Monthly Archives: novembre 2019

You are browsing the site archives by month.

Pallier à

« Les prépositions sont les mines antipersonnel des langues », écrivais-je en février 2016. C’est toujours vrai.

À un point tel que l’une d’entre elles parvient, avec temps et obstination, à tracer son sillon dans la pierre de l’usage. Ainsi en est-il de pallier à. André Gide a commis cette erreur dans un de ses livres, en 1911. Est-ce suffisant pour l’adouber? Pas vraiment.

Maurice Rouleau, dont on ne saurait contester l’autorité en matière de prépositions, dénonçait cette erreur cent ans plus tard, en 2010.

Pallier est un verbe transitif direct : on pallie quelque chose et non à quelque chose. C’est du moins ce que tous les ouvrages disent. On explique cette construction par son étymologie. Pallier vient du latin pallium (= manteau), et quand on jette un manteau sur quelque chose, on cache, on dissimule ce quelque chose.

En bas latin, palliare voulait dire « proprement recouvrir d’un manteau », nous informe Le Figaro.

Pourtant, la construction pallier à fait recette. Un peu partout, on pallie à des problèmes, à des inconvénients… Pourquoi?

La confusion semble venir du petit cousin remédier à. On remédie à un problème, par exemple.

L’ensemble des sources contemporaines condamnent pallier à, d’autant plus que les dictionnaires ne répertorient pas l’expression, y compris le Trésor de la langue française.

L’accumulation des erreurs finira-t-elle par inscrire l’expression dans l’usage? L’avenir le dira, mais pour l’instant mieux vaut s’abstenir.

Glossaire désabusé de l’informatique

La révolution informatique nous transforme en souris blanches forcées de cheminer dans un labyrinthe. Un parcours darwinien qui force l’utilisateur à s’adapter sans cesse s’il veut survivre. On appelle ça le progrès. Aucun moyen d’y résister. Si, à bien y penser. Par l’humour. Voici donc un glossaire désabusé du monde informatique.

Informatique

Pseudoscience dont le but est de faire croire à un humain normal qu’il est aussi dépassé qu’une disquette souple de cinq pouces et quart.

Informaticien

Variété d’extra-terrestre analphabète incapable de s’exprimer autrement que par des sigles incompréhensibles, des raccourcis sibyllins ou des impropriétés. Malheureusement, il travaille avec les ordinateurs et s’attend à ce que tout le monde décrypte son charabia.

Ordinateur

Engin merveilleux permettant d’effectuer simultanément une multitude de tâches complexes. Une machine de bonne volonté qui tente de composer avec les failles des logiciels qu’on lui demande de faire fonctionner. Renâcle à la tâche.

Conçu pour faciliter la vie des humains, il peut aussi devenir leur pire ennemi.

Un ordinateur de qualité pourrait durer une dizaine d’années, mais l’évolution de la technologie le rend rapidement obsolète. Les nouveaux logiciels sont autant de vers solitaires qui grugent sa mémoire et absorbent la puissance du processeur.

Un ordinateur neuf est une Ferrari condamnée à devenir en quelques années une Ford modèle T.

Clef USB

Petit appareil pouvant contenir toute la science du XVe siècle et donc une grande quantité de fichiers textes et graphiques. Impossible à utiliser sur les nouveaux Mac à moins d’avoir un adaptateur broche à foin. Sur les ordinateurs conventionnels, la clef USB requiert de la patience pour l’insérer correctement. On y parvient après trois essais. Ensuite, il faut gosser à la fois sur la clef et l’ordinateur pour que les deux entrent en contact.

Mise à jour

Remplacement d’un système d’exploitation par un autre supposément meilleur. S’ensuit inévitablement un ralentissement de l’ordinateur afin d’amener l’utilisateur à s’en procurer un nouveau.

Les mises à jour peuvent aussi nuire au fonctionnement jadis sans problème de certaines applications dont il faudra racheter une version plus récente.

Nouvelle version

Remaniement majeur d’un logiciel que vous étiez finalement parvenu à maitriser.

La principale conséquence est que les fonctionnalités simples se complexifient et que celles qui étaient déjà compliquées le sont encore plus. En plus, elles ont été redistribuées sous de nouveaux menus aux titres incompréhensibles.

Les bogues de l’ancienne version ont enfin été corrigés tandis que des nouveaux, flambants neufs, sont apparus.

Bogue

Défaut de conception d’un logiciel dont l’origine est souvent nébuleuse. Elle le restera.

Redémarrage

La baguette magique du technicien en informatique lorsqu’il est dépassé par un problème.

Réinstallation

La bombe atomique du technicien quand rien va plus. Un geste de désespoir quand le gossage habituel de chercher ici et là ne donne aucun résultat. Il réinstalle le logiciel en vous disant que l’informatique, c’est comme ça.

Plus radical que le redémarrage, qui équivaut à réparer un tuyau qui fuit. La réinstallation d’un logiciel revient à dynamiter la maison et à tout reconstruire.

Menu d’aide

Le menu d’aide est un exercice mental fastidieux consistant à formuler sa question en langage normal et à se faire répondre que le terme n’existe pas. Les variantes non plus d’ailleurs.

Les plus déterminés pourront toujours se transformer en Indiana Jones et chercher l’arche perdue dans les rubriques du menu d’aide pour tenter de trouver solution à leur problème. Cela fonctionne parfois. Le logiciel vous demande ensuite sans rire si vous avez trouvé la réponse à votre question.

Interconnectivité

Capacité de brancher plusieurs appareils ensemble pour engendrer des dysfonctionnements inédits, relevant davantage de la maladie mentale que de l’informatique. Par exemple demander à une imprimante autiste de s’entendre avec un ordinateur schizophrène.

Plantage

Mode de fonctionnement alternatif de l’ordinateur. L’équivalent du coma chez l’humain.

Dinosaure

L’auteur de ce texte. Lunatique naïf qui s’imagine que l’informatique est au service de l’humain – et non le contraire. Espèce en voie de disparition. Suscite généralement l’hilarité des milléniaux qui ne comprennent pas sa frustration.