Bigot

La controverse entourant la création d’un cimetière musulman à Saint-Appolinaire, au Québec, fait couler beaucoup d’encre. Certains n’y voient aucun mal. D’ailleurs qui s’élève contre l’existence de cimetières catholiques, protestants, juifs?

Pour d’autres, il faut éviter de se rendre aux désirs des musulmans. Leurs détracteurs les qualifient notamment de bigots. Il s’agit d’un anglicisme insidieux. En français, le sens de bigot est plus restreint : il désigne une personne pratiquant une dévotion excessive, point à la ligne.

En anglais, le terme a pris un sens plus large qui touche la religion, la politique, la race. Par exemple, une personne qui voue les progressistes aux gémonies est un bigot en anglais. En français, on dirait plutôt qu’elle est réactionnaire.

Une seconde personne qui déteste une ethnie en particulier serait une bigot chez les Anglo-Saxons, mais une  raciste pour les francophones.

En général, tous ceux qui affichent des opinions bien tranchées et intolérantes pourraient être qualifiés de personnes sectaires, de fanatiques.

Bref, bigot a un sens beaucoup plus restrictif en français et ne doit s’utiliser que dans un contexte religieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation