Point tournant

Ce n’est pourtant pas difficile; cette expression est un anglicisme, inspiré de turning point. Comme bien d’autres calques, elle a toutes les allures de l’innocence, revêt la cape d’une fausse respectabilité, qui échappe à bien des gens, notamment aux lecteurs de nouvelles.

Pourtant, les ouvrages de langue sont sans appel : pas de point tournant dans le Robert, le Larousse, le Trésor de la langue française; rien non plus dans les dictionnaires bilingues qui rendent l’expression turning point par tournant, moment décisif.

D’ailleurs, le Robert donne la définition suivante de tournant : «Moment où ce qui évolue change de direction, devient autre. Il est à un tournant de sa carrière. Expression intéressante mise en évidence par l’ouvrage : «Prendre le tournant : opérer une reconversion, un changement complet d’orientation. Il a bien su prendre le tournant

Imagine-t-on à présent une lectrice de nouvelles dire que tel ministre a su prendre le point tournant lorsque les circonstances l’imposaient? On voit tout de suite que quelque chose cloche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation