Agenda

Vous avez un agenda, il y a en un pour votre réunion de demain et même les partis politiques ont un agenda; bref tout le monde a un agenda, l’ennui étant que ce terme ne convient pas à tous.

Or qu’est-ce qu’un agenda? Rien d’autre qu’un carnet prédaté dans lequel on inscrit ses rendez-vous. Une réunion ne peut donc comporter un agenda, mais plutôt un ordre du jour. Tant pour les individus que les organisations, l’expression en l’objet ne peut convenir pour définir une ligne d’action. À moins de patauger dans le cloaque des anglicismes, il faut trouver un autre moyen de s’exprimer.

Les chroniqueurs politiques se délectent du mot agenda et il est bien difficile de les convaincre de jeter cette vilaine mâchée de gomme. Le plus souvent, les politiciens et leurs partis ont un programme, une liste des priorités. Le présent gouvernement a mis en tête de liste l’essor de l’économie, par exemple; il n’a pas d’agenda.

De même, on ne dira pas qu’une question est à l’agenda, elle est d’actualité, elle défraie la chronique.

Une expression qui revient souvent est avoir un agenda caché. Ici, un peu d’imagination ne nuit pas et la solution est beaucoup plus simple qu’on ne l’imagine. Un gouvernement peut avoir des intentions cachées, des arrière-pensées, des desseins ou des projets secrets, des priorités secrètes. On pourrait dire également qu’il cache son jeu. Bref on peut se dispenser du hideux agenda caché. Avis aux intéressés, qu’ils inscrivent à leur agenda « À partir de demain, je n’emploie plus l’anglicisme agenda. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation