Monthly Archives: mai 2013

You are browsing the site archives by month.

De Halifax ou d’Halifax?

Le port de Hambourg ? La bombe d’Hiroshima ? La ville de Halifax ? D’Halifax ?

Il y quoi devenir bègue. Faut-il faire l’élision devant un toponyme non français commençant par un h?

Comme on le sait, le français ne prononce pas toujours le h initial, contrairement à l’anglais ou à l’allemand, par exemple.

La solution facile serait de proposer une règle unique, soit de faire l’élision de la particule devant les noms de lieux commençant par un h. Mais, comme toujours, les choses ne sont pas aussi simples en français. Une consultation des ouvrages de difficultés et des grammaires saura rapidement vous en convaincre.

Grevisse, dans Le bon usage souligne que le h est aspiré pour beaucoup de noms de lieux et de personnes des pays de langue germanique, comme Hambourg, Hanovre, Harlem ou Hollande. Toutefois, il fait observer que l’usage populaire ne fait pas toujours la disjonction, comme il le dit, et que le H initial n’est plus aspiré. De fait, les ouvrages de difficultés de la langue de Hanse, Colin, Péchouin, entre autres, font preuve de prudence à ce sujet et se gardent d’édicter une règle qui, en fait, n’existe pas vraiment.

Celle-ci peut s’expliquer par le fait que certains toponymes ou noms propres sont suffisamment mentionnés en français pour que les francophones en viennent à les traiter comme des noms français et, donc, à ne plus prononcer le h aspiré. Le général de Gaulle, dont on ne saurait douter de la maîtrise de notre langue, faisait l’élision lorsqu’il parlait de la politique d’Hitler.

Un petit coup d’œil dans Internet révèle que les expressions « la bombe d’Hiroshima » et « la politique d’Hitler » se voient plus souvent que « la bombe de Hiroshima » et « la politique de Hitler ». Mais si on précise la recherche en la dirigeant vers les sites de publications respectées comme Le Monde, Le Figaro et L’Express, on constate que sont privilégiées les formes respectant le H aspiré, donc sans élision de la particule.

Le cas de la ville de Halifax pourrait être éclairant. La Commission de toponymie du Québec a proposé en 2004 que la particule soit énoncée au long dans toutes les nouvelles désignations québécoises créées après 2004. Cela signifie que la municipalité de Sainte-Sophie-d’Halifax conservera son nom, mais que tout nouveau nom de ville ou de rue comportant le nom de Halifax, par exemple, devra respecter le H aspiré de la capitale néo-écossaise. Cette directive annonce peut-être un changement de cap intéressant, d’autant plus que tous les noms de langues autres que le français pourraient traités sur le même pied. L’uniformité est en effet préférable et nous évite de vérifier chaque fois quel est l’usage.

D’ailleurs, le français respecte déjà le H aspiré de certains toponymes étrangers. On peut penser à la Hongrie et au Honduras.

Certains évoqueront le cas d’Haïti, dont le nom officiel est la République d’Haïti. Mais voilà, il n’y a pas de H aspiré dans Haïti. C’est d’ailleurs pourquoi les Haïtiens disent « en Haïti » et non « à Haïti », comme le voudraient certains grammairiens.

Pour en revenir à Halifax, au moins deux appellations officielles comportent l’élision : le Lieu historique national de la Citadelle-d’Halifax et celui du Port d’Halifax.

Ceux qui voudront jouer de prudence opteront pour l’élision; mais il faut être conscient que bien des rédacteurs écrivent de Halifax.

 

Comment venir à bout des sigles?

La prolifération des sigles est une véritable plaie dans les textes anglais et, comble de malheur, le français est en voie d’être contaminé. Malheureusement, la langue administrative en raffole; pensons au domaine de la santé : CSSS, CRSSS, CHSLD; au monde de l’éducation : CSDM, FNCSF, etc.

Les fonctionnaires de l’administration fédérale créent des sigles pour tout et pour rien au point que certains textes deviennent illisibles et comportent même des tables de sigles pour aider le lecteur à s’y retrouver.

La contradiction n’échappera à personne. Au départ, le sigle a pour objet d’éviter la répétition d’une appellation trop longue qui encombre le discours. Il est censé rendre le texte plus fluide et plus lisible, or, c’est exactement le contraire qui se produit.

Les anglophones recourent plus facilement aux sigles que les francophones. Il suffit de lire un journal ou un magazine états-unien pour s’en rendre compte et beaucoup de rédacteurs tiennent pour acquis que les sigles employés seront compris par tout le monde. Pourtant ce n’est pas le cas. L’existence même d’un site comme Acronymfinder.com est éloquente. Passer en revue les listes hallucinantes d’abréviations de toutes sortes nous donne l’impression d’entrer dans un monde ésotérique.

Prenons un cas simple, IMO. Dans les textos et les courriels : In My Opinion. Mais l’acronyme peut aussi vouloir dire In Memory Of, ou encore désigner l’International Maritime Organisation. De fait, Aconymfinder.com recense 145 transcriptions possibles pour IMO…

Heureusement, il est facile d’éliminer les trois quarts des sigles avec un peu de volonté et d’imagination.

Prenons un Centre de santé et de services sociaux. La tentation est forte de répéter ad nauseam CSSS. Mais imaginons que ce sigle cohabite avec plusieurs autres… Le lecteur risque d’y perdre son latin et de ne plus se rappeler au juste à quoi il correspond.

Un premier truc : revenir au mot souche, soit le Centre de santé. À moins qu’il n’y en ait plusieurs dans le texte, le lecteur saura immédiatement de quoi il est question. On fera la même chose avec d’autres termes : l’Organisation, le Comité, la Fédération, etc. De temps à autre, on pourra rappeler au lecteur qu’il s’agit, par exemple, de la Fédération des commissions scolaires du Québec et éviter le mystérieux FCSQ. Cette alternance entre la forme longue et la forme courte peut rendre l’emploi d’un sigle complètement inutile.

Deuxième truc : employer un pronom. Si un terme revient continuellement, on peut le désigner de temps à autre par un pronom, à la condition que le contexte soit clair.

Troisième truc : identifier le coupable! Votre appellation est envahissante? La tentation du sigle vous guette? Alors pourquoi ne pas parler de la direction, des dirigeants? Un exemple : vous parlez du Collège des médecins du Québec, que vous aurez raccourci en Collège tout court. Celui-ci parle au nom des médecins, alors pourquoi ne pas dire que les médecins s’opposent à telle politique du gouvernement? Tout le monde comprendra et ce sera plus clair que de parler du CMQ.

Quatrième truc : utiliser des synonymes. Vous parlez d’un Rapport sur l’avancement du français. Très tentant de le déchiqueter en RAF… Mais beaucoup plus clair de parler du Rapport tout court, d’employer le pronom il pour s’y référer. De plus, il ne faut pas oublier qu’un rapport peut être une étude, un document, etc. Encore une fois, si le contexte est clair, on peut employer ces synonymes. Le résultat en vaut la peine : votre rapport peut être désigné des cinq manières suivantes : le Rapport sur l’avancement du français, le Rapport, il, le document ou l’étude, et, finalement, les auteurs ou les spécialistes ou les linguistes. En fin de compte, nul besoin de sigle.

J’ai longtemps traduit des textes administratifs fédéraux et je m’employais à réduire le plus possible le nombre de sigles. Mes textes en français étaient beaucoup plus lisibles que l’original anglais, toujours encombré de sigles énigmatiques et souvent jamais explicités par-dessus le marché.

Un dernier conseil. Pourquoi attribuer un sigle pour une organisation, un groupe, un document duquel il ne sera plus question par la suite?

Bien entendu, il ne s’agit pas d’éliminer tous les sigles, car ils ont parfois leur utilité, et surtout pas ceux qui font partie de la langue courante, comme la FTQ, la CAQ et autres TVA.