Coupures budgétaires

S’il est une expression qui a la tête dure, c’est bien coupures budgétaires. Voilà un bel exemple d’impropriété, car, en français, une coupure n’est rien d’autre qu’une blessure, une interruption de courant ou encore un article découpé. Pas une diminution de budget ou de personnel.

Le gouvernement veut mettre de l’ordre dans les finances publiques, alors il réduit les budgets, supprime des postes, sabre dans les programmes. On peut aussi dire que le gouvernement tranche dans le vif, qu’il révise les budgets à la baisse, quand il ne les ampute pas.

Comme on le voit, il est facile de supprimer le verbe couper quand on veut vraiment s’en donner la peine et éviter de continuellement paraphraser l’anglais.

Ceux qui s’opposent aux politiques gouvernementales pourront parler  de véritable saignée dans les services publics, et non de coupures sévères.

On hésite à employer le mot coupe, qui, lui, est pourtant bien français. Deux expressions ressortent : coupe sombre et coupe claire. Il est d’ailleurs facile de les confondre. Une coupe sombre est, selon le Robert, une «opération qui consiste à n’enlever qu’une partie des arbres pour permettre l’ensemencement de nouveaux arbres». Une coupe claire, elle, éclaircit la coupe sombre pour donner plus de lumière aux jeunes arbres. Elle est donc plus draconienne.

Quant à ceux qui veulent éviter à tout prix le mot coupe parce qu’il ressemble trop à l’anglais, ils pourront toujours parler de réductions, de compressions, de diminutions.

Le verbe couper est plus délicat, car si on effectue des coupes il devient logique de dire que l’on coupe dans le personnel. Pourtant, on peut facilement éviter ce calque en recourant à des expressions idiomatiques. Par exemple, on ne coupe pas le personnel, on le réduit, on le comprime, voire on le supprime; on ne coupe pas dans les dépenses, on les réduit, on les comprime, on rogne dans les dépenses.

Pas si compliqué que cela de parler français quand on le veut bien.

 

2 Thoughts on “Coupures budgétaires

  1. Nicolas on 18 avril 2013 at 17:03 said:

    Les médias français emploient également l’expression « destruction de postes ». Qu’en penses-tu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation