Jeux olympiques

Les jeux olympiques ont lieu tous les quatre ans. Il y a des jeux d’hiver et des jeux d’été. Tout cela est clair. Avec la régularité d’un métronome, les compétitions reprennent sans que personne ne se pose de question.

Si les règles françaises sur l’emploi de la majuscule étaient aussi prévisibles… Elles ne le sont justement pas. Sur le plan de la simplicité et de la cohérence, notre langue échoue aux qualifications.

Une appellation aussi simple et connue que « jeux olympiques » devrait faire l’unanimité pour ce qui est de l’emploi de la majuscule.

Pourtant, ce n’est pas le cas.

La Charte olympique proclame : les Jeux Olympiques. Évidemment, cette solution ne respecte pas les règles conventionnelles qui dictent la minuscule à l’adjectif, à moins qu’il ne soit en début d’expression. Les juges ont tranché : disqualifiée!

Le Code typographique du Syndicat national des cadres et maîtrises du livre, de la presse et des industries graphiques propose jeux Olympiques. Le Petit Larousse suit le même tracé. Dans l’usage courant, ces graphies sont très rares. Faux départ!

Si l’on veut rattraper le peloton de la majorité de la presse francophone, on écrira Jeux olympiques. On rejoindra les rangs d’un grand marathonien, Le Petit Robert, et d’un autre coureur de fond, le Grevisse. Médaille d’or!

Reste l’appellation poids plume, jeux olympiques, employée en début de texte. Saut en longueur pour survoler le piège des lettres capitales en français. Il s’agit d’un terme générique contre lequel il est difficile de s’élever.

Toutefois, les Jeux sont une institution en tant que telle; ils ont remporté la palme (olympique) depuis longtemps. C’est un peu les dépouiller de leurs médailles que de les priver de leur majuscule. Les Jeux olympiques ont plus de panache écrits ainsi.

Les rédacteurs ne voulant pas doper leurs textes de sigles inutiles nous éviteront l’irritant JO. Ils parleront des Jeux tout simplement. Quand le contexte est clair, la majuscule elliptique fait son petit tour de piste sous les acclamations du lectorat en délire.

Qu’en est-il d’olympiade? Ce terme qualifie la période de quatre ans entre les Jeux olympiques. Les juges sont unanimes : ce mot s’écrit toujours en minuscule.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation