Monthly Archives: janvier 2016

You are browsing the site archives by month.

Digital

Le mot digital vient du latin digitalis, qui signifie « doigt ». Par exemple, on parle d’une empreinte digitale.

Depuis bon nombre d’années, ce mot est employé dans un sens différent dans le monde de l’électronique. Une montre à affichage digital.

L’engouement pour les termes d’origine anglaise ne se dément pas dans le domaine de l’électronique. On a parfois l’impression que plus rien ne se traduit… sauf au Québec. Mais des trouvailles intéressantes comme pourriel pour spam n’ont guère la cote de l’autre côté de l’Atlantique, où ils suscitent raillerie…

Pour en revenir à notre montre, elle est à affichage numérique. Comme on le voit, la traduction est très simple; elle n’implique pas de néologisme déroutant ni de périphrase.

Certains se demanderont pourquoi les anglophones en sont venus à utiliser digital dans le sens qu’on lui attribue en électronique. Je risque une explication : on comptait jadis sur nos doigts.

C’était bien avant l’avènement des ordinateurs… terme qui aujourd’hui se dirait probablement computer en français…

Locutions envahissantes

Il y a de ces locutions qui deviennent de véritables incantations. On les entend partout et tout le monde les répète. Les médias donnent souvent le ton en se braquant sur une expression qui déloge toutes les autres.

Certains diront que René Angélil était une personnalité incontournable du monde du spectacle. Que veut-on dire au juste? Indispensable? Un acteur de premier plan?

Tel film est incontournable. Il faut l’avoir vu, c’est une œuvre majeure, un film clé pour comprendre le monde d’aujourd’hui. Un référendum pour changer le monde de scrutin? C’est un autre incontournable. Pour changer le mode de scrutin, il faut consulter la population.

J’ai souvent dénoncé le débilitant impact, employé « à tour de bras » par tous les communicateurs. Pourtant, tellement facile à remplacer : l’impact des mises à pied : les conséquences; l’impact du fléchissement des taux du pétrole : le contrecoup; l’impact du congédiement de l’entraîneur : les répercussions.

Comble de tout, impact est un anglicisme.

Toute aussi envahissante la cheville faire en sorte queLa ministre Joly a fait les frais de l’émission Infoman pour en avoir aligné un nombre record en quelques phrases.

Écoutez attentivement les discours publics : il est quasi certain que vous entendrez faire en sorte que. Le plus souvent, cette locution est encombrante et la phrase pourrait être simplifiée.

Probablement impossible à rattraper : partager. On partage tout : un point de vue, des idées, des photos, un témoignage. Les médias sociaux ont emboîté le pas et on trouve des boutons Partager qui devraient s’appeler Diffuser.

En français, on partage une tarte, c’est-à-dire chacun en reçoit un morceau. Au sens anglais de share, partager veut maintenant dire que vous donnez la tarte au complet. Quand vous dites que vous allez partager vos photos de voyage dans Facebook, c’est que vous allez les mettre en ligne, les diffuser, les communiquer.

N’oubliez pas de partager… de retransmettre, de faire connaître ce billet.

Disponible

Vous courez à la librairie acheter le dernier opus de Marie Laberge. Malheureusement, le libraire – qui croit parler français – vous informe que le livre n’est plus disponible. Autrement dit, toutes les copies ont été vendues.

Votre libraire vient de faire deux anglicismes sans même s’en rendre compte.

Le terme disponible signifie qu’une chose est à votre disposition. En forçant un peu, on pourrait dire qu’un livre est disponible. Le Robert donne un exemple en ce sens; le Trésor de la langue française aussi.

Pourtant, deux sources québécoises, la Banque de dépannage linguistique et le Multidictionnaire le dénoncent comme un anglicisme. Les Clefs du français pratique signalent qu’il se répand comme synonyme de en vente, offert.

Personnellement, je me méfie de ce mot. Ai-je tort?

Quant à copie, il constitue un autre bel exemple de faux ami. Une copie du livre de Marie Laberge serait une reproduction illégale obtenue au moyen d’un outil électronique ou mécanique; le mot exact est exemplaire.

Comme l’écrit fort justement la Banque de dépannage linguistique, copie et exemplaire ne sont pas interchangeables.

Breuvage

Ça ne s’invente pas : « Idées breuvage toute occasions. » Voilà un titre qu’on trouve sur le site de Kraft Canada. Le sous-titre est tout aussi rafraîchissant : Des Milliers De Recettes Gratuites. Sic. Le pouvoir de la majuscule, diront certains.

Pour être juste envers Kraft, je voudrais préciser que le lien mène vers une page où il est question de… boissons.

Car voilà le terme exact.

Au Canada, on confond souvent boissons et breuvages, encore une fois sous l’influence de l’anglais. En fait, personne n’a vraiment envie de boire un breuvage… Et pour cause!

Si pour le Robert un breuvage est une « Boisson d’une composition spéciale ou ayant une vertu particulière », le Multidictionnaire le définit comme un médicament ou un philtre.

On voit donc qu’un breuvage est une boisson bien particulière. Un Coca-Cola ne peut être considéré comme un breuvage.

La définition anglaise de beverage est beaucoup moins restrictive que le breuvage français. Dixit le Collins : « any drink, usually other than water. »

D’où la confusion.

 

Versatile

« Un ailier gauche versatile et combatif. » Lars Eller qui est un joueur versatile : il peut jouer aussi bien à l’aile qu’au centre.

Deux exemples tirés des bulletins de RDS. C’est bien connu, les athlètes doivent souvent être versatiles pour performer…

Versatile est un faux ami populaire et, comme tous les faux amis, son sens varie en anglais et en français.

Dans la langue de Shakespeare, dire qu’une personne est versatile est un compliment. Cela signifie qu’elle est polyvalente, qu’elle a plusieurs cordes à son arc. Bref, elle est pleine de ressources.

Dans le Harrap’s, on définit uneVersatile person comme une personne universelle… On est un peu loin de nos joueurs de hockey…

En français, la réalité est toute autre. On a affaire à une personne au caractère changeant, dont les humeurs varient. Si vous avez un collègue versatile, vous n’aimez sûrement pas travailler avec lui.

Accomplissement

« Gagner une médaille d’or aux Jeux olympiques, c’est un bel accomplissement. »

On imagine sans peine pareille phrase dans les pages sportives d’un journal. Dans les pages artistiques, on saluera les accomplissements d’Adèle, la chanteuse britannique, dont mon correcteur tient absolument à franciser le nom…

Le français a une définition beaucoup plus restrictive du mot accomplissement que l’anglais. Dans notre langue, un accomplissement est la réalisation de quelque chose, le fait de l’accomplir, et non le résultat de cette action.

Le Robert-Collins donne les sens suivants pour accomplishment : œuvre accomplie, projet réalisé.

On félicitera donc une personne pour ses réalisations, son travail accompli. On laissera les accomplissements aux personnes qui tiennent à penser en anglais lorsqu’elles parlent français. Il y en a pas mal.

Incluant

« La bibliothèque est ouverte tous les jours, incluant le samedi. »

À première vue, cette phrase semble correcte. Pourtant, sur le plan syntaxique, elle ne l’est pas.

Le participe présent doit se rapporter à un substantif ou exprimer une action qui se produit en même temps. Or, dans le cas présent, les jours n’incluent pas le samedi; c’est plutôt la semaine qui inclut le samedi.

Autre exemple : « Le nombre de pages, incluant la page titre. »

Les pages n’incluent pas la page titre, une page ne peut en inclure une autre…

Ce genre de construction est en fait un calque d’including, qui, en anglais, est une préposition et non un participe présent. Ce qui explique l’emploi très libéral que les anglophones en font.

There were six rooms, including the kitchen.

Several persons, including my father, were invited.

The participants studied four planets, including Mars, Venus, Pluton and Saturn.

Dans les deux premières phrases, on peut traduire including par y compris, notamment, dont, entre autres.

La troisième constitue un bel exemple de l’emploi abusif de la préposition que l’on voit trop souvent en anglais. En effet, le verbe include signifie « comprendre », tout comme en français. Il ne peut donc pas être suivi d’une énumération complète.

En français, on dirait : « Les participants ont étudié quatre planètes : Mars, Vénus, Pluton et Saturne. »

Il faut donc faire preuve de prudence lorsqu’on emploie incluant. Pour éviter à la fois le calque et la rupture de construction, toujours se demander si la phrase est logique et à quoi au juste se rapporte incluant.

Two options were studied, including phasing out the project or moving on.

« Deux options ont été envisagées, c’est-à-dire mettre fin graduellement au projet ou aller de l’avant. »

Je remercie ma collègue Carole Dion de son aide dans la rédaction de cet article.