En lien

 

L’expression fait peur parce qu’omniprésente. La présentatrice de la météo parle d’une tempête en lien avec une dépression; l’analyste de l’économie qui discute des fluctuations boursières en lien avec un nouveau conflit en Iraq…

On entend tellement d’anglicismes dans les médias… Alors on se méfie. En lien, c’est trop beau pour être vrai. L’expression est forcément erronée. Et pourtant…

Elle ne figure pas dans les dictionnaires, mais est-ce une raison de la fuir? Les lexicographes mettent un temps infini à confiner les nouveaux usages. Pensons à lors de, maintenant employé au présent et au futur, alors que les dictionnaires en limitent le sens à des évènements passés.

Des sites consacrés aux difficultés de la langue sont tout aussi muets : la Banque de dépannage linguistique, les Clefs du français pratique, etc.

Un seul couac : Antidote. Il semble que les druides s’étaient levés du mauvais pied le jour où ils ont décidé de condamner l’expression, prétendant qu’elle était un calque de l’anglais in connection with. Cette interprétation me paraît douteuse, d’autant plus qu’elle n’est pas partagée par d’autres sources à l’affût des anglicismes.

Alors?

Certains langagiers que je croise y vont prudemment, tandis que d’autres n’hésitent plus. Il faut dire que l’expression ne « sent » pas l’anglais à plein nez, comme d’autres, qu’elle n’arrive pas comme un éléphant dans le magasin de porcelaine de la syntaxe française. On pourrait l’attribuer à Diderot et beaucoup n’y verraient que du feu.

Autre indice qu’elle est acceptable en français, c’est son utilisation ailleurs dans le monde. En lien ne serait donc pas un autre solécisme dont le Canada a le secret. Voyons un peu :

Titre d’un rapport de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale de la France : « Inégalité sociales de santé en lien avec l’alimentation et l’activité physique : une expertise collective de l’Inserm ».

Le Parlement européen : « …un rapport de situation en lien avec le Forum démographique européen… »;

En Suisse : « …diverses questions en lien avec la protection juridique… »

Jusqu’à nouvel ordre, l’expression en question me semble relever de l’évolution normale de la langue.

5 Thoughts on “En lien

  1. Diane d'Astous on 16 juin 2014 at 19:31 said:

    Merci, André, pour cet avis sur la locution « en lien avec ». Je me promettais il y a longtemps de te poser la question, car comme je l’ai corrigée dans tous les textes que j’ai révisés au fil des années en raison de certains avis que j’avais lus sur le sujet, entre autres celui de Robert Dubuc dans Lien défectueux et mauvais rapport (http://www.linguatechediteur.com/auplaisirdesmots/lien-defectueux-et-mauvais-rapport), mais que je l’entends tous les jours dans la bouche des journalistes de Radio-Canada, je me demandais si elle était finalement passée dans l’usage, ce que je trouverais, je dois l’avouer, un peu déplorable… Robert Dubuc jugeait en 2007 qu’il s’agissait d’un néologisme inutile :
    « Une première difficulté, à cet égard, se pose avec une nouvelle locution qui, semble-t-il, fait florès dans la bouche de nos ténors de la politique et des médias : « en lien avec ». On utilise cette locution pour marquer la parenté entre deux événements ou les rapports qui les unissent. Par exemple, en politique : Le règlement du déséquilibre fiscal est « en lien avec » l’obtention d’un consensus des provinces. Les médias prennent le relais en nous annonçant : « Ce vol de banque est « en lien avec » les autres vols commis dans la région. »
    En fait, aucun des dictionnaires consultés ne consigne la locution « en lien avec ». Il s’agirait donc d’un usage néologique. Or les innovations lexicales, pour être justifiables, doivent apporter quelque bénéfice sur le plan de la forme ou du fond. On cherche en vain ce que cette charnière apporte à la clarté ou à l’élégance de nos énoncés. On aurait écrit ou dit normalement : « Le règlement du déséquilibre fiscal dépend de l’obtention d’un consensus des provinces. » Ou encore : « Ce vol de banque est relié aux autres vols commis dans la région. » Voilà qui est plus simple et plus naturel. L’introduction de « en lien avec » a plutôt une petite résonance de langue de bois qu’on aurait tort de privilégier. »

    Il faudra sans doute que j’évolue avec mon temps. Je continue de te suivre avec beaucoup de plaisir sur Twitter.

  2. Lucia Gauthier on 16 juin 2014 at 22:28 said:

    En lien avec : locution erronée, anglicisme tiré de in connection with, tout comme les anglicismes «en relation avec» et «en rapport avec». Selon le contexte, on doit employer : à propos de, au sujet de, associé à, concernant, en ce qui concerne, correspondant à, dépendant de, lié à, relatif à, relativement à, se rapportant à, touchant. Ou encore : à l’égard de, accessoire à, afférent à, dans le cadre de, dans le cas de, en ce qui touche, en matière de, en réponse à, par rapport à, portant sur, pour ce qui est de, sur, quant à, visant. Cette liste prouve qu’il existe en français moult expressions en ce sens sans avoir recours à un anglicisme.
    Sources : Petit Robert, Robert Dubuc (Au plaisir des mots :
    http://home.ican.net/~lingua/fr/chroniques/chron2_001.htm) et Écritout.

  3. Francine Roy on 21 août 2016 at 19:33 said:

    Je vous remercie également. Je l’utilise aussi quand je dois varier mes charnières. Venant de tomber sur une chronique de Robert Dubuc qui en critique l’usage, je pousse maintenant un soupir de soulagement : http://www.linguatechediteur.com/auplaisirdesmots/lien-defectueux-et-mauvais-rapport

  4. Gaelle Gabin on 19 décembre 2016 at 13:52 said:
  5. S. Lacombe on 13 septembre 2018 at 10:16 said:

    J’ai toujours pensé qu’il s’agissait d’un calque de l’anglais « in connection with ».

    Je ne suis d’ailleurs convaincu qu’il ne s’agisse pas de ça, et son utilisation ailleurs dans la francophonie n’est pas en soi une confirmation qu’il ne s’agit pas de claque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation