Faithless electors

Tout indique que le démocrate Joe Biden sera le prochain président des États-Unis.

Comme je l’ai expliqué dans mon article sur le Collège électoral, ce sont les 538 grands électeurs américains qui élisent officiellement le président des États-Unis. Les personnes dont le nom figure sur les listes présentées par les partis ne sont généralement pas connues du grand public. Ce sont des personnes que les partis cherchent à honorer et à récompenser pour leurs loyaux services au fil des années.

Étant donné les circonstances troubles dans lesquelles s’est tenue l’élection présidentielle de 2020, on peut se demander si les personnes choisies par les partis respecteront leur engagement de voter pour le candidat qu’elles sont censées appuyer. Autrement dit, est-il concevable que des grands électeurs démocrates changent leur fusil d’épaule et votent pour le président sortant, ou encore que des républicains en viennent à soutenir Donald Trump?

Tout dépend des États. Le District de Columbia ainsi que 33 États ont adopté des lois obligeant les grands électeurs à respecter leur parole. Dans certains d’entre eux, le vote dissident d’un grand électeur peut tout simplement être invalidé.

Rappelons que les 538 grands électeurs se réuniront en décembre, dans leur État et non à Washington, pour élire le président. Les votes seront ensuite dépouillés au Sénat et c’est son président, Mike Pence, qui proclamera les résultats…

Traduction

Les grands électeurs qui ne respectent pas leur engagement sont appelés en anglais faithless electors. On appréciera encore une fois la concision de l’anglais. Rendre cette expression d’une manière semblable en français n’est pas de tout repos.

On peut bien entendu recourir à des périphrases : les grands électeurs ayant modifié leur vote, ayant changé d’idée, ayant voté pour un autre candidat, ce qui rend bien le sens de l’anglais.

Ce qu’on appelle en québécois des « vire-capot. »

Certains parleront de grands électeurs renégats, mais cette expression a une connotation très négative, bien qu’elle corresponde à la définition que donne le Larousse du mot renégat : « Personne qui a abandonné, trahi ses opinions, sa religion, son parti. »

Pourrait-on aussi parler de grands électeurs infidèles? De grands électeurs déloyaux? Cette dernière expression me parait intéressante.

Mentionnons, en terminant, que seulement 165 grands électeurs dans toute l’histoire des États-Unis n’ont pas respecté leur engagement. (Aucun d’entre eux n’a été assassiné.)

Le site Slate.fr recense les expressions politiques américaines difficilement traduisibles. Il date de 2012 et est sujet à caution. Par exemple, il soutient que l’expression swing state ne se traduit pas, alors que l’on parle couramment des États clés. Une lecture néanmoins intéressante.

***

André Racicot vient de faire paraître un ouvrage Plaidoyer pour une réforme du français.  Ce livre accessible à tous est la somme de ses réflexions sur l’histoire et l’évolution de la langue française. L’auteur y met en lumière les trop nombreuses complexités inutiles du français, qui gagnerait à se simplifier sans pour autant devenir simplet. Un ouvrage stimulant et instructif qui vous surprendra.

On peut le commander sur le site LesLibraires.ca ou encore aux éditions Crescendo.

One Thought on “Faithless electors

  1. Bertrand on 6 novembre 2020 at 15:17 said:

    Bonsoir

    Grands électeurs dissidents, tout simplement : c’est justement proposé par la page Slate que vous indiquez.

    Par contre, au passage, leur « énergies domestiques » au début est une merveille de stéréotype d’anglicisme sur une page qui prétend traiter de traduction.

    B.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation