Monthly Archives: octobre 2015

You are browsing the site archives by month.

Michigan ou Michiganne?

Le Michigan et le Wisconsin sont des États du Nord des États-Unis. Les Canadiens prononcent leur nom comme s’il s’agissait de toponymes français, c’est-à-dire en prononçant la syllabe finale avec la nasale. Michigan comme dans origan et Wisconsin comme dans coussin.

Ce ne sont pas les seuls mots à subir cette transformation : Boston y passe aussi, comme dans futon. Cela donne bosse-ton.

Les Français s’établissant au Canada ne s’y habituent pas : ils maintiennent la prononciation francisée qui nous donne Michiganne, Wisconsinne, Bostonne. Cette fois-ci, ce sont les Canadiens qui ne s’habituent pas!

De ce côté-ci de l’Atlantique, on se targue de mieux prononcer les noms anglais, parce que nous sommes en contact quotidien avec la langue de Shakespeare. Les prononciations francisées – et souvent déformées – entendues sur les ondes européennes nous font parfois sourire.

Mais les Canadiens ne sont pas toujours logiques. Enfin, qu’est-ce qui nous prend d’utiliser des nasales pour certains noms anglais et pas pour d’autres? D’ailleurs, nul ne songerait à utiliser des nasales pour des noms allemands ou espagnols.

Michigan, Wisconsin et Boston sont sans doute des caprices de l’usage.

Il est amusant de noter que Canadiens et Québécois ne prononceront jamais Washington comme ils prononcent Boston. La capitale américaine garde son accent anglais, tandis que le berceau de la Révolution américaine rime avec futon. Étrange.

Justin Trudeau : guide de prononciation

Les Canadiens ont élu un nouveau premier ministre. Il est le fils de l’illustre Pierre Elliott Trudeau et de Margaret Sinclair. M. Trudeau est donc francophone par son père et anglophone par sa mère.

C’est pourquoi il était particulièrement agaçant d’entendre France 2 parler de « Justîîne Trudeau », comme si le jeune chef de gouvernement était né dans le Wessex ou à Toronto… Et l’animateur d’ajouter : «  On l’appelle aussi Justin Trudeau… les deux se disent au Canada. »

Grande nouvelle! On peut dire « Justin Trudeau ». Or, TOUS les francophones canadiens appellent M. Trudeau Justin (prénom français); effectivement, on dit aussi « Djostine » (à l’anglaise) au Canada anglais.

Le Canada est un pays complexe… et bilingue. Mais les francophones aiment entendre leur nom prononcé à la française. Ce petit caprice fait partie de notre combat pour la survie.

Spéculer

Les journalistes canadiens spéculent sur les résultats des élections du 19 octobre prochain. Gouvernement majoritaire, minoritaire?

Les puristes monteront tout de suite aux barricades : spéculer, un autre faux ami de l’anglais.

Il est clair que l’anglais speculate peut être traduit par conjecturer, avancer des hypothèses. Mais avant de sauter aux conclusions, il faut lire attentivement les dictionnaires.

Le premier sens donné à spéculer est de réfléchir à une question. Le Larousse précise : « … en faire l’objet de réflexion, d’étude. Spéculer sur l’avenir de l’Union européenne. »

Lorsqu’on réfléchit sur l’Union européenne, on émet des hypothèses, n’est-ce pas? Bref, on conjecture.

Le Petit Robert est moins clair. Spéculer c’est… se livrer à la spéculation. Qu’est-ce qu’une spéculation? Une étude ou une recherche abstraite. Cette définition est didactique, nous dit l’ouvrage. On cite Victor Hugo…

Le français a toujours considéré que la spéculation est d’ordre philosophique, tandis que l’anglais, plus flexible comme toujours, a étendu le sens de ce terme à des réflexions plus terre à terre. Le Collins nous dit : « to conjecture without knowing the complete facts. »

Dans les ouvrages français consultés, seul le Larousse donne un exemple plus moderne, avec l’Union européenne. Dans ce cas, il ne saurait être question de spéculations financières. Il est clair qu’on parle d’hypothèses, de suppositions.

Souvent, le Larousse donne une image plus fidèle de l’état de la langue que le Petit Robert, pourtant plus prisé des langagiers.

La presse française emploie régulièrement spéculations comme synonyme de conjectures. Par exemple, le Figaro évoque les spéculations sur la santé de Poutine.

Doit-on s’insurger contre un emploi plus libre de spéculer et de spéculation?

À mon avis, non.

 

Récipiendaire

Le physicien canadien Arthur B. McDonald a remporté le prix Nobel de physique de 2015.

En est-il récipiendaire ou lauréat?

Si l’on se fie à ce que l’on entend couramment, on pourrait penser que M. McDonald est récipiendaire. D’ailleurs, l’Université de Sherbrooke ne dresse-t-elle pas la liste des récipiendaires canadiens?

Il est toujours imprudent de se fier aveuglément à ce qu’on lit ou entend…

Car M. McDonald est lauréat du prix Nobel de physique.

Qu’est-ce qu’un lauréat? Le Larousse nous dit que c’est une personne qui a remporté un prix dans un concours.

Mais récipiendaire a la vie dure. Pourtant, on parle ici d’une personne qui reçoit un diplôme universitaire ou est admise dans un corps, une société.

Les lauréats des prix Nobel n’adhèrent pas à l’académie qui les décerne.

On se gardera également d’abuser de la majuscule.

Arthur B. McDonald, lauréat du prix Nobel de physique : seul le nom propre Nobel prend la majuscule initiale.

Toutefois, on écrira le mot « prix » avec la majuscule initiale s’il est mis en apposition avec le nom du lauréat.

Ce qui donne : Arthur B. McDonald, Prix Nobel de physique.

Constitution et Parlement

On se demande souvent si ces mots prennent la majuscule. La réponse est oui.

Lorsqu’il est question de la constitution d’un pays, on l’écrit avec la majuscule initiale.

La Constitution des États-Unis date de 1787.

Si le mot a un sens plus général, il prendra plutôt la minuscule.

Le Ghana entend se doter d’une nouvelle constitution.

Les constitutions sont habituellement rédigées par des juristes.

Un parlement est un édifice législatif.

Le parlement de Londres est situé au bord de la Tamise.

Lorsqu’il désigne l’institution qui adopte des lois et surveille le gouvernement, il prend la majuscule initiale.

Le Parlement a le pouvoir de renverser le gouvernement.

Le Parlement ne siège pas l’été.

Pour une fois, les règles sont simples; profitons-en.