Jour du Souvenir

En ce 11 novembre nous rendons hommage aux soldats massacrés pendant cette boucherie absurde que fut la Grande Guerre. Au lendemain du conflit, les gouvernements et leur population chair à canon étaient tellement traumatisés, qu’ils firent du 11 novembre le jour du Souvenir.

On notera la graphie, qui illustre une fois de plus la pingrerie du français dans l’utilisation de la majuscule. En anglais, le Remembrance Day s’orne d’une double majuscule. Elle met bien en évidence le caractère solennel de cette appellation.

En français, on continue de pratiquer, envers et contre toute logique, l’économie de la majuscule. Ce qui explique la plus modeste graphie jour du Souvenir.

Le français estime que le nom propre commence à l’élément déterminatif. C’est pourquoi on écrit aussi jour de l’An, jour des Morts.

Détail intéressant : l’Académie française écrivait Jour de l’An jusqu’au début des années 1930, ce qui montre qu’il n’y a pas toujours eu unanimité en la matière.

La même règle minuscule-majuscule s’applique également aux noms de fêtes.

La fête du Travail, la fête des Mères; et aussi la fête de l’Armistice, qui n’est rien d’autre que… le jour du Souvenir. Mais on écrit de plus en plus le temps des Fêtes, ou les Fêtes tout court.

L’économie des majuscules dans les appellations historiques a fait l’objet d’un article dans ce blogue.

Petit aparté : les médias européens s’entêtent à décapiter le nom des partis politiques étrangers. Ridicule. Ce sont des organisations en bonne et due forme et leur nom requiert la majuscule initiale : le Parti républicain, et non le parti républicain.

One Thought on “Jour du Souvenir

  1. Michel on 11 novembre 2016 at 14:44 said:

    Bonsoir M., j’espère tout bêtement que : « La Grande Guerre » merite elle ses deux [Petites] majuscules.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation