Monthly Archives: novembre 2017

You are browsing the site archives by month.

Scrum

Le monde journalistique regorge d’expressions anglaises, mais, heureusement, on arrive à les traduire.

Nous voyons régulièrement à l’écran des ministres pris d’assaut par une meute de reporters brandissant micros et caméras pour capter sur le vif leurs dernières réactions à la joute politique qui se déroule au Parlement.

On entendait – et on entend encore – l’expression scrum. Ce terme fait référence aux mêlées qui se produisent dans les matchs de rugby. Vous savez cette pile de torses et de postérieurs aux maillots striés qui se disputent un ballon enfoui sous plusieurs strates de joueurs?

Il ne saurait être question d’assister à ce genre d’exercice dans une enceinte parlementaire, il va sans dire.

L’essaim de journalistes ne bouscule pas, il darde sa victime de questions qui filent comme des flèches.

On parle souvent de mêlée de presse, mêlée journalistique, bien que certains s’étonneront de l’adjectif dans ce dernier cas.

La plume des scribes se fait parfois un peu poétique; lu dans Le Devoir du 22 novembre 2017 : impromptu de presse. Admirable. Cela nous change de faire en sorte que.

L’expression point de presse ne doit pas être confondue avec une simple mêlée de presse. Le point de presse est une séance d’information au cours de laquelle un porte-parole officiel fait le point sur une question et répond brièvement aux questions des médias.

La conférence de presse dure plus longtemps qu’un point de presse. Le plus souvent, elle se déroule dans une salle prévue à cet effet.

 

Étudiants internationaux

Les universités d’Amérique du Nord accueillent de nombreux étudiants de l’étranger. Il est devenu très courant de les qualifier d’internationaux. Or, ce terme est à la fois impropre et absurde.

L’adjectif international, selon l’Académie française, a le sens suivant : « Qui a lieu, qui se fait entre deux ou plusieurs nations; qui concerne plusieurs nations… Qui appartient à plusieurs nations. »

On le voit tout de suite : quelque chose cloche.

Un Chinois qui vient étudier à McGill, Toronto ou Vancouver n’est pas international. Il ne possède qu’une seule nationalité, la nationalité chinoise.

Quand vous décidez d’aller visiter la Turquie, le Japon, est-ce que du coup vous devenez international? Pas du tout.

En fait, le terme qui convient est étranger.

Nos universités accueillent des étudiants étrangers.

L’expression étudiants internationaux est une contamination de l’anglais qui, sous l’influence de la rectitude politique, a délaissé l’adjectif foreign, frappé d’un opprobre injustifié.

Dans les campus américains, on en est venu à penser que foreign était un terme péjoratif. Les dérives du politiquement correct n’ont pas fini de nous étonner. Pourtant, ce mot n’a pas la charge émotive de certaines insultes racistes.

Toujours est-il que les international students pullulent tant au Canada qu’aux États-Unis.

Malheureusement, beaucoup d’institutions francophones ont emboîté le pas. C’est le cas notamment de l’Université de Montréal, de l’Université Laval et de l’Université de Sherbrooke.

Et lorsque les médias font chorus, eh bien tout le monde devient international.

 

Dans un article précédent, j’ai traité d’autres usages abusifs du mot international.

 

La Catalogne a-t-elle le droit de se séparer?


  1. Introduction

La Catalogne a-t-elle le droit de se séparer? La question est sur toutes les lèvres. Elle met en cause l’existence même de pays comme la France, la Grande-Bretagne, l’Italie, l’Allemagne… et l’Espagne. Entre autres.

La réaction du Canada – lui aussi directement concerné à cause du Québec – et des pays susmentionnés est claire : la réponse est non. Pas besoin d’être grand clerc pour en comprendre la raison : ces pays abritent des minorités ethniques comme les Bretons, les Corses, les Écossais, les Gallois, les Vénitiens, les Frioulans, les Bavarois et les Catalans, qui pourraient revendiquer la souveraineté, certains l’ayant déjà fait.

Dans un article précédent, j’ai traité des notions de souveraineté et d’indépendance.

  1. La notion de sécession

Le mot sécession (tout comme le mot séparation) a rarement été employé pendant ce que l’on pourrait qualifier de crise catalane.

Les observateurs auraient certes pu l’utiliser, mais son poids historique est lourd. Tel un fantôme, la Guerre de Sécession continue de hanter le paysage américain. La controverse sur les bannières sudistes qui flottent encore dans le Sud est là pour nous le rappeler.

A-t-on raison de bannir ce terme maudit? Pas vraiment.

Le Petit Larousse définit le terme ainsi : « Action menée par une fraction de la population d’un État en vue de se séparer, de façon pacifique ou violente, de la collectivité nationale pour former un État distinct ou se réunir à un autre. »

  1. L’État-nation

Les régions constituant un État-nation peuvent-elles se séparer? C’est la question que pose la crise catalane.

Avant d’y répondre, définissons ce qu’est un État-nation.

La notion d’État-nation comporte une pléthore de définitions, que j’ai étudiées dans mon mémoire de maîtrise en science politique. Pour tout résumer, disons que les États-nations se sont formés au fil des siècles par le regroupement de micro-États, duchés, royaumes, qui, le plus souvent, avaient leur identité propre.

La Grande-Bretagne est un bel exemple. Les royaumes anglo-saxons issus des invasions germaniques allemandes, danoises et norvégiennes ont fini par former l’Angleterre. Cette dernière s’est emparée plus tard du pays de Galles. En 1707, l’union des deux couronnes a mené à l’intégration de l’Écosse. Déjà, l’Angleterre avait asservi l’Irlande.

L’État ainsi constitué a pris le nom de Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande. Par la suite, l’Irlande a fait sécession, après des siècles de résistance. Mais les provinces du Nord, faussement appelées Ulster, sont restées dans le giron britannique.

La Grande-Bretagne d’aujourd’hui est un pays multiethnique. Les Écossais et les Gallois sont les descendants des Celtes qui peuplaient les îles Britanniques avant les invasions anglo-saxonnes. Si très peu d’Écossais comprennent le gaélique, environ 80 pour 100 des Gallois le parlent encore.

En France, les Bretons sont aussi d’origine celtique. Les Alsaciens descendent des Allemands. Le Nord du pays abrite aussi une minorité flamande.

  1. Les États-nations sont-ils indivisibles?

La guerre civile américaine vient nous rappeler que les États-nations ne prévoient jamais les mécanismes de leur propre démantèlement. Les États-Unis n’ont jamais respecté la volonté des États du Sud de former un nouveau pays.

Cette réaction n’est pas surprenante. Les États-nations se présentent toujours comme éternels et indivisibles.

À ce que je sache, seule la Constitution de l’Union soviétique, en 1936, prévoyait la sécession des États membres. Sous la poigne de fer de Staline, on peut aisément imaginer ce qui ce serait produit si l’Ukraine et la Biélorussie avaient proclamé leur indépendance…

Les États-nations sont donc des ensembles composites d’ethnies, de peuples. La survie de ces États repose sur le fait que ces minorités acceptent ou sont contraints de vivre dans un État plus important dont il représentent une minorité.

Le statut des minorités ethniques varie d’un pays à l’autre. Certaines jouissent d’un statut d’autonomie, comme l’Écosse; d’autres les possédaient, comme la Catalogne; enfin, certaines sont des États fédératifs avec un gouvernement doté de pouvoirs définis dans une constitution. C’est le cas du Québec et de la Bavière.

Bien entendu, le statut politique d’une minorité ethnique peut faciliter son accession à la souveraineté. L’Espagne a destitué le gouvernement de Barcelone, ce qui vient évidemment compliquer les choses pour les sécessionnistes catalans. On imagine mal pareil geste pour la Bavière ou le Québec.

Quand on tient compte de ce contexte, on comprend facilement pourquoi la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne ou l’Italie ne veulent absolument pas reconnaître le droit des Catalans à décider de leur destin. Leurs propres minorités pourraient aussi les interpeler un jour.

Ce jugement appelle cependant une nuance.

En 1980, le gouvernement fédéral de Pierre Trudeau a férocement combattu le projet de souveraineté-association mis de l’avant par le gouvernement du Québec. De ce fait, le Canada reconnaissait implicitement de la légitimité de la démarche souverainiste.

De la même manière, le gouvernement britannique n’a pas nié le droit des Écossais de se prononcer sur leur avenir. Il s’est entendu avec les séparatistes écossais pour organiser une consultation populaire sur l’indépendance de l’Écosse.

La réaction inflexible du gouvernement de Madrid qui niait aux Catalans le même droit contraste avec les deux exemples précédents.

  1. Le renvoi à la Cour suprême du Canada

L’argument maintes fois répété par les autorités espagnoles est que le référendum catalan était illégal. Sur le strict point de vue juridique, c’est exact. Mais, comme je l’ai mentionné plus tôt, aucun État ne prévoit de mécanismes constitutionnels pour permettre à une région de faire sécession.

L’ennui, c’est que le processus d’accession à l’indépendance n’est pas uniquement juridique, il est aussi politique. Lui imposer un corset juridique, sans regarder plus loin que les textes de loi, est une grave erreur politique.

La Cour suprême du Canada a rappelé cette réalité au gouvernement libéral de Jean Chrétien, qui a tenté de faire invalider le droit du Québec de devenir un pays indépendant, en demandant un avis au tribunal. Dans une décision rendue en 1998, que l’on peut à bon droit qualifier d’historique, les juges ne sont pas tombés dans le piège.

Dans le Renvoi relatif à la sécession du Québec, les magistrats ont refusé de décréter que la sécession du Québec était illégale.

Avec sagesse, ils ont précisé qu’en cas de majorité claire à une question claire, le gouvernement d’Ottawa serait tenu de négocier avec celui du Québec. Les magistrats se sont abstenus de préciser ce qu’était pour eux une majorité claire.

De ce fait, ils ont indiqué que la décision à ce sujet relevait du politique et non du juridique.

  1. La Catalogne et les Nations Unies

En Espagne, la myopie du gouvernement de Madrid est en train d’envenimer la situation. Cela est d’autant plus ironique que, au départ, la majorité des Catalans s’opposaient à l’indépendance.

On peut se demander ce qui serait arrivé en Écosse ou au Québec si les gouvernements nationaux avaient interdit aux Écossais et aux Québécois le droit de se prononcer sur leur statut. Ce qui va se passer en Espagne au cours des prochains mois constituera peut-être une réponse, quoique le contexte soit différent.

Certains feront valoir malgré tout que la démarche de Barcelone est illégitime. Après tout, le référendum n’a pas été mené dans les règles de l’art et les opposants à l’indépendance n’ont pas fait campagne. La majorité obtenue au scrutin est donc artificielle et sans valeur politique.

C’est exact. Mais il ne faut pas oublier que, dès le départ, le gouvernement espagnol a refusé aux Catalans le droit de se prononcer, allant même jusqu’à nier qu’un référendum ait eu lieu!

Ce qui revient à dire que les Catalans n’ont pas le droit de décider de leur destin et que toute démarche en ce sens est illégale.

Cette attitude intransigeante contrevient aux dispositions de la Charte des Nations Unies. En effet, l’article 1 de la Charte stipule que l’un des buts de l’organisation est de : « Développer entre les nations des relations amicales fondées sur le respect du principe de l’égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d’eux-mêmes, et prendre toutes autres mesures propres à consolider la paix du monde; »

Personne ne viendra nier que les Catalans forment un peuple.

Maintenant reste au Canada et aux autres nations démocratiques à démontrer quelle importance ils accordent à ce droit fondamental.

L’écriture inclusive

La France est déchirée par le débat sur l’écriture inclusive. Au Québec, on a l’impression de revoir un vieux film avec Jean Gabin. En effet, le Québec et le Canada français ont souvent été à l’avant-garde de la modernisation du français, qui passe notamment par la féminisation.

Le Québec a fait figure de précurseur en proposant des titres de professions féminisés, comme ingénieure. Ces propositions ont été conspuées en Europe. Pourtant, quelques années plus tard, tant la France que la Belgique ou la Suisse ont dressé des listes de noms de profession déclinés au féminin. Aujourd’hui, la liste de l’Office québécois de la langue française fait autorité. En voici l’adresse électronique : http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?Th=1&th_id=359

L’écriture inclusive

Le modèle proposé tourne autour des propositions faites dans le Manuel d’écriture inclusive, paru chez Hatier, qui reposent sur l’utilisation du point médian, disparu depuis des siècles, pour féminiser l’écriture. Ainsi, nous aurions des étudiant . e. s

On y propose trois conventions :

  • Accorder en genre les noms de fonctions, grades, métiers et titres.

  • User du féminin et du masculin, que ce soit par l’énumération par ordre alphabétique, l’usage d’un point milieu, ou le recours aux termes épicènes.

  • Ne plus employer les antonomases du nom commun « Femme » et « Homme ».

Les auteurs proposent des graphies telles que présidente, directrice, chroniqueuse, professeure, intervenante

Je suis surpris que ces termes choquent en Europe; ils sont pourtant d’usage courant au Québec depuis un bon bout de temps tout comme d’autres formes féminines, d’ailleurs. On peut songer à auteure, députée etc.

Il faut dire qu’il n’y a pas si longtemps dans l’Hexagone, l’ambassadrice, la mairesse ou la sénatrice étaient respectivement la femme de l’ambassadeur, du maire ou du sénateur.

L’Académie française

La Vieille Dame du Quai Conti a, comme bien d’autres voix européennes, dénoncé l’écriture inclusive.

« La démultiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. »

Les académiciens estiment que la langue française est « en péril mortel ». Cette ruée n’a rien de surprenant. Les philippiques visant les rectifications orthographiques de 1990 ont déjà donné le ton, jadis. Entachées de faussetés, parfois délirantes, elles sont encore reprises aujourd’hui.

Les quatre femmes membres de l’Académie sont d’avis que l’égalité des sexes ne passe pas par « le massacre de la langue française ».

Deux éléments ressortent ici.

  1. En Europe, la simple idée de moderniser le français– ne serait-ce que de la façon la plus modérée – est pure hérésie.
  2. Les arguments avancés relèvent le plus souvent d’une émotivité qui empêche toute discussion rationnelle.

En filigrane, on décèle cette idée que le français n’a pas à évoluer. Non, la langue française n’est pas en péril, mesdames et messieurs de l’Académie. Elle évolue, comme elle le fait depuis des siècles. C’est tout.

Le masculin, genre neutre. Vraiment?

On me permettra ce petit rappel.

Le grammairien Beauzée, au XVIIe siècle, proclame que « le genre masculin est réputé plus noble que le féminin à cause de la supériorité du mâle sur la femelle. »

Se fondant sur des principes semblables, l’Académie a veillé à l’éradication de formes féminines comme médecine, autrice.

De nos jours, certains font valoir que le genre grammatical n’a rien à voir avec le genre tout court. Cet argument est fallacieux. Si c’était le cas, pourquoi a-t-on utilisé les termes « masculin » et « féminin »? Pourquoi pas le genre A et le genre B? 

L’Office québécois de la langue française

Au lieu de déchirer leur chemise, nos cousins d’outre-mer auraient intérêt à lire les articles éclairants publiés au Québec sur cette question. Le site de l’OQLF présente une synthèse précise des difficultés que pose la volonté de mettre fin à l’effacement des femmes dans les nomenclatures et les règles de grammaire.

Le lien suivant renferme 24 articles (oui 24!) sur la formation de noms féminins.

La rédaction épicène est régulièrement pratiquée au Canada. Elle vise à donner une visibilité égale aux hommes et aux femmes.

Dans le texte suivant, l’Office déconseille l’utilisation des formes tronquées ainsi que « les innovations orthographiques et typographiques » comme les étudiant(e)s, étudiant-e-s, étudiant/e/s. Il va sans dire que le point médian relève de la même catégorie.

L’Office rejette donc « les innovations orthographiques et typographiques ».

L’emploi d’une note en début de texte pour indiquer que le masculin englobe le féminin est également déconseillé, puisqu’il rend les femmes invisibles… comme c’est le cas depuis des siècles.

L’Office précise : « Elle n’est plus de mise de nos jours puisque la féminisation linguistique est devenue une réalité culturelle. »

Rédiger au féminin et au masculin

Rédiger en tenant compte des deux genres n’est pas simple. Au Québec et au Canada français, l’écriture inclusive a entraîné une prolifération de doublets (les travailleurs et les travailleuses, les Canadiens et les Canadiennes) que d’aucuns jugeront irritante.

Les épicènes, une utilisation judicieuse des pronoms, une reformulation pour respecter les deux genres, voilà des pistes intéressantes à suivre.

Il est clair que la féminisation du français suivra son cours, malgré toutes les oppositions. La réflexion se poursuit, car en 2017 on ne parle plus comme Voltaire ou Racine et on n’écrit plus comme ces deux grands auteurs.