Category Archives: Anglicismes

Déporter un réfugié?

L’arrivée massive d’Haïtiens au Québec, les velléités du président américain de fermer ses frontières ainsi que la montée de l’extrême droite un peu partout ramènent les termes déporter et déportation sur la sellette.

Les termes déporter et déportation sont des faux amis parfaits. On les voit et on les entend partout et le piège qu’ils recèlent passe le plus souvent inaperçu. De fait, il y a une différence énorme entre déporter quelqu’un en français et faire la même chose en anglais.

En fait, que signifie déporter? Voyons le Robert : « 1. Infliger la peine de déportation. 2. Envoyer à l’étranger dans un camp de concentration. » Déportation : « 1. Peine politique afflictive et infamante qui consistait dans le transport définitif du condamné hors du territoire continental français. 2. Internement dans un camp de concentration à l’étranger. »

À en croire les médias, le gouvernement des États-Unis déporte à tour de bras les demandeurs du statut de réfugié dont la demande est refusée. Le phénomène est beaucoup plus rare au Canada. Le problème, on le voit tout de suite, est que les journalistes se sont probablement inspirés de dépêches rédigées en anglais, langue dans laquelle le terme deportation a le sens plus large d’expulser. Car c’est bel et bien d’expulsion qu’il s’agit.

On ne déporte pas des étrangers du Canada ou des États-Unis, on les expulse, on les renvoie.

On gardera le mot déportation pour des situations dramatiques comme la déportation des Acadiens en 1755 et celle des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. On ne déporte pas un réfugié du Canada, à moins de l’envoyer au bagne à l’autre bout du monde.

Bref, oubliez le mot déportation.

Délai ou retard?

S’il est un faux-ami qui a la vie dure, particulièrement dans les médias, c’est bien délai. Le mot est le plus souvent employé dans le sens de retard, ce qui est son sens en anglais.

Il y a plusieurs délais à l’aéroport à cause de la tempête. On prévoit des délais dans la construction de cet immeuble.

En passant, si délai signifiait vraiment retard, il faudrait dire que les vols ont été délayés… On voit bien que ça ne colle pas. Dans les cas précités, le locuteur pense en anglais, car il faudrait parler de retard, et non de délai.

Mais qu’est-ce qu’un délai? Rien d’autre qu’une période de temps comportant une échéance à respecter.

Un truc pour faire la différence entre délai et retard : le retard commence là où le délai finit. Vous aviez un délai, vous ne l’avez pas respecté, vous êtes en retard.

Un délai peut aussi être une prolongation de temps accordée pour faire quelque chose. Le Petit Robert donne les exemples suivants : Demander, donner, accorder, prolonger, proroger, refuser un délai . Se donner un délai pour décider d’une chose ; s’accorder des délais par paresse : renvoyer, remettre au lendemain, retarder. Délai de réflexion.

En clair, vous aviez un délai de dix jours, vous ne l’avez pas respecté, donc vous êtes en retard. Votre client vous accorde un nouveau délai, donc une prolongation.

Le Trésor de la langue française précise qu’un délai peut être un « Ajournement, atermoiement, retard. Le moindre délai à la réalisation d’un de ses désirs, devenait pour lui une véritable torture. » C’est Zola que l’on cite.

Les dictionnaires courants ne mentionnent pas ce sens, qui semble être tombé en désuétude en Europe. Chose certaine, les auteurs d’ici ne s’inspirent pas de Zola quand ils voient des délais partout.

 

Juridiction

Encore un média qui écrit ce matin que le Québec est une juridiction.

Encore cet anglicisme grossier, ce faux ami qui nous envahit sous l’influence de l’anglais.

Or, un État ne peut être une juridiction.

Ce mot relève strictement du domaine judiciaire. Il désigne le domaine de compétence d’un tribunal ou encore un tribunal tout court. Par exemple, La Cour suprême est la plus haute juridiction du pays. La Cour d’appel fédérale a juridiction dans le domaine de l’immigration.

Le mot juridiction devient erroné lorsqu’il est employé pour désigner une autorité administrative, comme un État, un gouvernement. Il s’agit d’un anglicisme.

Sur le plan constitutionnel, les gouvernements ont des compétences, et non des juridictions. Ces compétences leur sont attribuées par la Constitution canadienne. Le terme juridiction ne peut être employé dans ce contexte, car il est lié au domaine judiciaire et les gouvernements ne sont pas des tribunaux.

Voici quelques exemples de phrases erronées :

  • Le Québec et d’autres juridictions s’opposent aux intrusions fédérales dans le domaine de l’éducation.
  • La santé est de juridiction provinciale.

Dans le contexte canadien, juridiction est souvent employé à tort pour désigner les provinces et les territoires. Le mot juridiction n’a pas sa place dans ces cas, parce que provinces et territoires ne sont pas des entités juridiques.

On pourrait dire que la santé relève des provinces, est du ressort des provinces.

Deux conclusions s’imposent : 1) Une juridiction est donc un tribunal, pas un gouvernement. 2) Les États fédératifs, provinces, cantons, Länder allemands n’ont pas de juridictions, mais des pouvoirs, des compétences. Ils ont autorité dans tel domaine, et non pas juridiction.