COVID-19 : Réflexions

La pandémie mondiale de coronavirus dont est responsable la Chine s’aggrave de jour en jour, au point de provoquer une viro-anxiété galopante. Le monde est entré en récession économique et une dépression majeure n’est pas à écarter.

Le monde est glauque, mais cette crise comporte quand même des aspects positifs. Alors, pour clôturer la semaine, trêve de vocabulaire!

***

La crise actuelle est une répétition générale en vue d’une éventuelle pandémie mondiale beaucoup plus grave qui pourrait survenir n’importe quand. Heureusement, le monde est mieux préparé à faire face à une réédition de la grippe espagnole. Mieux préparé, mais PAS entièrement préparé.

Ce qui se passe en Chine aussi bien qu’aux États-Unis, en Italie, en Iran illustre tous les obstacles géopolitiques qui se dressent devant nous.

La Chine

L’un de ces obstacles est le déni de la réalité, tel qu’observé par le gouvernement chinois. Les scientifiques qui ont sonné l’alarme ont été menacés de représailles. L’un d’entre eux a succombé à la maladie. Le pays a perdu de précieuses semaines à ne pas réagir, ce qui a permis au dragon de se déployer dans l’Empire du Milieu.

La Chine est une dictature féroce et sans pitié. Son gouvernement veut contrôler tout ce qui se passe, tant il a peur d’une révolte populaire. Le fait que l’opposition soit jugulée et l’absence de contre-pouvoir permet au gouvernement de faire tout ce qu’il veut.

Le confinement de la population du Wuhan a donc été un succès. Il n’est pas certain que des démocraties occidentales pourraient arriver à des résultats semblables aussi facilement. Mais il est clair que la méthode est efficace.

Un autre effet positif en Chine a été la prise de conscience de la grave menace sanitaire que représentent les marchés publics où l’on vend des animaux sauvages destinés à être mangés. Les pratiques sanitaires moyenâgeuses de ce pays ont engendré une pandémie mondiale qui n’a pas encore donné toute sa mesure. D’après le National Geographic, les autorités de Pékin ont ordonné la fin de ces marchés. Souhaitons qu’elles ne les rétabliront pas après la pandémie, comme elles l’ont fait après le SRAS.

Néanmoins, il y a prise de conscience. Si Pékin se traîne les pieds, il est certain que les pays frappés de plein fouet par la grippe de Wuhan se chargeront de leur rappeler leurs responsabilités. Il y a des limites à toujours vouloir sauver la face.

L’incompétence de certains dirigeants

Au Canada, on a beaucoup dénoncé le manque de leadership de Justin Trudeau, un homme qui cherche ses idées autant que ses mots. Comme le faisait observer le journal libéral La Presse, le premier ministre est toujours en retard sur la réalité et manque de conviction.

Pourtant bien des États aimeraient bien avoir M. Trudeau comme dirigeant. Des fanfarons comme le président Bolsonaro au Brésil, Boris Johnson en Grande-Bretagne, Doug Ford en Ontario et bien d’autres encore ont minimisé la gravité de la pandémie. Malheureusement la pensée magique ça ne marche pas.

La crise actuelle est un révélateur de l’incompétence de tous ces clowns. Les populations en tireront-elles des leçons? On peut le souhaiter, mais rien n’est moins sûr.

Trump

L’incompétence est encore plus préoccupante quand elle touche l’homme le plus puissant de la planète. Cet homme souffre d’une maladie mentale, le narcissisme, qui déjà le rend inapte à gouverner. Si ce n’était que cela.

Le personnage ne possède aucune culture générale, est profondément ignorant des réalités géopolitiques mondiales, ne comprend pas la Constitution américaine, est impulsif et n’écoute personne; en fait, il ne comprend rien à rien. Ça tout le monde le savait déjà. Pourtant il voguait vers une réélection tranquille en novembre à cause de l’ignorance et de la bêtise d’une grande partie de la population américaine. Pourtant, ce pays mérite mieux. Il n’y a pas que des abrutis aux États-Unis.

Les États-Unis seront le prochain foyer d’infection. Ils ont réagi trop tard à la pandémie, leur système médical est dysfonctionnel : une trentaine de millions de personnes n’ont pas d’assurance et ne pourront se faire soigner; des dizaines de millions sont des sans-papier et vont continuer à se cacher; bien des Américains n’ont même pas de congé de maladie.

Bref, le pays est un désastre social et politique. Et la crise va frapper très fort au point qu’un scénario à l’italienne est prévisible.

Cette crise sanitaire pourrait déboucher sur une crise politique, car récession il y aura. Si tout va mal, on peut prévoir que le président finira par en payer le coût politique. Ils seront très nombreux à vouloir le ternir responsable du chaos.

Bref, l’immonde président pourrait être battu, non par une prise de conscience, par un débat intelligent entre personnes intelligentes, mais bel et bien par un virus. Ce serait un immense bienfait pour la planète, car le fou furieux de la Maison-Blanche ne sait pas ce qu’il fait. Il est un danger pour l’humanité entière, pandémie ou pas.

Personnes vulnérables

L’éloignement social et le confinement des populations provoquent des réactions inattendues. Tout d’abord ces Italiens qui chantent… Mais aussi des élans de générosité envers les personnes les plus vulnérables. Nous prenons conscience des conditions précaires dans laquelle vivent les personnes âgées, les sans-emploi, les personnes souffrant de problèmes de santé.

Et comment ne pas louer les personnes courageuses qui œuvrent dans les établissements de santé. Elles affrontaient déjà divers dangers, mais le coronavirus est une menace directe à leur santé à elles. Elles méritent toute notre admiration.

Petites entreprises

Les entreprises locales, les marchands de toute sorte, les artisans, les pigistes sont autant de personnes précaires. La mondialisation sauvage célébrée par bien des politiciens et des économistes a été un raz de marée pour bien des entreprises non affiliées à une chaîne. Un grand nombre ont disparu. À terme, nous sommes menacés de voir ces commerces disparaître, écrasés ou avalés par les grandes chaînes.

À cela s’ajoute maintenant la pandémie chinoise. Certains se réorganisent. Des restaurants livrent à domicile, par exemple, d’autres organisent le travail à distance. Il est important d’encourager tous ces commerces qui sont le gagne-pain d’un grand nombre de personnes, qui risquent d’être jetées à la rue par une éventuelle récession.

C’était vrai avant la pandémie, ce l’est encore plus à présent.

Le COVID-19 laissera des traces durables. Souhaitons que ce soit pour le mieux.

One Thought on “COVID-19 : Réflexions

  1. Anne-Marie Fleurant on 21 mars 2020 at 23:35 said:

    Article très pertinent et bien écrit!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation