Category Archives: Anglicismes

Smartphone

Petite visite au royaume de ces naïfs de Québécois (selon bien des gens) qui essaient de tout traduire.

Tout le monde a pris conscience de l’esclavagisme numérique (et non digital, monsieur le Président de la République) qui frappe la Terre entière. Peu à peu, nous devenons des zombies errant dans les villes, le nez collé sur notre téléphone portable.

Ces appareils, appelés smartphones en anglais, ne sont plus vraiment des téléphones. À moins de spéculer à la Bourse, de brasser des affaires à l’échelle internationale, d’être courtier en immeuble, nous utilisons rarement cet appareil maléfique pour passer des appels.

La technologie en a fait un appareil multifonctions. Certains suggèrent d’ailleurs de l’appeler téléphone multifonctions. Grâce à lui, on peut prendre des photos, calculer le pourboire sur la note au restaurant, s’en servir comme lampe de poche, vagabonder sur la Grande Toile, jouer à des jeux en ligne, texter, etc.

Nous avons donc un téléphone qui sert rarement à appeler. Il est même un peu original, pour ne pas dire ringard, de l’utiliser ainsi. Tous les jeunes vous le diront, on ne s’appelle plus, on ne s’envoie même plus de courriels (traduction ingénieuse de l’affreux e-mail). Non, maintenant ce sont des textos. Ces phylactères parfois amusants qui font ronronner notre appareil. En Europe, on préfère le sigle anglais SMS. Ceux qui me lisent régulièrement savent que j’abhorre les sigles, qu’ils soient anglais ou français.

On objectera que texto est une marque. Et alors? Il rejoindra frigidaire, kleenex… et bien d’autres.

Dans les faits, le smartphone est un mini-ordinateur que l’on trimbale partout. En Europe, on a suggéré ordiphone, qui n’a aucune chance de percer.

L’anglicisme smartphone ne fait pas recette au Canada français. Comme il arrive souvent, les Canadiens ont commis l’hérésie de traduire, ce qui a donné téléphone intelligent, pour le meilleur et pour le pire. Bien entendu, il s’agit d’un calque servile de l’anglais.

Le problème tient au fait que cet appareil est officiellement un téléphone… alors qu’il n’en est plus un… du moins pas tout à fait. Mais dès que l’on cherche une appellation plus juste, on dérape. Que diriez-vous de miniterminal ou terminal de poche? Et pourquoi pas ordi de poche, cyberphone? J’aime bien ce dernier, mais soyons réaliste. Beaucoup voudront se faire couper la langue plutôt que de prononcer ce mot…

Dans l’usage québécois, on parle aussi de téléphone portable, étant entendu que ce type d’appareil est presque toujours… un smartphone. Technologie fait loi. Le mot portable s’emploie aussi pour un ordinateur, ce qui peut entraîner une certaine confusion.

 

Entrevue

L’anglicisme interview est utilisé au Québec, comme ailleurs dans la francophonie. Toutefois, le réflexe de survie typique de nos contrées nordiques a imposé une traduction que l’on voit plus souvent qu’interview : entrevue.

Alors si vous lisez dans un de nos journaux que le premier ministre Trudeau a accordé une entrevue au journal La Presse, il ne faudra pas vous en étonner. Il s’agit bel et bien d’une interview.

La traduction de ce terme avait d’ailleurs ravi Bernard Pivot, qui la trouvait rafraîchissante.

Mais, comme on dit, toute médaille a son revers. Si on peut affirmer que La Presse a interviewé Justin Trudeau, il serait cocasse de dire que les journalistes l’ont entrevu. À moins, bien entendu, de l’avoir croisé dans l’ascenseur.

Les efforts héroïques de ce côté-ci de l’Atlantique pour ériger des barrages pour contrer le déferlement de la terminologie anglaise ne sont pas toujours entièrement réussis.

Prochain article : smartphone, quand vous aurez fini de cuver votre vin… Joyeux Noël.

Faux amis

L’un des problèmes récurrents au Canada est l’emploi constant de faux amis. Ces « vrais ennemis » figurent, avec les calques syntaxiques, parmi les pièges les plus insidieux qui menacent le français canadien. On pourrait écrire une infinité d’articles sur le sujet.

Un faux ami est un mot commun à deux langues, mais dont le sens diffère en totalité ou en partie.

Petit tour d’horizon de ceux que l’on voit le plus souvent ici.

Le verbe adresser en est un exemple parfait. En français on adresse une lettre; on s’adresse à quelqu’un. En anglais, le verbe a le sens particulier (et non restrictif) de s’adresser à quelqu’un ou encore de s’attaquer à une question, un problème.

Le faux ami nous mène à des formulations comme adresser une question (pire, une issue). Adresser une audience (deux pour le prix d’un!). Variante aussi inspirée de l’anglais : s’adresser à un problème. Vous parlez à vos problèmes, vous?

J’ai suivi quelques cours de psychologie à l’université et il est courant de parler d’adresser une problématique. À virer fou, comme on dit chez nous.

Continuons notre visite guidée. (Les termes soulignés ont fait l’objet d’un article distinct.)

Chers journalistes, une législation n’est pas une loi. C’est un ensemble de lois. La loi sur les services rendus à visage découvert n’est PAS une législation. C’est une loi, point à la ligne.

Dans le même ordre d’idées, une juridiction est un tribunal, pas un ordre de gouvernement. Le Québec, la Jamaïque, le Népal ne sont pas des juridictions, ce sont des États. La Cour d’appel est une juridiction.

L’Église catholique verse parfois des compensations à des victimes de sévices sexuels. Il serait plus exact de parler d’indemnisations, un mot qui semble oublié par les rédacteurs.

Questionner en est un autre qui a la vie dure. En français, on questionne un témoin, un professeur. Si on n’est pas d’accord avec quelqu’un, on remet en question ce qu’il dit.

Autre couac trop souvent lu ou entendu : supporter une cause. Ce verbe a fait recette et engendré des rejetons. Celui qui encourage une équipe est un supporter, parfois francisé en supporteur.

En anglais, une personne qui ne veut pas se commettre hésite à se prononcer. Mais en français, la même construction a un sens plus péjoratif. Se commettre, c’est tremper dans une affaire louche.

Sur un mode ironique, on pourrait dire qu’un politicien (anglicisme passé dans l’usage) ne veut pas répondre à une question embarrassante, car il s’est déjà commis…

La nomenclature pourrait s’allonger.

Heureusement, on peut parfois constater certaines améliorations. Je pense à déportation, contre lequel je livre un combat sans merci depuis une trentaine d’années. La nuance avec expulsion semble échapper à la plupart des gens.

Toutefois, il semble que les médias aient enfin (parfois en tout cas) compris que l’on expulse des immigrants illégaux. Si on les déportait, il faudrait les envoyer construire des routes au Nunavut… Gardons le mot déportation pour les cas dramatiques, comme celui des Acadiens, des Juifs, etc.

Bien entendu, comme je l’ai souvent expliqué, le Canada est beaucoup plus vulnérable aux faux amis et calques syntaxiques à cause de l’omniprésence de l’anglais. Toutefois, une amie française me signalait la dégradation de la langue en France. Vocabulaire et syntaxes s’atrophient, semble-t-il. Les structures de l’anglais commencent à s’infiltrer.

Vu d’ici, ce n’est pas aussi clair. En tout cas, le phénomène est naissant et n’atteint pas les proportions épidémiques du Canada. Mais j’ai effectivement capté quelques calques ici et là dans la traduction de certains films et téléséries. Par exemple dans The Crown, on parle de l’engagement d’une princesse, au lieu de ses fiançailles.

J’ai aussi trouvé énormément de faux amis et de calques de structure dans un manuel de psychologie traduit en Belgique. Une variété de pour un grand nombre de; des évidences au lieu des preuves; des conditions rencontrées, et non pas atteintes ou respectées.

Ce sont des fautes que l’on voit couramment au Canada, mais jamais en Europe. J’étais très surpris.

Puisque nous sommes dans le monde de l’édition, je suis sûr que bien des lecteurs ont constaté, comme moi, que les maisons d’édition québécoises laissent passer pas mal plus de fautes qu’avant. Je ne parle pas de simples coquilles, mais des fautes de toutes sortes, particulièrement des faux amis et des calques qu’on aurait jamais vu auparavant.

Je me trompe?

Payeur de taxes

Les payeurs de taxes sont-ils trop imposés Payent-ils trop de taxes?

Cette question peut résonner différemment selon que l’on pense en anglais ou en français. Étant entendu que la mort et les impôts sont les deux seuls malheurs de la vie auxquels nul n’échappe.

L’abominable expression payeur de taxes est un calque grossier de l’anglais tax payer. Le français a un joli mot pour le dire : contribuable. Bien entendu, le calque a plus de force de frappe, il cogne dur, surtout dans la bouche d’un politicien populiste. Denis Coderre? Non, je n’ai rien dit.

La Canadian Taxpayers Federation envisageait d’adopter l’appellation « française » de Fédération canadienne des payeurs de taxes. Ce calque n’aurait pas détonné avec le paysage canadien des appellations anglicisées. Pensons à la défunte Corporation de disposition des biens de la Couronne…

Heureusement, la Canadian Taxpayers Federation a rectifié le tir pour devenir la Fédération canadienne des contribuables.

Le mot taxe peut aussi faire l’objet d’un calque quand on parle de taxe foncière au lieu d’impôt foncier.

J’espère qu’on ne me taxera pas d’incohérence en mentionnant que le mot taxe a un petit cousin germain appelé taxage. C’est celui qui a mal tourné dans la famille… Le taxage, c’est cette extorsion pratiquée dans les cours d’école aux dépens des élèves plus vulnérables. Jadis, les puristes condamnaient cette expression, lui préférant extorsion. Ils n’avaient pas entièrement tort, sauf que le taxage survient dans des conditions précises, alors qu’une extorsion a un sens plus large.

Bonjour/Hi

La ministre responsable des anglophones du Québec, Kathleen Weil, s’insurge contre la motion votée à l’Assemblée nationale dénonçant le fameux « Bonjour/Hi », que l’on entend de plus en plus dans les commerces du centre-ville de Montréal.

D’après la ministre, cette motion est une insulte à l’endroit de tous les Anglo-Québécois. Saluer d’éventuels interlocuteurs anglophones dans leur langue est tout simplement une marque de respect.

Pour aborder ce problème délicat, il faut essayer de mettre de côté nos émotions de francophone.

Les anglophones habitent le Québec depuis plus de 250 ans. Montréal est leur ville autant que la nôtre; ceux qui ont fui vers Toronto après l’adoption de la Charte de la langue française, en 1977, étaient les personnes les plus ouvertement hostiles au caractère français de Montréal. Bon débarras.

Ceux qui sont restés n’étaient pas nécessairement des francophiles. Un certain nombre n’a pas renoncé aux attitudes rhodésiennes de race supérieure que l’on observait dans la métropole jadis. Mais force est de constater que la plupart parlent maintenant le français, ou le comprennent à tout le moins. J’ose penser que beaucoup d’entre eux savent qui est Gilles Vigneault.

Et comme nous, ils se languissent de voir les Canadiens redevenir l’équipe de rêve de jadis et enfin remporter une autre coupe Stanley. Comme nous, ils pestent contre les cônes orange, le trafic infernal, le métro bondé, l’hiver, etc. Ils nous ressemblent étrangement, vous ne trouvez pas? Et ils nous ont donné Leonard Cohen…

Si les anglophones quittaient Montréal, nous y perdrions tous. Ils méritent notre respect.

Le principal argument invoqué pour défendre le « Bonjour/Hi » est que Montréal est une ville internationale. On y parle une multitude de langues. Il est donc normal d’accueillir les visiteurs par cette formule bilingue. Je serais bien prêt à me rallier à ce genre de raisonnement, sauf que…

Paris est une ville internationale et on y accueille les visiteurs en français; New York est aussi une ville internationale et on accueille les visiteurs en anglais, même si elle est le siège des Nations unies. D’autres villes importantes, comme Genève, Le Cap, Djakarta, Tokyo répondent aux visiteurs dans leur langue nationale.

J’habite la région d’Ottawa depuis une trentaine d’années. La ville deviendra bientôt officiellement bilingue grâce à une décision du gouvernement de l’Ontario. Le maire Jim Watson a toujours refusé de proclamer bilingue la capitale canadienne, sachant que cela signifierait la fin de sa carrière politique. Comme je l’ai relaté dans un article antérieur, il est plus facile de se faire servir en français à Rome ou à Florence qu’à Ottawa.

J’imagine très mal des villes comme Fredericton ou Winnipeg demander aux commerçants d’accueillir les clients par un cordial « Hi/Bonjour », et ce même si le nombre de francophones dans les alentours pourrait aisément le justifier. Si une formule de salutation bilingue est un signe de respect aussi importante, je me demande bien pourquoi les Torontois n’entonnent pas eux aussi la mélodie du bilinguisme…

Saluer les visiteurs par un « Bonjour/Hi » à Montréal serait une belle marque d’ouverture. J’aimerais bien tendre la main à nos compatriotes anglophones de Montréal, mais force est de constater que lorsque les rôles sont inversés, les règles ne sont plus du tout les mêmes.

Lettre à un Français fâché

Voilà deux fois que vous m’apostrophez parce que j’émets des critiques au sujet de la langue française en France. Cette fois-ci, je me permets de répondre plus en détail.

Vous n’avez pas aimé mon article intitulé Pluriel tendance, soit. C’est votre droit. Mais les raisons pour lesquelles vous le faites sont erronées. Vous semblez croire que je me moque de quelques usages français dans lesquels certains mots sont mis au pluriel, alors qu’ils sont au singulier au Canada.

Or, je mentionne très clairement que même si certains pourraient y voir du snobisme, il s’agit en fait d’une illustration de la souplesse du français. Je n’ai jamais avancé que des expressions comme « les urgences » ou « les personnels » étaient fautives. (Je trouve même qu’il y a une certaine logique à mettre urgences au pluriel.) C’est plutôt avec un certain amusement que je constatais que l’usage est différent des deux côtés de l’Atlantique.

Et c’est normal. Lorsqu’un Européen nous reprend de dire carrosse au lieu de landau, je ne prends pas la mouche. Une Camerounaise s’étonnait de ma prononciation ouverte des nasales an, on, in, an. J’ai bien accueilli sa remarque.

Encore une fois, vous me servez une diatribe sur la piètre qualité du français au Canada. Je vous ai déjà dit que vous aviez parfaitement raison. Je le déplore autant que vous.

« Au Canada, les Québécois francophones (pour ne citer qu’eux) ont une fâcheuse tendance (justement !) à ne jamais remettre en question les tournures fossilisées (incorrectes, bancales ou incongrues) calquées sur l’anglais qu’ils utilisent et reproduisent à l’envi sans même s’en rendre compte. Mais bien sûr, cela n’a rien de nouveau. »

Si vous consultez l’index des mes quelque 300 billets, vous constaterez que l’écrasante majorité dénonce le délabrement du français au Canada, avec ses calques syntaxiques, ses solécismes, ses impropriétés. Maintes fois, j’ai souligné l’incapacité tragique des élites (politiciens, artistes, gens d’affaires, communicateurs, etc.) à s’exprimer dans une langue correcte. J’ai éperonné mes compatriotes pour leur paresse à se corriger.

Dans un nombre restreint de billets, j’ai dénoncé les délires anglicisants des Français. (Mon pluriel vous plaît?) Et même si l’état du français au Québec et partout au Canada est désolant, je pense que c’est mon droit de le faire, que cela vous plaise ou non.

Mais le fond de la question, c’est vous êtes agacé que, de temps à autre, j’ose émettre des critiques sur la langue parlée dans l’Hexagone. « Il y a aussi une propension québécoise quasi systématique, dans la sphère langagière entre autres, à prendre de haut – voire à vilipender – les usages des Francophones européens… »

Je ne sais pas exactement qui prend qui de haut dans toute cette histoire. Mais j’ai souvent remarqué que les Européens sont piqués lorsqu’un Québécois a l’outrecuidance de dénoncer certains usages du Vieux Continent, notamment les anglicismes.

Votre réaction n’a donc rien de nouveau pour moi, mais sa virulence étonne.

Le pire, c’est que vous vivez au Canada. Il me semble que vous devriez mieux comprendre ce qui se passe ici. Il y a de bonnes raisons pour lesquelles le français canadien est en si piteux état.

La France a légué sa langue aux Canadiens et Québécois, avant de les abandonner aux Anglais, par le traité de Paris, en 1763. Malgré tout, le français a survécu, écorché, parfois exsangue, mais il est encore bien vivant. D’autres peuples y auraient passé, mais pas nous.

Le français est parlé sur les cinq continents. Il n’est donc plus la propriété exclusive des Français. C’est un trésor collectif que nous chérissons tous, peu importe notre maîtrise de la langue. Autant les Québécois que les Sénégalais, les Vietnamiens ou les Roumains ont le droit de discuter de la qualité du français, que ce soit en France, en Belgique ou ailleurs.

Non, je ne me tairai pas.

Scrum

Le monde journalistique regorge d’expressions anglaises, mais, heureusement, on arrive à les traduire.

Nous voyons régulièrement à l’écran des ministres pris d’assaut par une meute de reporters brandissant micros et caméras pour capter sur le vif leurs dernières réactions à la joute politique qui se déroule au Parlement.

On entendait – et on entend encore – l’expression scrum. Ce terme fait référence aux mêlées qui se produisent dans les matchs de rugby. Vous savez cette pile de torses et de postérieurs aux maillots striés qui se disputent un ballon enfoui sous plusieurs strates de joueurs?

Il ne saurait être question d’assister à ce genre d’exercice dans une enceinte parlementaire, il va sans dire.

L’essaim de journalistes ne bouscule pas, il darde sa victime de questions qui filent comme des flèches.

On parle souvent de mêlée de presse, mêlée journalistique, bien que certains s’étonneront de l’adjectif dans ce dernier cas.

La plume des scribes se fait parfois un peu poétique; lu dans Le Devoir du 22 novembre 2017 : impromptu de presse. Admirable. Cela nous change de faire en sorte que.

L’expression point de presse ne doit pas être confondue avec une simple mêlée de presse. Le point de presse est une séance d’information au cours de laquelle un porte-parole officiel fait le point sur une question et répond brièvement aux questions des médias.

La conférence de presse dure plus longtemps qu’un point de presse. Le plus souvent, elle se déroule dans une salle prévue à cet effet.

 

Étudiants internationaux

Les universités d’Amérique du Nord accueillent de nombreux étudiants de l’étranger. Il est devenu très courant de les qualifier d’internationaux. Or, ce terme est à la fois impropre et absurde.

L’adjectif international, selon l’Académie française, a le sens suivant : « Qui a lieu, qui se fait entre deux ou plusieurs nations; qui concerne plusieurs nations… Qui appartient à plusieurs nations. »

On le voit tout de suite : quelque chose cloche.

Un Chinois qui vient étudier à McGill, Toronto ou Vancouver n’est pas international. Il ne possède qu’une seule nationalité, la nationalité chinoise.

Quand vous décidez d’aller visiter la Turquie, le Japon, est-ce que du coup vous devenez international? Pas du tout.

En fait, le terme qui convient est étranger.

Nos universités accueillent des étudiants étrangers.

L’expression étudiants internationaux est une contamination de l’anglais qui, sous l’influence de la rectitude politique, a délaissé l’adjectif foreign, frappé d’un opprobre injustifié.

Dans les campus américains, on en est venu à penser que foreign était un terme péjoratif. Les dérives du politiquement correct n’ont pas fini de nous étonner. Pourtant, ce mot n’a pas la charge émotive de certaines insultes racistes.

Toujours est-il que les international students pullulent tant au Canada qu’aux États-Unis.

Malheureusement, beaucoup d’institutions francophones ont emboîté le pas. C’est le cas notamment de l’Université de Montréal, de l’Université Laval et de l’Université de Sherbrooke.

Et lorsque les médias font chorus, eh bien tout le monde devient international.

 

Dans un article précédent, j’ai traité d’autres usages abusifs du mot international.

 

Modestie

Les récentes dénonciations d’agressions sexuelles commises par des personnalités du monde du spectacle donnent froid dans le dos. Les victimes hésitent à porter plainte devant la justice, parce qu’elles seront forcées de passer sous les fourches caudines de la police et du système judiciaire.

Ces femmes cherchent à protéger leur modestie écrivent nos scribes dans les médias.

Les journalistes ne sont pas des traducteurs, je l’ai déjà écrit, mais il me semble que certains d’entre eux pourraient se poser des questions lorsqu’ils font des traductions littérales de l’anglais. J’ai encore du mal à croire que personne dans les salles de rédaction n’ait tiqué devant l’emploi de modestie.

Tiens! Allons-y par l’absurde.

Anne-Marie ne veut pas allaiter son bébé dans un centre commercial : elle est trop modeste pour cela.

Par modestie, Richard a enfilé une robe de chambre en ouvrant la porte à des voisins qui venaient s’enquérir de sa santé.

Tout le monde voit bien que ça ne colle pas.

Dans le langage courant, modestie rime avec modération.

Revenons à nos victimes d’agressions sexuelles. Peut-on vraiment dire qu’elles pèchent par modération? Qu’est-ce qui les retient de se défendre? Un excès de retenue? Non. Deux choses, en fait : la terreur qu’inspire aux victimes les appareils policier et judiciaire qui broient les femmes; mais aussi la pudeur.

Les victimes ne veulent pas que leur vie intime soit épluchée par les carnassiers en toge qui défendent les agresseurs. Bref éviter la curée après l’humiliation.

On constatera que les dictionnaires définissent modestie par pudeur, mais ils précisent bel et bien qu’il s’agit d’un emploi vieilli. On l’entend encore dans ce sens au Lac-Saint-Jean et sans doute ailleurs au Québec. Toutefois, les textes traduits au Canada ne font pas dans l’archaïsme mais bien dans le calque.

Comme cela arrive souvent, l’anglais a emprunté ce mot au français et en a gardé un sens plus ancien. Les faux amis représentent une menace constante à la qualité des traductions, et il est facile de tomber dans le piège.

Mais il me semble que les scribes pourraient se poser plus de question au lieu de traduire comme des machines.

Aussi tôt que

Certaines locutions sentent le roussi.

« La conseillère syndicale (…) juge qu’il est prématuré de parler d’une signature pour aussi tôt que lundi prochain. »

Bien sûr, on comprend. Mais ne ressent-on pas un léger malaise devant cette graphie en deux mots? N’écrit-on pas aussitôt en un seul mot?

Derrière le aussi tôt que, on sent la présence de la tournure anglaise as soon as…

Un petit coup d’œil dans les débats du Parlement européen permet de constater que cette tournure est rendue par dès que, au plus vite, selon le contexte. Mais jamais par aussi tôt que.

Que l’on me comprenne bien : aussitôt a le même sens que dès que. Mais la graphie aussi tôt semble surtout se voir au Canada, y compris à la Chambre des communes, malheureusement. Elle me paraît être un calque de la locution anglaise. C’est la première pierre d’achoppement.

La seconde concerne le sens. Aussi tôt est le contraire d’aussi tard. La phrase suivante montre la nuance entre les deux graphies.

Faut-il vraiment se présenter à l’hôpital aussi tôt qu’à six heures pour une prise de sang? Hélas oui. Mais aussitôt que la prise est terminée, on peut aller prendre un café.