Prioriser

Le terme a été honni pendant longtemps. On l’a stigmatisé de toutes les manières : anglicisme ou encore impropriété, comme le qualifie encore le Multidictionnaire de la langue française dans sa dernière édition.

Pourtant, prioriser fait bel et bien partie du corpus du Petit Robert et du Petit Larousse, qui le définit comme suit :

Accorder une importance préférentielle à qqch ou à qqn; donner priorité à.

De fait, prioriser est entré dans les grands dictionnaires il y a environ trois ans. Assez curieusement, le Robert ne le signale pas comme anglicisme; le lien étymologique va plutôt du côté de priorité. Quant au Larousse, il établit un lien avec l’anglais prioritize.

Longtemps condamné? Toujours est-il que l’Office québécois de la langue française avait déjà ouvert la marche :

En fait, les emprunts prioriser et priorisation sont conformes aux modes de formation du français; de plus, on ne peut souvent les remplacer que par des locutions, plus longues. Ils finiront probablement par faire leur entrée dans les dictionnaires de langue courante, vu leur fréquence d’emploi, au Québec comme dans le reste de la francophonie, et leur utilité sur le plan lexical. Il s’agit donc de termes acceptables, auxquels on peut avoir recours pour remplacer les diverses locutions de même sens.

Certains n’accepteront pas cette évolution du français. Ils y verront une autre reddition honteuse devant l’anglomanie.

Les ouvrages correctifs proposaient établir les priorités; établir un ordre de priorité; donner/accorder priorité à. On pourra donc utiliser ces expressions si veut éviter prioriser.

2 Thoughts on “Prioriser

  1. Les anglicismes sont condamnables quand ils viennent concurrencer, puis remplacer et rendre désuets des mots bien français. Lorsqu’ils viennent combler un manque lexical, il faut savoir faire preuve de jugement et les admettre. Et Dieu sait si les anglicismes me donnent d’ordinaire des boutons.
    Reste en outre à savoir si prioriser est bien un anglicisme. S’il était réellement un emprunt, ne dirait-on pas plutôt prioritiser (prioritize)?
    Rappelons que le français sait évoluer aussi par lui-même, selon ses propres règles (le fameux génie), et créer de nouveaux mots sans nécessairement emprunter à l’anglais. Que l’on songe à conscientiser, pour n’en citer qu’un parmi d’autres. Prioriser est construit sur le même canevas, à partir d’un substantif et du très français suffixe -iser. De plus, en quoi la paire priorité/prioriser est-elle plus choquante que la paire tout à fait correcte réalité/réaliser?
    Bienvenue donc à prioriser!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation