Université Oxford ou d’Oxford?

On entend souvent une phase du genre : «John a fait ses études à Oxford». La célébrissime institution n’a pas besoin de présentation, et certains l’appellent plus explicitement Université Oxford.

Cette appellation est pourtant erronée. Elle s’inspire en effet de l’anglais, langue de juxtaposition, qui dit Oxford University, qui pourrait aussi être rendu «à la française» par University of Oxford.

Dans notre langue, il faut toujours insérer un de entre le générique Université et le toponyme. Ainsi : Université de Sherbrooke, de Paris, de Moscou. Par conséquent, on dira Université d’Oxford.

Toujours en français, il y a apposition uniquement quand l’élément déterminatif – le nom de l’institution – est un nom propre de personne, pas un nom de lieu. Par exemple : l’Université McGill, l’Université Harvard.

Certains mettront en apposition les appellations géographiques qu’on ne traduit pas : l’Université Western Ontario. L’usage, dans ces cas, n’est pas établi. Ainsi, le Bureau de la traduction du gouvernement fédéral recommande l’Université de Western Ontario.

Ce qui amène deux questions : 1) Faut-il traduire les noms d’universités canadiennes et étrangères? 2) Que fait-on avec des appellations atypiques, c’est-à-dire qui s’écartent du modèle Université + de + nom de lieu?

Traduire les noms d’universités?

Il est encore étonnant que les gens se posent la question. J’ai eu le bonheur d’étudier à l’Université de Bonn en Allemagne; il ne me viendrait jamais à l’idée de dire Universität Bonn. La traduction des appellations simples m’apparaît une nécessité, autrement nous pourrions farcir nos textes d’appellations étrangères comme Helsingin Yliopisto… Tout le monde a reconnu l’Université d’Helsinki, j’espère…

De la même manière, personne n’oserait énoncer en langue originale les universités de Tokyo, Moscou ou Buenos Aires. La tendance naturelle est de traduire.

Les universités américaines

Certains hésitent devant les institutions américaines. Bien sûr, elles n’ont pas de nom français officiel, mais c’est exactement le même problème pour les universités espagnoles, allemandes, turques, zimbabwéennes… Faux problème.

Pourquoi s’obstiner à dire la University of New York, quand on parle pourtant de l’Université de Grenade en Espagne? L’Université de New York se dit tout aussi bien.

Mais on ne peut tout traduire, car certaines institutions sont connues sous leur appellation originale. Le MIT est un bel exemple. Même dans la Grande Toile on trouve très peu d’Institut de technologie du Massachusetts. On respectera cet usage qui penche vers la conservation de l’anglais Massachusetts Institute of Technology.

Si les appellations géographiques se rendent bien en français, il faut prendre garde à certaines d’entre elles. Songeons à la Northwestern University, à Chicago. Vous pouvez bien la traduire par Université du Nord-Ouest, mais vous risquez de perdre vos lecteurs dans la brume. Certes, l’appellation anglaise est tout aussi floue, mais le fait est que ce nom n’est pratiquement jamais traduit.

Appellations atypiques

L’anglais a des dénominations particulières pour certaines universités et il est quelque peu risqué de les traduire intégralement. Pensons à la London School of Economics. Voilà un autre cas d’institution bien connue sous son nom anglais. De plus, le mot école en français désigne le plus souvent des établissements primaires et secondaires, bien que l’on voie certaines institutions d’enseignement universitaire, comme l’École polytechnique et l’École nationale d’administration, en France.

Le Trinity College de Dublin est une autre appellation atypique. On pourrait parler du Collège de la Sainte-Trinité, mais, encore une fois, l’usage penche pour l’anglais. On rangera dans le même lot le Boston College, qu’il serait risqué de rendre par le Collège de Boston, possiblement confondu avec un… collège, au sens québécois du terme. («Il a fait son cégep à Boston!»)

Morale de cette histoire, avant de traduire une appellation, un petit coup de sonde dans Google s’impose, ne serait-ce que pour voir si le nom de l’institution est traduit ou non.

La majuscule à Université

On se tiendra loin des guides de typographie franco-européens, encore englués dans les règles désuètes du XIXe siècle. À moins de vouloir infliger à ses lecteurs l’hallucinant jeu de bascule suivant : université de Montréal, mais Université laurentienne, on mettra systématiquement la majuscule à Université, qu’il s’agisse d’une institution canadienne ou étrangère. C’est d’ailleurs ce que recommande le Guide du rédacteur du gouvernement fédéral canadien.

 

8 Thoughts on “Université Oxford ou d’Oxford?

  1. Il me semble que le bon usage peut être réduit à cette règle :

    Les noms propres ne se traduisent pas et prennent toujours la majuscule en initiale…

    Donc on devrait écrire :

    – la « New York University » (nom propre : il n’y a qu’une université de ce nom) ;

    – les « universités de New York » (nom commun : cette ville a plusieurs universités) ;

    – l’Université d’Oxford.

    JR

  2. Encore un article lumineux, merci André!

    Par contre, il n’est pas tout à fait vrai de dire qu’en français le mot « école » est généralement réservé aux établissements d’enseignement primaire ou secondaire. Par exemple en France, si personne ne parlera d’école pour décrire un collège (secondaire), il existe une multitude d’écoles de niveau universitaires. On n’a qu’à penser aux écoles d’infirmières et à tout ce qu’on surnomme les « grandes écoles » (écoles d’ingénieurs, écoles des hautes études commerciales, etc.).

    Si l’usage n’était pas autant établi, on pourrait donc très bien traduire la London School of Economics par l’École d’économie de Londres. Mais bon, je ne suis pas bien sûr que quiconque s’y risquera 🙂

  3. Adrienne on 12 mai 2014 at 20:37 said:

    Merci pour cet article très détaillé!

  4. Pauline Côté on 8 juillet 2014 at 15:58 said:

    J’aimerais apporter une précision à cet article fort intéressant. Les universités ontariennes ont toutes un équivalent français que l’on peut trouver à cette adresse (Onterm – base terminologique ontarienne)
    https://www.base.onterm.gov.on.ca/ONTERMFR/Main2.aspx

    Ainsi, malgré ce qu’en dit le Bureau de la traduction, le gouvernement de l’Ontario préconise plutôt Université Western Ontario.

  5. Arline on 10 novembre 2015 at 12:33 said:

    Merci pour ce résumé plein de bon sens!

    Pour renchérir sur l’épineux problème de la traduction de l' »Université Western Ontario », ils ont changé de nom en 2012 (sans pour autant faire l’unanimité)
    http://www.theglobeandmail.com/news/national/uwo-rebrands-to-a-familiar-name-western/article4171113/

    Pour la traduction du nom de l’université, Termium propose de le laisser en anglais « Western University » tout en précisant « Université Western » : appellation réservée aux documents de portée générale tels qu’un communiqué.

    Notre département de traduction a pris le parti de le traduire par « Université Western ».

    • Andre Racicot on 10 novembre 2015 at 13:13 said:

      On devrait traduire le générique « University » autant que faire se peut. Université Western passe très bien. Il est toutefois plus risqué de traduire le spécifique lorsqu’il prend la forme d’un toponyme. Va pour Université de la Colombie-Britannique, mais attention à Northwestern University. Université du Nord-Ouest ne rime à rien en français.

  6. Carl on 29 janvier 2016 at 17:34 said:

    Qu’en est-il de « hôpital »? Même règle?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation