada en 1985 au sujet d’un cas de discrimination raciale. Le calque a été récupéré au Québec d’un fait divers dans les années 2002-2003. Répandu par les médias, il est maintenant généralisé. » Soit dit en passant, les accommodements raisonnables ont fait leur entrée dans le Petit Robert il y a de cela quelques années, déjà.

Il faut faire preuve de prudence lorsqu’on emploie le verbe accommoder. En effet, la première définition qu’en donnent les dictionnaires européens est préparer les viandes… et ensuite mettre en accord, adapter.

Par contre, l’utilisation du verbe accommoder, au sens de rendre service, est pour le moins douteuse, et s’inspire de l’anglais.

One Thought on “Quebec bashing

  1. Adrienne on 30 août 2013 at 01:08 said:

    Très intéressant (et très bien écrit)! Il ne m’était jamais venu à l’esprit qu’« accommodements raisonnables » pouvait être un anglicisme, mais tu as bien raison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation