Nipponneries

Dans un article précédent, je faisais état de l’influence limitée de la langue japonaise sur le français. Ce que peu de gens savent, c’est que le français a aussi laissé sa trace sur le japonais.

Il faut dire que la prononciation et les accents toniques du japonais sont assez différents du français, bien que la langue nipponne ne soit pas si difficile à prononcer pour un francophone. Néanmoins, l’importation de mots français ne se fait pas dans une parfaite fluidité. Tant s’en faut.

Commençons par les mots les plus simples.

Les Japonais aiment la shanson. Ils portent aussi le pantaron et boivent de la biru. Aimer la chanson, porter le pantalon et boire de la bière. Pas trop difficile à comprendre.

Ce dernier mot ne vient pas du français, mais on comprend aussi de quoi il est question. Soit dit en passant, le u se prononce toujours ou. Ma biru favorite au pays du Soleil-Levant est la Sapporo. Heureusement, elle est exportée.

J’ai vu très peu de pan au Japon. Il faut dire que la nourriture est très différente de celle des pays occidentaux, notamment de l’Italie, où le pane est toujours servi avec le repas. Quand on prend des bakansu au Japon, il faut s’attendre à un peu d’exotisme, après tu, pardon après tout. Les vacances, c’est fait pour cela, non?

Petit quizz

Votre esprit est maintenant bien aiguisé. Déterminez de quels mots français proviennent les gallicismes suivants :

  • Mayonezu
  • Aban taitoru
  • Angajuman
  • Anketo
  • Burujuwa
  • Puretaporute

Saviez-vous qu’à la fin d’un concert, les spectateurs crient ankoru! pour demander un rappel? En français on dirait bis.

Réponses au quizz

Mayonnaise, avant-titre, engagement, enquête, bourgeois, prêt-à-porter.

Il ne faut pas en vouloir aux Japonais pour toutes ces déformations amusantes. Le français a importé de l’anglais des mots comme riding coat, packet boat et fuel, devenus redingote, paquebot et fioul.

Autres articles sur le Japon :

Revenir du Japon

Incident au Japon

***

André Racicot vient de faire paraître un ouvrage Plaidoyer pour une réforme du français.  Ce livre accessible à tous est la somme de ses réflexions sur l’histoire et l’évolution de la langue française. L’auteur y met en lumière les trop nombreuses complexités inutiles du français, qui gagnerait à se simplifier sans pour autant devenir simplet. Un ouvrage stimulant et instructif qui vous surprendra.

On peut le commander sur le site LesLibraires.ca ou encore aux éditions Crescendo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation