Académique

Le Canada est rempli d’académiciens, le saviez-vous? C’est en tout cas ce qu’il faut déduire, si l’on en juge par le nombre de fois que le mot académique se pointe le nez dans les écrits portant sur le monde de l’enseignement.

N’en jetez plus, la cour est pleine : formation académique, année académique, dossier académique, etc.

Pourtant, le terme en question désigne tout ce qui a rapport à une académie, notamment l’Académie française. Il faut donc considérer son usage abusif, à moins que nos universités et collèges ne soient tous devenus des académies, ce dont je doute.

On pourra objecter qu’on décerne en France les palmes académiques, une distinction qui récompense les services rendus à l’université. Il faut toutefois être conscient que nos cousins d’outre-mer emploient le mot académie dans un sens bien particulier, qui n’a pas cours chez nous : circonscription de l’enseignement.

Il est donc clair qu’académique, bien qu’employé aussi en Belgique et en Suisse, ne convient pas. Les adjectifs scolaire, collégial et universitaire suffiront à la tâche.

Et il ne s’agit pas d’un débat académique théorique.  D’ailleurs, la Banque de dépannage linguistique de l’Office québécois de la langue française présente un article intéressant sur la question.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation