Monthly Archives: janvier 2017

You are browsing the site archives by month.

Comprendre et traduire les États-Unis

 

Ce blogue existe depuis mars 2013. J’y ai rédigé de nombreux articles sur les réalités américaines, que ce soit le fonctionnement des institutions, la toponymie, la mentalité américaine, etc.

Les articles portent à la fois sur la terminologie et sur la politique. Or les résultats de l’élection présidentielle de 2016 placent maintenant au sommet de l’État un individu hors norme et imprévisible.

Voici les liens vers des articles qui sauront vous éclairer.

 

Pourquoi parle-t-on maintenant des Amériques?

andreracicot.ca/les-ameriques

Pourquoi les Américains mettent-ils le singulier après United States?

andreracicot.ca/etatsunissingulier

 

Les habitants des États-Unis sont appelés Américains. C’est un faux sens passé dans l’usage. Peut-on lui substituer États-Uniens?

andreracicot.ca/etatsunien

 

Comment énoncer le nom des États américains?

andreracicot.ca/les-etats-americains-mode-demploi

 

Comment traduit-on le nom des institutions américaines?

andreracicot.ca/les-institutionsaméricaines

 

L’adjectif US est-il correct en français?

andreracicot.ca/us

 

Écrire correctement le nom de la Maison-Blanche.

andreracicot.ca/maison-blanche

 

Traduire les toponymes aux États-Unis n’est pas aussi simple qu’on le croit.

andreracicot.ca/les-noms-de-lieu-aux-etatsunis

 

Le phénomène des tueries aux États-Unis est récurrent. Comment expliquer l’inertie du gouvernement et du Congrès?

andreracicot.ca/tueries/

 

Inauguration, l’anglicisme à éviter à tout prix quand on parle de la cérémonie d’assermentation du président américain.

andreracicot.ca/ceremonie

 

On croit faire un mauvais rêve, pourtant Trump est bien à la tête de la Maison-Blanche. Pourra-t-il vraiment faire tout ce qu’il veut?

andreracicot.ca/trump

 

Dès la première semaine de règne, on accuse déjà Trump de faire du gaslighting. De quoi s’agit-il?

andreracicot.ca/gaslighting/

 

L’Oxford Dictionary en a fait le mot de l’année 2016. Le nouveau gouvernement américain en est une belle illustration. La post-vérité.

andreracicot.ca/postverite

 

La Maison-Blanche fait progresser la terminologie… à sa façon. Voici maintenant les faits alternatifs.

andreracicot.ca/les-faits-alternatifs

 

 

 

Les faits alternatifs

La délirante conseillère du président américain a introduit cette expression drôlatique dans une entrevue avec les médias. Kellyann Conway ne se doutait pas du retentissement qu’aurait son néologisme.

La traduction la plus facile est les faits alternatifs. Quand on traduit, il est toujours tentant de calquer l’anglais pour aller plus vite. Bon nombre de lecteurs ont eu des idées plus créatives : vérité négative, de rechange; envers de la vérité; autre vérité; faits parallèles, etc.

La traduction la plus simple et la plus directe serait tout simplement mensonges.

Je voudrais maintenant me pencher sur le mot alternatif.

Il est encore critiqué par beaucoup, mais force est de reconnaître que son emploi s’est généralisé, dans le sens de solution de rechange.

Comme le précise le Robert :

Qui constitue une solution de remplacement… Qui, par sa pratique, propose d’autres choix que ceux imposés par les société industrielles et technologiques, par la société de consommation.

Le dictionnaire donne comme exemples médecine alternative. En politique on parle des mouvements alternatifs.

Les soi-disant faits alternatifs sont-ils des faits de rechange? Beaucoup tiqueront.

Les rédacteurs de tout acabit hésiteront sans doute à parler de mensonges, malgré leur hostilité évidente envers le nouveau président américain. Ceux qui voudront éviter la tournure douteuse des faits alternatifs pourront toujours puiser dans les possibilités énoncées ci-dessus.

Rappelons-nous que cette novlangue, inspirée d’Orwell, a commencé par le mot de l’année 2016 : post-vérité. Voir mon article à ce sujet.

Oscar et César

Voilà deux récompenses emblématiques des cinémas états-uniens et français.

Mais la question de la graphie entre tout de suite en scène : majuscule ou pas? Et le pluriel?

Oscar et César sont deux noms propres. Habituellement, les noms propres ne prennent pas la marque du pluriel, bien que les exceptions abondent. Auteurs et grammairiens ne s’entendent pas à ce sujet. Certains écrivent les Tudors, les Romanovs, d’autres pas. Même flottement avec les Corées et les Corée.

Les dictionnaires

Alors que font les dictionnaires avec les deux trophées?

Tant le Robert que le Larousse mettent la minuscule à l’entrée. Curieusement, la majuscule apparaît dans les explications et les exemples. Le Robert donne ce qui suit : La cérémonie des Oscars. Il a reçu l’Oscar du meilleur acteur.

Quant au Larousse, il donne aussi la minuscule à l’entrée principale pour les deux mots. Mais, dans les deux cas, le dictionnaire se contredit en renvoyant le lecteur à la « liste des lauréats des césars », dont le titre, en fin de volume est « Le César du meilleur film. »

Apparemment, le Larousse fait la distinction entre le singulier, qui requiert la majuscule, et le pluriel qui deviendrait un nom générique.

Avouons que le français n’a pas son pareil pour compliquer ce qui pourrait être simple dès le départ.

Les deux ouvrages s’entendent cependant pour mettre la marque du pluriel.

La presse

Dans la presse française, c’est moins clair. On voit aussi bien les César que les Césars. Mais la majuscule prédomine.

Au Québec, l’usage semble plus constant. La majuscule est de mise, puisqu’il s’agit de noms propres. D’ailleurs, d’autres prix semblables existent ici : les Juno, les Jupiter, les Olivier, etc.

Le réflexe est de conserver la majuscule initiale. Le journal La Presse écrit les Oscars, tandis que Le Devoir conserve la majuscule mais ne met pas de s au pluriel. L’article de Christian Rioux, paru le 26 janvier 2016, est révélateur. On y lit : Les Oscar et les César.

Conclusion

La Banque de dépannage linguistique observe ce qui suit :

L’usage en la matière est fluctuant; la majuscule et la minuscule restent parfois en concurrence dans certains cas. Les noms de trophées devenus des noms communs prennent la marque du pluriel au besoin.

 

La majuscule semble s’imposer, même si les dictionnaires ont lexicalisé le nom des trophées. Pour ce qui est du pluriel, beaucoup éprouvent un malaise à mettre la marque du pluriel à un nom propre, mais l’usage n’est pas clair à ce sujet. Donc difficile de condamner La Presse. Mais l’usage du Devoir est tout aussi défendable.

 

Gaslighting

La présidence ubuesque de Trump vient à peine de débuter qu’elle nous apporte déjà son lot d’aberrations terminologiques.

La Presse Plus du 23 janvier relatait que les mensonges éhontés de la Maison-Blanche, notamment sur l’ampleur de la foule ayant assisté à l’assermentation, sont qualifiés de gaslighting dans les médias sociaux. Selon Rima Elkouri, le terme viendrait d’une pièce de théâtre de 1930 dans laquelle un mari manipulateur tente de détruire la santé mentale de sa femme.

Le terme « gaslighting » désigne donc les manœuvres psychologiques qui visent à créer chez ses victimes des sentiments d’anxiété et de confusion tels que celles-ci se mettent à douter de leur propre mémoire, de leur propre perception et de leur propre jugement.

Le terme a fait florès sur les médias sociaux.

Mais comment le traduire?

Bien entendu, la solution facile serait d’écrire trumperies… Quelques collègues ont avancé les suggestions suivantes : pathotromperie, tromperimanie, mythomanie, intoxication.

Un autre collègue nous ramène tous à l’ordre : au fond, n’est-ce pas tout simplement des mensonges? Ou bien : la déformation systématique de la réalité.

Alternative facts

Le mensonge c’est la vérité, assénait George Orwell.

La conseillère de Trump, Kellyanne Conway, a lancé ce pétard terminologique en pleine entrevue à la télévision américaine. Il était question encore une fois de la foule présente à l’assermentation. Mme Conway a allégué que le représentant de la Maison-Blanche n’avait fait que présenter des « faits alternatifs ». Autrement dit, prétendre que la foule était « historique », alors qu’elle était clairsemée.

On pourrait traduire alternative facts par les faits alternatifs. Nulle doute que cette solution de facilité séduira un grand nombre de rédacteurs francophones. Surtout qu’elle sonne tellement anglais, pour ne pas dire américain…

Les premières idées qui me sont venues : les faux faits, la vérité négative.

Je n’étais pas fier de mes trouvailles. Parce qu’il s’agit encore de mensonges que toutes les tournures créatives n’arriveront jamais à dissimuler. Un de mes abonnés Twitter a suggéré les faits parallèles.

Parmi les autres suggestions : fausses perspectives, perspectives tronquées, erronées, vérité de rechange, autre version des faits, autre vérité. Bref, le mensonge sème à tout vent.

Au fond, le meilleur terme n’est-il pas l’envers de la vérité? Ou la pseudo-vérité?

Car, au fond, ne vivons nous pas à l’ère de la post-vérité, terme qui a fait l’objet d’un article précédent.

 

 

 

 

 

Contre-terrorisme

Il est facile de s’embrouiller lorsqu’il est question du contre-terrorisme. De prime abord, on songe tout de suite à la lutte contre le terrorisme. Le terme est d’ailleurs employé assez souvent dans ce sens, notamment par le ministère français de la Défense. On le voit aussi à la Gendarmerie royale du Canada.

Curieusement, contre-terrorisme ne désigne pas la lutte contre le terrorisme. Du moins, pas pour tout le monde… La définition traditionnelle figure dans le Larousse :

Ensemble d’actions ripostant au terrorisme par des moyens analogues.

Le contre-terrorisme serait donc des actions terroristes perpétrées par un État contre un autre. Certains loustics diront qu’il s’agit d’une pratique courante…

pourtant, Le Robert précise que cette lutte contre le terrorisme s’effectue «parfois par les mêmes moyens».

On peut penser que le sens de ce mot évoluera dans les prochaines années pour rejoindre celui de l’anglais. En effet, on parle beaucoup plus de la lutte contre le terrorisme, que celui pratiqué par certains État pour contrer le terrorisme qu’ils subissent. L’usage tracera son sillon, comme d’habitude.

On peut établir un parallèle avec contre-espionnage, que le Larousse définit ainsi :

Service de sécurité chargé de déceler l’action des agents de renseignements ennemis, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

Le contre-espionnage est la lutte contre l’espionnage. La nuance étant que cette lutte peut passer par des activités d’espionnage.

Un sujet explosif.

Cérémonie d’inauguration

Le 20 janvier prochain se déroulera une cérémonie au cours de laquelle le président élu des États-Unis prêtera serment, avant de prendre ses fonctions.

Les journalistes canadiens seront encore une fois tentés de suivre la démarche de l’anglais, sans se poser de question. On risque d’entendre nos médias parler de la cérémonie d’inauguration du nouveau président.

Cette expression ne passe pas en français. Dans notre langue, on inaugure un bâtiment, comme en témoigne Le Petit Larousse :

Cérémonie, acte par lequel on procède officiellement à l’installation, à la mise en service d’un monument, d’un édifice, d’une construction, etc. : Inauguration d’un établissement scolaire.

Comme on le voit, on n’inaugure pas un président.

Jadis, le terme inauguration était utilisé pour des personnes. Mais, nous précise Le Trésor de la langue française, il s’agissait d’une « Cérémonie religieuse qui se pratique au sacre, au couronnement des souverains. L’inauguration d’un empereur. » L’ouvrage souligne que cet emploi est vieilli.

Le nouveau président prêtera serment sur les marches du Capitole. Il s’agit donc d’une cérémonie d’assermentation.

Peut-on dans ce cas précis parler d’investiture? Pas vraiment.

Au sens moderne, une investiture est un acte par lequel un parti politique désigne un candidat à une élection. Par exemple, Mme Clinton a été investie par le Parti démocrate. Une investiture peut aussi être définie par la confiance que vote un Parlement à un gouvernement ou un premier ministre. Ce dernier est investi de la confiance de la Chambre.

Souhaitons que nos scribes nous épargnent leur cérémonie d’inauguration ou cérémonie d’investiture. Je suis d’un optimisme très prudent.

US

L’abréviation US est courante lorsqu’on parle des devises monétaires : le dollar US. Cette abréviation s’inspire du Code des monnaies de l’ISO qui désigne la devise américaine de la façon suivante : USD.

Il semble toutefois que le sigle de deux lettres ait envahi la langue courante pour devenir un synonyme du mal aimé « américain ».

Bien entendu, cet adjectif est un faux sens passé dans l’usage, qu’on le veuille ou non. Il devrait normalement qualifier les habitants du continent américain. D’ailleurs, bien des francophones parlent de l’Amérique, et non des États-Unis.

Certains tentent de rétablir l’équilibre et remplacent « américain » par « états-unien », qu’on écrit aussi « étasunien ».

Il n’y a pas lieu de revenir sur américain, car l’usage a tranché depuis longtemps. Alors pourquoi US un peu partout?

La diplomatie US, les médias US, les élections US

Heureusement, ce genre de formulation n’est guère répandu, mais il est quand même à déconseiller.

Pour se convaincre de l’inutilité et de l’absurdité de ce genre de construction, imaginons la phrase suivante : « La livre UK encore en baisse. Londres devra emprunter sur les marchés CH. »

Tout le monde a bien compris? Ah oui, CH c’est la Confédération helvétique, surnom de la Suisse.

Jour de l’An

Le nouvel an est bien entamé… mais faudrait-il écrire « le Nouvel An »? La façon de désigner le premier jour de l’année nouvelle (l’Année nouvelle?) met en scène les caprices du français quant à l’utilisation de la majuscule.

Le sempiternel jeu de bascule nous frappe encore de plein fouet : la majuscule qui alterne du générique au spécifique, selon la manière dont l’année est désignée.

La graphie jour de l’An est facile à retenir; elle va dans le même sens que toutes les expressions composées avec « fête ». Par exemple, on dira la fête du Travail, fête des Mères. Il s’agit donc d’une fête, d’un jour au sens générique dont le nom propre apparaît avec le spécifique Travail ou An.

Cette logique paraît indiscutable. Pourtant, nous dit Grevisse, l’Académie française écrivait Jour de l’An dans son dictionnaire de 1933, avant de se raviser en 1935 : jour de l’An. Il faut dire que le français tolère très mal la double majuscule dans ce genre d’expression, contrairement à ce qui se passe en espagnol, en portugais ou en italien, langues sœurs du français.

Dans l’expression le Premier de l’an, la majuscule est inversée, car, selon la Banque de dépannage linguistique, « Les synonymes Nouvel An et Premier de l’an ne comportent pas d’élément générique. ». La logique qui prévalait pour « jour » et « fête » n’existe plus.

La double majuscule de Nouvel An peut aussi s’expliquer par le fait que l’expression commence par un adjectif et que ce dernier n’est pas accidentel. On lui attribue donc une majuscule parce qu’il fait partie du nom propre. Ce genre de construction est fréquent en français : la Nouvelle-Calédonie et non pas la nouvelle Calédonie.

Bien entendu, on pourrait parler du nouvel an, du premier de l’an et du jour de l’an, comme le précise le Petit Robert. On avouera, cependant, que ces formulations tombent à plat; elles dépouillent le premier jour de l’année de tout caractère solennel et le banalisent comme on si parlait du 21 novembre.

La parcimonie des majuscules en français n’a pas sa raison d’être.