Category Archives: Stylistique

Écrire les dates

L’énonciation des dates peut devenir un problème. Dans les langues que je connais (allemand et italien), on commence par le jour, suivi du mois et de l’année. Il en va de même dans deux autres langues sœurs du français : le portugais et l’espagnol.

L’anglais fait exception. On dira April 16, 2014. Dans une conversation normale, dire que son père est né un certain April 16 ne pose aucun problème, bien que l’on puisse également l’énoncer «à la française», the 16th of April. Toutefois, la forme inversée est ancrée dans l’usage des anglophones.

Ce n’est pas le premier cas d’inversion entre l’anglais et le français, on en conviendra, mais celui-ci est plus difficile à avaler.

Les choses se compliquent quand on lit des dates énoncées de façon numérique, comme sur les litres de lait. Bon nombre d’entreprises sont anglophones et leurs traductions peuvent laisser à désirer. Le doute nous saisit lorsqu’on lit une date abrégée, comme 04-06-10. Une telle date peut prêter à confusion. S’agit-il du 4 juin 2010? Du 6 avril 2010?

On a cherché à remédier à ce problème en suggérant une forme universelle : 10-06-04 voudrait dire le 4 juin 2010. Cette méthode a l’avantage d’être sans équivoque, mais je la trouve très artificielle. En effet, qui va énoncer une date en commençant par l’année? Personne. La logique habituelle est bousculée.

Vous ne direz jamais que Beethoven est né en 1770, au mois de décembre, le 17. Ce serait plutôt l’inverse. Si vous désirez mettre l’accent sur l’année, vous indiquerez que le génial compositeur de Bonn est né après Mozart (1756), soit en 1770, pour être plus précis le 17 décembre. «Vous savez, il est né en décembre le 17». On croirait entendre Jolitorax dans Astérix chez les Bretons. Un peu de magique potion avec ça?

À mon sens, on a voulu ménager la susceptibilité des anglophones, dont la logique, dans ce cas, n’est pas linéaire. Plutôt que d’imposer une norme jour-mois-année à l’échelle internationale, on a tenté de noyer le poisson avec une solution bancale année-mois-jour. En fait, cette séquence est l’envers de la logique.

À une plus petite échelle, c’est comme si on renonçait au système métrique pour réadopter le fastidieux système impérial. By jove!

 

Faire la différence

L’expression faire la différence envahit le discours public. À l’instar de tous ces leitmotivs répercutés par les porte-parole, les journalistes et rédacteurs de tout acabit, elle est un calque grossier de l’anglais.

Comme le signalent si bien les Clefs du français pratique du Bureau de la traduction : «La personne qui fait la différence, ou fait une différence, entre deux choses « établit une distinction » : Faire la différence entre le bien et le mal. Elle ne fait pas de différence entre eux. On peut lui servir du lapin pour du lièvre, elle ne fera pas la différence.»

Avec un peu d’imagination, on peut éviter les traductions serviles. Voici un florilège de belles tournures, pour divers contextes, glanées dans des traductions gouvernementales : À vous de jouer; influer sur le cours des choses; changer les choses; apportez votre contribution; agissez concrètement; visez l’excellence; les mots ont tout leur poids; contribuer au mieux-être de l’ensemble; le pouvoir des enseignants; votre contribution est importante; notre force est notre solidarité; les mentors ont-ils une influence?

Comme je le signalais dans un article précédent, on peut aussi dire faire pencher la balance. Un rédacteur ayant un peu de culture générale peut aisément tirer son épingle du jeu et éviter de penser en anglais quand il écrit en français.

Alternative

L’anglicisation du français se fait de diverses manières. Contrairement à ce que l’on peut croire, le français ne s’anglicise pas uniquement par les emprunts multiples et effrénés des Européens. Beaucoup de ces emprunts ne sont que des étoiles filantes qui se perdent vite dans les galaxies éloignées de notre système langagier…

Phénomène moins connu, un certain nombre de mots français voient leur sens élargi, sous l’influence de l’anglais. Pour le meilleur et pour le pire. L’un des derniers en date est spéculation, mot auquel le Petit Larousse attribue la définition suivante «Construction abstraite, commentaire arbitraire et invérifiable : Leur entretien secret a donné lieu aux spéculations des journalistes.»

On est loin des considérations théoriques de la définition originale. Sous l’influence de l’anglais, le mot se démocratise, en quelque sorte.

Le mot alternative a aussi évolué. Traditionnellement, on définissait le terme comme un choix entre deux options opposées. Sous l’influence de l’anglais, influence critiquée, d’ailleurs, le mot a pris le sens de solution de remplacement.

Ce nouveau sens a essaimé dans d’autres expressions. Par exemple, les alternatifs est un nom collectif qui embrasse l’ensemble des forces politiques qui combattent le néolibéralisme, c’est-à-dire le capitalisme débridé. Les alternatifs proposent une alternative à l’exploitation sans vergogne des richesses naturelles, au triomphe du capitalisme financier; ils luttent aussi pour le développement durable et un meilleur partage de la richesse.

D’autres expressions, inspirées par l’idée de solution de rechange, ont bourgeonné. Pensons à la médecine alternative. Quand un sens nouveau s’immisce un peu partout, il devient très difficile de revenir en arrière. D’ailleurs le faut-il absolument?

 

 

Lutte à la pauvreté

La construction lutte à a des accents de vérité indubitables, surtout qu’on la lit et qu’on l’entend fréquemment.

Pourtant, il s’agit d’une faute.

Prenons l’expression lutte à la pauvreté. Tout va très bien jusqu’au moment où l’on décide d’utiliser un verbe : lutter à la pauvreté.  C’est là que le bât blesse.

En clair, on mène une lutte contre la pauvreté, de la même manière qu’on lutte contre la pauvreté. Le même raisonnement s’applique à lutte au déficit, qui devient lutte contre le déficit.

La construction correcte est donc lutte contre.

Pléonasmes et élections

Mon article précédent sur les pléonasmes avait suscité un certain intérêt. Je reviens donc à la charge encore une fois en espérant ne pas être redondant ni trop répétitif, comme aurait dit La Palice.

Une bonne méthode pour déterminer si nous allons commettre un pléonasme est de comparer ensemble les deux mots, le mieux étant d’ouvrir le dictionnaire. À moins d’un hasard imprévu, vous devriez y voir plus clair. Cela vous évitera de répéter deux fois la même chose.

Parlons un peu d’élections, puisque nous y sommes. À quand une loi sur des élections précipitées à date fixe? Car nos valeureux politiciens se dévisagent mutuellement en s’accusant d’être responsables de ce scrutin inutile. Bien sûr, ils n’ont pas le monopole exclusif de la duplicité et du mensonge trompeurs, mais pourquoi jurent-ils tous, la main sur le cœur, qu’ils feront de la politique autrement, pour aussitôt retomber dans les manœuvres électoralistes? D’ailleurs, essayez d’en trouver un qui réponde directement aux questions, par exemple en commençant sa phrase pour «oui» ou «non».

De fait, ils ne divulguent jamais publiquement le fond de leur pensée. Sur ce plan, ils sont plutôt solidaires les uns des autres.

Cynique moi? Bien oui, c’est une évidence qui crève les yeux.

Un dernier mot avant de finir. Triste de voir M. Couillard se sentir obligé de glisser des phrases en joual dans ses discours, pour faire plus «vrai». Il est un des rares politiciens à manier la langue avec élégance. Bien dommage.

 

Seconde ou deuxième guerre mondiale?

On s’entend pour considérer les conflits de 1914-1918 et 1939-1945 comme étant des conflits mondiaux. Certains historiens considèrent la Guerre de Sept Ans (j’assume les majuscules) comme une sorte de guerre mondiale, ce qui me paraît quelque peu contestable. C’est à la suite de cette guerre, qui a mis aux prises plusieurs grands empires européens, que la France a cédé le Canada à la Grande-Bretagne.

La plupart des ouvrages et rédacteurs s’entendent pour écrire le nom des deux guerres mondiales avec majuscule. Il y a bien, ici et là, quelques esprits minimalistes qui veulent supprimer la majuscule de tous les noms propres, des gens qui, par exemple, écrivent le parti communiste. Ces personnes écriront la première guerre mondiale comme s’il s’agissait de la trompette du musicien.  Je m’élève contre ce réductionnisme absurde, qu’on ne voit pas dans les langues sœurs comme le portugais, l’espagnol ou l’italien.

J’ai déjà dénoncé ce réductionnisme dans un précédent article sur les noms des périodes historiques.

Bien entendu, la Première Guerre mondiale ne s’est pas appelée ainsi d’emblée. À l’époque, on croyait et on espérait que l’humanité ne serait pas encore assez folle pour se lancer dans une autre boucherie du genre. C’est pourquoi ce nouveau conflit a été baptisé la Grande Guerre, avec deux majuscules. Les règles tatillonnes sur l’emploi des majuscules étaient respectées.

Normalement, le mot guerre s’écrit en minuscule et l’élément déterminatif qui suit doit prendre la majuscule initiale, s’il s’agit d’un substantif. On dira la guerre du Péloponnèse, la guerre d’Indépendance américaine. Mais si le mot guerre est suivi d’un simple adjectif, alors aucune majuscule nulle part. Sidérant. Ainsi : la guerre froide.

Alors pourquoi la double majuscule dans la Grande Guerre? Tout simplement parce que l’adjectif précède le substantif et qu’il fait partie intégrante du nom. On ne pourrait, par exemple, écrire lénorme guerre. Le mot Grande n’est pas fortuit, il fait partie du nom.

Je vous laisse mesurer toute l’ineptie de ce genre de distinction.

Il y eut malheureusement un second conflit mondial. On abandonna l’appellation Grande Guerre pour parler de la Première Guerre mondiale. Quant à la suivante, elle fut qualifiée de Deuxième Guerre mondiale. Pendant longtemps, cette appellation a été décriée, certains argüant que le mot deuxième laissait entendre qu’il y en aurait une troisième. Ils préféraient donc le terme Seconde Guerre mondiale.

Certains rédacteurs, traducteurs et grammairiens débattent encore de la question. Voici ce qu’en dit Le Petit Robert : La règle selon laquelle deuxième s’emploierait lorsque le nombre des objets dépasse deux, et second lorsqu’il n’y en aurait que deux, est selon Littré « tout arbitraire », mais observée cependant par certains puristes.

Assez drôle de voir un dictionnaire en citer un autre…

Joseph Hanse, dans son Nouveau Dictionnaire des difficultés du français moderne, tranche la question : Jamais la langue n’a fait couramment entre les deux (deuxième et second) la distinction que des théoriciens ont voulu établir.

Par conséquent, les deux appellations Seconde Guerre mondiale et Deuxième Guerre mondiale sont aussi valides l’une que l’autre.

On remarquera, toutefois, qu’une désignation générique, qui s’écarte des termes consacrés, ne prendra pas de majuscule. Ainsi :  Les deux conflits mondiaux ont fait des dizaines de millions de morts.

Des Russes ethniques?

Le conflit en Ukraine met en lumière l’existence de minorités russes en Ukraine. Elles sont regroupées en Crimée, que vient d’envahir la Russie, et dans la partie orientale du pays, où sont situées des villes comme Kharkiv et Donetsk. Les Pays baltes comptent aussi des minorités russes.

En anglais, on parle d’ethnic Russians, que l’on ne doit absolument pas traduire par Russes ethniques. 

Car, à son compte-là, les Ukrainiens sont aussi ethniques. Je m’explique.

En français, est ethnique ce qui est relatif à une ethnie. En anglais, le mot a pris un sens très différent et désigne les personnes appartenant à une minorité ethnique. Donc, les ethnic Russians sont les Russes de souche vivant en Ukraine.

Le charabia chic

On peut l’appeler charabia chic, ou langue de plastique ou jargon déshumanisé. Certains y verront de la pédanterie, de l’infatuation; d’autres parleront de la parlure prétentieuse de personnes qui cherchent à camoufler leurs carences linguistiques. Qu’importe, le fléau fait rage dans les relations publiques et envahit les reportages diffusés dans les médias.

Comme disait l’autre, n’en jetez plus, la cour est pleine.

Le milieu hospitalier est contaminé, avec ses centres hospitaliers, ses CHSLD, qui accueillent les heureux bénéficiaires, dont le véritable nom est patients, mot qui n’a jamais été aussi vrai. Si la première expression fait plus chic qu’un simple hôpital, la seconde est une expectoration du langage bureaucratique le plus infect. D’accord, on parlait auparavant d’hospice; mais que dirions-nous de maisons de retraite?

Le domaine des ressources humaines comporte aussi son jargon prétentieux. Mais faut-il vraiment rabaisser les employés au rang de ressources? Peut-être pour un comptable, mais encore…

Au gouvernement et ailleurs, il est déplacé de parler de problèmes (probablement parce qu’il n’y a que des solutions). Si l’on doit absolument admettre qu’il y a difficulté, pourquoi ne pas élever le tout en problématique? Cependant, on préfère habituellement discuter des défis qui nous attendent.

À propos de la fusion de deux entreprises, l’un des dirigeants avait dit, voilà quelques années : « Nous allons concrétiser les synergies. » Bel exemple de charabia chic. Prétentieux et obscur.

Entre vous et moi, existe-t-il un mot plus vide et inutile que synergie? Si l’on remonte à la racine grecque sunergia, on découvre… coopération. Tiens donc! Voilà donc ce qu’il voulait dire : stimuler la coopération entre les… joueurs? Mais non, les intervenants, les deux parties, les acteurs, etc. Tout le monde aurait compris.

Les entreprises ne poursuivent plus de buts, des objectifs. Non, elles ont des cibles. Évidemment, l’anglais n’est pas loin. Je ne sais pas si les cibles paraissent plus dynamiques, plus attirantes, mais, chose certaine, les porte-parole de ces entreprises ne font pas mouche… du moins sur le plan de la langue.

L’élévation de vocabulaire est devenue une seconde nature dans le monde des affaires. Le croirait-on, mais le partage est à l’honneur. Ainsi, on pratique le réseautage pour mieux partager des expériences. On échange aussi des pratiques exemplaires. Tout cela permet à tout le monde de grandir. Et quand on grandit, on est plus à même de déconstruire une problématique.

Traduction…

Lors de leurs rencontres, les gens d’affaires se communiquent leurs expériences, échangent des conseils pratiques, ce qui leur permet d’acquérir des connaissances, de progresser. De ce fait, ils sont mieux en mesure d’analyser un problèmeavec une précision chirurgicale? Non! Avec grande précision.

Bien entendu, le monde politique n’est pas à l’abri du charabia chic, d’autant que la vérité y est le plus souvent malmenée. Mais les politiciens ont-ils vraiment le choix? S’ils ouvrent leur cœur et disent ce qu’ils pensent, on les traitera de naïfs, en faisant valoir qu’ils ne comprennent pas les règles de la politique; s’ils se réfugient dans la langue de bois, on dira qu’ils sont hypocrites.

Toujours est-il que les débats sont devenus des conversations. Sont-ils pour autant plus civilisés, ce qui expliquerait cette atténuation de vocabulaire? Permettez-moi d’en douter. Les élections approchent et nous verrons bien si les politiciens conversent vraiment…

Parfois, les discussions permettent de dégager des consensus. Encore faut-il s’entendre sur le sens de ce terme. Le Larousse est sans équivoque : « Accord et consentement du plus grand nombre, de l’ensemble ou d’une large majorité de l’opinion publique. »

Un peu comme priorité ou impact, ce mot est malmené par les rédacteurs. Combien de fois n’est-il pas question de large consensus? Il serait peut-être plus simple d’écrire : « On s’entend pour dire que telle mesure est souhaitable. »?

Un petit dernier en terminant, la coqueluche des plumitifs qui sévissent dans la sphère publique : l’imputabilité des responsables ou des irresponsables, si vous préférez… Souvent, les porte-parole ressemblent à des pieuvres paniquées qui projettent de l’encre tout autour d’elles pour tenter de brouiller les pistes. Une personne est responsable, redevable, tout simplement. La rendre imputable lui donne-t-il un meilleur sens des responsabilités?

Les tics langagiers au Québec

Les tics langagiers sont un phénomène normal; certains mots à la mode traversent le firmament langagier, telles des étoiles filantes et disparaissent dans l’espace intersidéral.

D’autres s’incrustent et relèvent de la faute de langue, faute amplifiée par les médias, les responsables des relations publiques et les divers rédacteurs, qui s’en font l’écho et lui donnent ses lettres de noblesse.

Voici quelques tics parmi les plus en vogue depuis quelques mois, sinon quelques années. Certains viennent de l’anglais.

De nos jours, il y a des communautés partout. L’Isle-Verte vit un drame et la communauté est en deuil. À Toronto, les frasques du maire Ford indisposent la communauté, tandis que la communauté médicale s’inquiète de l’apparition d’une nouvelle souche de virus de la grippe.

Ce sont plutôt les rédacteurs de tout acabit qui ont attrapé un virus. Le terme communauté est tellement galvaudé qu’on ne sait plus exactement quelle est la taille du regroupement qu’il désigne. Est-ce un village, comme L’Isle-Verte, ou bien une métropole, comme Toronto? Et même si les médecins peuvent être considérés comme une communauté, n’est-il pas plus simple de faire abstraction de ce mot?

De nos jours encore, bien des joueurs sont incontournables. Pour être clair, parlons tout d’abord des acteurs, transposition correcte du players anglais. Il s’agit de personnes dont on ne peut se passer, parce qu’elles sont indispensables. Et une personne est incontournable si elle a de l’impact.

Si vous trouvez les nouvelles déprimantes, amusez-vous à compter le nombre d’impacts mentionnés dans un bulletin de nouvelles, surtout s’il y a des entrevues en direct. Tout élément qui a des répercussions, des effets d’entraînement, des retombées, des conséquences… a un impact. Du moins dans la langue des médias, et aussi, de plus en plus, dans la langue populaire, hélas. Certains journalistes ne connaissent plus que ce mot…

Il serait bon de retourner à nos bons vieux dictionnaires pour constater qu’un impact est un choc violent; il ne peut être question d’une simple conséquence. Le mot est donc très souvent utilisé de manière abusive. Et tout mot galvaudé perd son effet.

Au chapitre du remplissage, quel terme plus efficace qu’actuellement? Chaque fois que vous êtes tenté de l’employer, demandez-vous si le sens de votre phrase serait altéré si vous le biffiez. La plupart du temps, ce ne serait pas le cas. Le service de police mène actuellement une enquête? Il mène une enquête, tout simplement. Ne brouillez pas inutilement les pistes. Vous n’êtes pas à la Commission Charbonneau.

Un des tics les plus agaçants est questionner. Vous questionnez quand vous posez des questions; si vous n’êtes pas d’accord avec la position de quelqu’un, vous la remettez en question. C’est souvent parce qu’on ne se pose pas assez de questions que l’on finit par tout questionner.

Un petit dernier, législation, qui n’en finit plus de faire des petits, de proliférer dans les chroniques, les reportages, le tout dans une confusion monstre. Un projet de loi est la traduction de l’anglais bill. Il est déposé au Parlement et, après trois votes à la Chambre, étude en comité et débat, il est adopté, pour obtenir la sanction royale. À partir de ce moment, il s’agit d’une loi, pas d’une législation.

Un ensemble de lois dans un domaine précis constitue une législation. Par exemple la législation du travail. Un projet de loi n’est pas une législation, une loi non plus. Le projet de charte des valeurs québécoises n’est pas une législation et n’en sera jamais une. S’il est adopté par l’Assemblée nationale, il deviendra une loi.

Étonnant de voir qu’autant de spécialistes au fait de l’actualité politique soient incapables de faire cette nuance.

Les journalistes et le français

Les journalistes savent-ils encore parler? Sommes-nous en train d’assister au délabrement de notre langue à cause des délirantes réformes de l’enseignement des dernières décennies?

On peut parfois le penser. Écouter certains animateurs à la radio peut devenir très irritant. Les amants de la langue française pourraient les reprendre presque à chaque phrase. Et les journaux sont truffés d’anglicismes.

Notre statut de minorité précaire à l’échelle du continent nous met dans une position délicate. Notre langue essuie un bombardement quotidien de l’anglais. Nous sommes en quelque sorte des miraculés ayant échappé de justesse à l’assimilation. Il est donc normal que notre français soit corrompu.

Ce qui est toutefois remarquable, tant au Québec et qu’au Canada français, ce sont les carences profondes sur le plan de la langue : même les gens les plus instruits font des fautes grossières. Quant au commun des mortels, son français est le plus souvent bancal : il peine à construire trois phrases bien structurées, aligne solécismes et anglicismes, cherche continuellement ses mots. Les vox populi sont éloquents à cet égard. Et que dire de ces enseignants qui font des fautes de grammaire au tableau? Même à l’université, j’en ai été témoin.

Les journalistes ne sont finalement que le reflet de la société à laquelle ils appartiennent. Certains affichent une langue châtiée, tandis que d’autres écrivent à peu près comme ils parlent. Néanmoins, leur maîtrise du français demeure supérieure à celle de l’ensemble de la population.

Le grand mythe au sujet des journalistes est qu’ils n’ont pas le temps de vérifier l’exactitude des termes employés. C’est vrai et c’est faux. Vrai qu’ils sont appelés à nourrir une multitude de plateformes (texte écrit, site Web, Twitter, etc.). Faux qu’ils n’ont pas le temps de chercher. Faire une vérification au dictionnaire prend au plus deux minutes. Encore faut-il le vouloir.

Des chroniqueurs comme Michel David du Devoir et Lysiane Gagnon de La Presse font très peu de fautes. D’autres affichent aussi une langue très correcte.

Le cas de Chantal Hébert est éloquent. Une Franco-Ontarienne de Toronto. Elle aurait de bonnes raisons de faire comme certains de ses collègues et d’aligner les anglicismes lexicaux et syntaxiques. Pourtant, son français est presque impeccable. D’autres, nés au Québec, font plus de fautes qu’elle. Cherchez l’erreur.

Au fond, l’attitude des journalistes n’est que le reflet de celle de la population. À peu près tout le monde veut défendre le français, mais à la condition de ne faire aucun effort personnel pour mieux s’exprimer. Il n’est pas rare d’entendre des personnes instruites clamer que la qualité du français n’a pas d’importance, que tout le monde comprend de toute façon, les défenseurs de la langue étant des ayatollahs qui veulent tyranniser tout le monde.

Depuis une cinquantaine d’années, le journalisme a beaucoup évolué. On assiste à l’avènement d’un certain vedettariat et à la multiplication des chroniques d’humeur. Ces columnists, comme certains appellent ces chroniqueurs, se prononcent sur tout et sur rien, paradent dans les émissions de variété, se croient souvent infaillibles. Ce sont des leaders d’opinion et ils adorent cela.

Beaucoup en viennent à penser qu’ils n’ont rien à apprendre des autres. Les courriels pour leur signaler les petites fautes qu’ils commettent les agacent au plus haut point. Ils ne répondent jamais.

Je me souviens de cette reporter en poste à Québec qui employait le barbarisme démotion, au lieu de rétrogradation. Je lui signale respectueusement son erreur, elle lit mon message, et le soir même répète le mot dans un reportage. Quand l’orgueil personnel l’emporte sur tout. Cette attitude n’est pas rare.

Le plus gros obstacle, c’est le refus des médias de reconnaître leur responsabilité par rapport à la qualité de la langue. Ils sont malheureusement une courroie de transmission des fautes les plus courantes; ils leur donnent leurs lettres de noblesse, en quelque sorte.

Quand on entend continuellement des erreurs comme imputabilité que ce soit à la radio d’État ou à TVA et qu’on le lit dans La Presse et Le Devoir, il est difficile ensuite de faire comprendre aux francophones que c’est une faute. Tout le monde le dit, après tout.

L’influence des médias peut aussi jouer en sens inverse. S’ils décident d’employer une locution correcte, celle-ci devrait se propager comme une traînée de poudre. Je rêve du jour où les médias cesseront de nous inonder d’impacts et de faire en sorte que.

Alors, que faire?

Ne pas hésiter à écrire, même si on se heurte parfois à un mur d’indifférence. Beaucoup de scribes ne demandent qu’à s’améliorer, à la condition de ne pas les harceler et de s’adresser à eux avec respect. Certains sont même très contents d’apprendre quelque chose.

Oui, il faut continuer de se battre. Ne rien dire équivaut à encourager certains scribes à continuer de scribouiller. Après tout, la survie du français en terre d’Amérique a toujours été un combat.