Gerrymandering

À l’approche des élections américaines, il convient de parler de ce curieux phénomène appelé gerrymandering.

Définition

En gros, il s’agit du découpage malhonnête de circonscriptions électorales afin de fausser le résultat du vote. Les autorités d’un État vont charcuter une circonscription donnée par un découpage capricieux, pour que les partisans du parti B soient inclus dans une circonscription où les électeurs du parti A sont majoritaires, l’objectif étant de noyer le vote des premiers.

Ce qui signifie que dans un État où le parti B aurait normalement décroché cinq sièges, il n’en obtient finalement qu’un ou deux. En bon français, il s’agit du tripotage, de la manipulation du découpage des circonscriptions, ce qui est fondamentalement antidémocratique.

L’éparpillement du vote d’opposition dans plusieurs circonscriptions s’appelle le cracking, tandis la concentration du vote d’opposition dans une circonscription boursoufflée est appelée packing.

Origine du mot

L’expression gerrymandering vient du nom d’un gouverneur du Massachusetts Elbridge Gerry qui avait fait redessiner les contours des districts électoraux de son État pour favoriser son parti. Ce redécoupage malicieux avait la forme d’une salamandre, salamander en anglais, d’où le terme gerrymandering.

Traduction

L’expression anglaise est couramment employée par les politicologues. Dans Termium, on trouve les traductions suivantes : manipulation des limites électorales à des fins partisanes; remaniement arbitraire d’une circonscription; découpage arbitraire d’une circonscription; découpage abusif d’une circonscription.

On voit tout de suite que la traduction passe par une périphrase. Jusqu’à maintenant aucune traduction originale ne s’est imposée. En avez-vous une?

***

André Racicot vient de faire paraître un ouvrage Plaidoyer pour une réforme du français.  Ce livre accessible à tous est la somme de ses réflexions sur l’histoire et l’évolution de la langue française. L’auteur y met en lumière les trop nombreuses complexités inutiles du français, qui gagnerait à se simplifier sans pour autant devenir simplet. Un ouvrage stimulant et instructif qui vous surprendra.

On peut le commander sur le site LesLibraires.ca ou encore aux éditions Crescendo.

One Thought on “Gerrymandering

  1. Chambaron on 13 octobre 2020 at 18:06 said:

    La France a connu ce même phénomène il y a quelques années : avant les élections législatives, quelques ministres de l’Intérieur (responsables du système électoral) se sont fait un nom en redécoupant les circonscriptions en vue de l’élection des députés. Cela n’a pas pas suffi à laisser leur patronyme attaché à la manœuvre, qui a fini par disparaitre. Cela n’est plus évoqué depuis plusieurs scrutins.
    À l’époque, de mémoire, on entendait surtout parler de « charcutage électoral », mais aucun mot agrégé ou mot-valise n’avait émergé.
    Quelques fantaisies de ma composition, libres de droits : suffratouillage (mon préféré), cartogance (sur manigance, peut servir dans d’autres domaines) ou tritouille (triturer).
    Bonne chance pour en sortir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation