Hongkong

Hong-Kong, Hongkong ou Hong Kong sans trait d’union? À moins d’utiliser une autre appellation chinoise : Xianggang.

Le nom de cette région administrative spéciale parait tout simple et il n’y a que des langagiers tordus comme l’auteur de ces lignes pour se poser ce genre de question. Des chinoiseries, quoi.

Le territoire chinois est éclaté. La Chine continentale est souvent appelée République populaire de Chine ; Taîwan, autrefois Formose, surnommée le Taipei chinois, nom abominable pour éviter de froisser les autorités de Pékin. Et n’oublions pas Macao, lui aussi rétrocédée à la Chine, en 1999.

Quant à Hongkong, il s’agit d’une île avec quelques territoires sur le continent. Une plaque tournante pour le commerce extérieur qui jouit d’un régime démocratique hérité des anciens colonisateurs britanniques. Lors de la rétrocession, en 1997, il a été convenu que son système politique et économique demeurerait distinct pendant 50 ans, soit jusqu’en 2047.

Les évènements récents donnent à penser que les mandarins communistes ont décidé d’accélérer la transition vers l’intégration complète, ce qui augure très mal pour les Hongkongais.

Revenons au volet linguistique.

On a longtemps écrit Hong Kong. Fallait-il l’écrire Hong-Kong ? L’utilisation du trait d’union est un domaine particulièrement… chinois de l’orthographe du français. Au fil des siècles, l’usage a considérablement varié. On peut penser à un mot comme Moyen-Âge, écrit avec ou sans majuscule, avec ou sans trait d’union. Les variations donnent le vertige.

Le Larousse 1934 légué par ma mère écrivait Hong-Kong. Par la suite la graphie Hong Kong s’est imposée, marquant l’émancipation du toujours énigmatique trait d’union. De nos jours, tant Le Petit Robert que Le Petit Larousse proposent l’orthographe épurée Hongkong.

Cette fusion n’a rien d’inusité dans la mesure où le Viêt-Nam d’antan s’écrit maintenant Vietnam.

Le nom des habitants ne pose plus tellement de problèmes non plus puisque la graphie intégrée amène tout naturellement Hongkongais.

Ceux qui s’intéressent à la Chine liront avec intérêt l’article sur Pékin, souvent appelée Beijing.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation